14-18Hebdo

14-18Hebdo

Campagne du 106e B.C.P - LE LINGE - (Mars-Septembre 1915) - 5e partie - Rapport de capture et de captivité en Allemagne

 

Un groupe d'officiers et sous-officiers, que l'on croyait ensevelis et disparus, est fait prisonnier ; l'un d'entre eux raconte, plus d’un an après, dès sa libération.

 

Patrick Germain - 19/10/2015

 

Ce rapport, bien que long et détaillé, est malheureusement incomplet, car une partie du dernier feuillet, déchiré, est manquant, et de ce fait, il ne m’a pas été possible d’en déterminer formellement l’auteur, faute de signature. Toutefois, j’ai opéré un recoupement entre le J.M.O qui évoque la capture des occupants de l’abri par les Allemands, avec le contenu du présent rapport, qui mentionne le sous-lieutenant DEFLANDRE, le lieutenant BARDOUX et le lieutenant MARNAY ; il ne s’agit donc d’aucun de ces 3 personnages, mais de l’un des 2 autres, le médecin-auxiliaire BOYAU ou l’adjudant DELHAYE. En analysant le rapport, comme vous le verrez à sa lecture, on relève la phrase suivante « ….On nous fit descendre le versant allemand, et on nous arrêta, les trois officiers et moi… ». Il s’agit donc d’un sous-officier, mais impossible de savoir qui, de l’adjudant DELHAYE ou du médecin-auxiliaire[1] (*) BOYAU. Et le narrateur ne semble nommer qu’un seul sous-officier, lui-même… ( ?)

    

Ce rapport a été écrit le 19 Décembre 1916, dès le retour de captivité de son auteur. A ce moment là, mon arrière grand père CHENEBLE, qui avait été nommé lieutenant-colonel en septembre 1915 après les combats du Linge, venait de quitter le commandement de la 6e brigade de chasseurs alpins, remplacé par le lieutenant-colonel MESSIMY, ancien ministre de la Guerre en août/septembre 1914 (voir mon article « Les députés-soldats »).

     

Rappel des circonstances de la capture (extrait de la 2ème partie du récit de la campagne) :

     

Le 4 août 1915, la nuit a été relativement calme. Vers 8h, l’ennemi commence à nous bombarder avec des minenfeuer qui semblent installés dans la direction du Barenstall ; tout le front est violemment bombardé par les batteries du Rain des Chênes et de l’artillerie lourde de la direction de La Poutroie. Vers 10h, le bombardement est d’une violence extrême. Les communications téléphoniques sont coupées. Le lieutenant MARNAY, commandant le Centre 3 (2e et 3e Cies), signale que les Allemands sortent la tête de leurs tranchées et que l’on voit briller les baïonnettes ; le bombardement subi en ce moment cause de lourdes pertes, mais tout le monde tient ferme.

   

A 14h30, l’ordre est donné à la 4e Cie de renforcer la 1re ligne qui est fortement éprouvée.

    

Vers 15h, le blockhaus des mitrailleuses est détruit ; tous ceux qui l’occupaient sont ensevelis avec leurs pièces.

    

Vers 16h, un abri où s’étaient réfugiés les lieutenants MARNAY et BARDOUX, et le sous-lieutenant DEFLANDRE est détruit et ces 3 officiers sont ensevelis avec le médecin-auxiliaire BOYAU, l’adjudant DELHAYE de la 4e Cie, et plusieurs chasseurs…

    

 

Image1 Lettre.jpgPremière page du rapport de capture (supposé écrit par le médecin-auxiliaire BOYAU ou l’adjudant DELHAYE)

(Source : Archives familiales)

      

      

Mardi 19 décembre 1916                                                                   19, Rue du Colonel Moll XVIIème

    

Mon colonel,

    

Vous me dites ne plus commander votre brigade, j’en suis navré, sachant votre attachement aux Chasseurs ; j’ai du reste entendu dire, depuis mon retour d’Allemagne, en plusieurs endroits différents, quantité de choses peu flatteuses sur votre successeur, au sujet du Linge ; c’est très probablement pour cela qu’il est maintenant aux honneurs.

