14-18Hebdo

14-18Hebdo

Ma p’tite Mimi, une chanson de 1915

Proposé par Bernadette Grandcolas.

 

Lors de l’émission hebdomadaire sur la chanson présentée chaque samedi sur France-Inter par Philippe Meyer, j’ai entendu cette chanson, interprétée par Pierre Desproges. J’ai eu envie de faire quelques recherches, dont je vous livre le résultat.

_______________________________________________________________________________

 

Beaucoup de chansons pendant la guerre sont dédiées aux soldats, soit pour leur donner du cœur au combat, soit pour leur remonter le moral.

Rappelons celles qui sont encore connues aujourd’hui : « Avec l’ami Bidasse », « Le régiment de Sambre et Meuse », « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine », « La Madelon » …

La chanson

Ma « p’tite Mimi », Chanson des mitrailleurs

La chanson comprend quatre couplets et deux refrains. Vous pouvez l’entendre :

http://www.fncv.com/biblio/musiques/chants_14-18/mimi_mitrailleuse/index.html

J’en transcris ici le premier couplet et le premier refrain (elle comprend 4 couplets et 2 refrains).

   1

A la guerre

On n’peut guère

Trouver où placer son cœur,

Et j’avais du vague à l’âme

De vivre ainsi sans p’tite femme,

Quand, l’aut’s’maine

J’eus la veine d’être nommé mitrailleur,

Ma mitrailleuse, ô bonheur !

Devint pour moi

L’Ame soeur

 

Refrain

Quand elle chante à sa manière

Taratata, taratata, taratatère

Ah ! que son refrain m’enchante ;

C’est comme un z’oiseau qui chante !

Je l’appelle la Glorieuse,

Ma p’tite Mimi, ma p’tite Mimi, ma mitrailleuse

Rosalie m’fait les doux yeux,

Mais c’est elle que j’aime le mieux !

La musique

Ce texte n’est pas associé à une musique originale : l’air a été emprunté à un grand succès de Vincent Scotto, « La petite Tonkinoise », une chanson coloniale créée en 1906, air que Joséphine Baker a rendu célèbre.

Le texte

L’auteur du texte, Théodore Botrel (1868-1925), très connu au début du vingtième siècle, doit sa gloire à la chanson « La Paimpolaise », qu’il a chantée un soir dans un café, pour remplacer un chanteur manquant. Signalons au passage que cette chanson, qui est encore connue aujourd’hui, comprend ce