    

Nous avons quitté notre bataillon un peu brusquement le 4 août 1915 ; tout a marché à peu près bien pendant la matinée, le bombardement augmentait d’intensité et causait pas mal de pertes, les effectifs fondaient ; vers 4 heures, accalmie complète, les Boches sortirent de leurs tranchées, mais sans succès ; ils n’insistèrent pas et ce fut de nouveau la canonnade ; il me semble que c’est vers 4 heures ½ qu’une grosse marmite tomba sur notre abri, juste au centre ; le blockhaus s’effondra, surtout du côté de la porte, tuant à son appareil le téléphoniste et deux autres chasseurs, blessant quelques pauvres diables, et obstruant l’entrée ; cette explosion avait fortement secoué tout le monde. Il y avait là les lieutenants MARNAY et BARDOUX, le sous-lieutenant DEFLANDRE et une poignée de chasseurs, agents de liaison ; MARNAY essaya de vous faire connaître notre nouvelle situation, en faisant passer un papier par la fenêtre du blockhaus, laquelle se trouvait à droite, à peu de distance des tranchées tenues par le 121e bataillon ; très peu de minutes après, cette fenêtre fut un peu abimée, elle était de plus prise en enfilade et recevait des balles boches.

    

Puis nous entendîmes parler boche autour de nous. Nous sommes restés là, nous abrutissant de plus en plus, attendant n’importe quoi, la mort, ou la contre-attaque des nôtres qui nous libéreraient ; et des obus éclataient autour de nous, un éclat blessa même un chasseur. Il faisait nuit.

    

Quand, vers 9 heures, une lueur électrique filtra entre les débris de rondins et les pierres, et on nous cria : « Qui est là ? » C’étaient les Boches ; ils nous aidèrent à quitter notre position, péniblement à travers rochers et sapins, il nous fallut près d’une demi-heure pour sortir tous ; nous étions 14 ; BARDOUX sachant bien l’allemand sortit le premier ; nous étions anxieux ; qu’allait-on faire de nous, du reste on aurait pu nous achever sans beaucoup de regrets de notre part. Mais non, dès le premier contact, les Boches furent convenables, quelques cris, et ils nous faisaient filer rapidement vers l’arrière ; en passant ainsi, nous ne pûmes voir un vestige de la 1re ligne, très peu de la 2; je parle de nos lignes à nous, et plus un fil de fer ; je crois que les Boches ne purent retrouver la mitrailleuse qui se trouvait à côté du blockhaus.

    

On nous fit descendre le versant allemand, et on nous arrêta, les trois officiers et moi, chez un commandant boche, qui de suite nous offrit à boire et à manger, pain et saucisses, et dit à peu près ceci : « Messieurs, aujourd’hui vous êtes prisonniers, demain ce sera peut-être mon tour, je ne croyais pas qu’il pût y avoir encore des hommes vivants là-haut ; maintenant si vous le voulez nous ne parlerons plus de la guerre ». Et en effet, il nous parla de Paris, de théâtre et de romans, tout en nous expliquant que, s’il nous offrait du pain noir, ce n’était pas parce que le blanc manquait, mais il préférait le pain noir.

    

Puis on nous conduisit chez le colonel du 74e régiment hanovrien ; c’est ce régiment qui venait de faire l’attaque ; la réception fut presque obséquieuse, là on nous parla guerre, et nous entendîmes toutes les bêtises boches : que nous devrions être alliés et serions ainsi les maîtres du monde, qu’il nous faudrait du reste appeler les Boches à notre aide pour chasser les Anglais de Calais, que, évidemment, il y avait la question d’Alsace-Lorraine, mais qu’on nous l’aurait bien volontiers donnée pour faire une paix séparée.

    

Et puis en route pour Colmar, en passant par « Les 3 Epis » où nous vîmes le général de division. Enfermés dans une caserne à Colmar, nous retrouvâmes là une cinquantaine de chasseurs du 121e pris le 4 août vers 4 heures ½ ; un capitaine vint nous voir pendant que nous déjeunions, et nous apprit que 104 pièces de canons tiraient sur nous ; nous avions pu juger de leur effet.

     

Puis chemin de fer jusqu’à Mulhouse, et du 5 au 8 août on nous laissa au secret pour interrogatoire ; je crois qu’ils n’apprirent rien de nous, nous étions séparés des chasseurs qui furent dirigés le 8 sur Rastatt.

     

A Mulhouse, nous avons pu nous rendre compte que la population nous attend en vainqueurs ; jeunes et vieux avaient les larmes aux yeux ; et des fenêtres de nos chambres à la caserne, qui à travers une rue plus large, donnaient sur des villas, nous pouvions voir les signaux faits de ces villas, mouchoirs assemblés rapidement et formant le drapeau tricolore ; signes d’amitié, ou bien signaux blaguant la sentinelle sous nos fenêtres ; on nous fit même parvenir du tabac et du chocolat. L’élément militaire, au contraire, devenait plus arrogant et plus hargneux à mesure que nous nous éloignions du front. Jamais cela ne se traduisit que par des jurons et des hurlements.

     

Dans cette caserne étaient passés ALLEGRET et PENNELIER[2] ; j’ai su depuis, par des camarades de captivité de ce dernier, venus dans notre camp, que PENNELIER n’était guère apprécié, et qu’un chasseur de notre bataillon, fait prisonnier le 22, et ordonnance dans le camp, ne cachait pas les péripéties de la bataille du 22 juillet.

     

Le 8 août au matin, en route pour Heidelberg ; le camp était représenté par une caserne, finie en novembre 1914, avec un espace de cent mètres sur cent cinquante, entouré de fils de fer barbelés, comme promenade ; pas un arbre, pas un brin d’herbe, évasions à peu près impossibles ; j’ai vu une quinzaine de tentatives en quatorze mois de captivité, toutes sans succès. Et ce fut l’affreuse monotonie de la prison, le désœuvrement, l’abrutissement lent, la mauvaise humeur ou la démoralisation des camarades plus anciens, la plupart des prisonniers étant en Bochie depuis le début de la guerre.

    

Comme commandant boche, un vieux colonel en retraite, un peu gâteux, mais poli, évitant les petits ennuis ; le commandant du camp faisant dans son camp à sa guise ; les subordonnés du nôtre avaient pris modèle sur sa conduite ; ils étaient à peu près convenables. On se lève à peu près à son choix, théoriquement à 8 heures ; on se couche entre 10h et 10h1/2, repas à 12h et 6h1/2 ; le matin café ? au lait de 7 heures à 9 heures.

    

Et quels repas ? Au moment de notre arrivée, en août 1915, la nourriture était suffisante et acceptable à midi, moindre le soir, surtout saucisses, puis brusquement en février 1916, diminution énorme ; 4 fois par semaine seulement, et à midi, de la viande ; le soir légumes cuits à l’eau, à peu près rien ; et toujours à midi des pommes de terre bouillies, moisies, germées, pourries et bonnes à manger, tout ensemble. Brusquement encore, depuis le 1er juillet 1916, plus de viande du tout, et cela pendant mes trois derniers mois de captivité, je suppose que cela n’a fait qu’empirer. Du pain : 300 gr environ pour 3 jours, pain noir, compact, mou comme de la gomme, et contenant de la pomme de terre et de la paille.

    

Une cantine au début vendait de la bière, du vin du Rhin, du sucre, de l’alcool à brûler, des confitures, du fromage, du lait, des œufs, quelquefois des beefsteaks ; on ne trouvait plus à la fin que de la bière et du vin.

    

Comme lits, des matelas bourrés de ……………….reposant sur des planchers…

    

1/2 page déchirée…

      

Et le nez des Boches s’allonge cependant, ils voudraient bien en avoir terminé avec la guerre ; à mort les petits saints ; ils commencent à avoir faim.

    

…Me permettez-vous mon colonel de vous dire que le 4 août vos braves gosses furent de vrais braves, en particulier un agent de liaison, fourrier, se nommant je crois CHARPENTIER, et pour lequel MARNAY écrivait une citation au moment où le blockhaus reçut un obus, le papier en brûla. Vous connaissiez MARNAY et DEFLANDRE, pour savoir qu’ils furent ce qu’ils étaient capables d’être.

     

fin de la lettre déchirée

     

 

Image2 Deflandre.jpgLe sous-lieutenant Deflandre, l’un des officiers prisonniers (photo prise en mars 1915)

     

A suivre…



[1] Le grade du médecin-auxiliaire correspond à celui d’adjudant. Ce grade était attribué aux étudiants en médecine mobilisés. Bien qu’ils soient sous-officiers, ils portaient un uniforme d’officier, avaient une ordonnance et étaient acceptés dans les popotes d’officiers des bataillons.

[2] Le sous-lieutenant ALLEGRET Emile et le lieutenant PENNELIER Marcel avaient été déclarés disparus sur le J.M.O (voir récit épisode 2).



23/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 312 autres membres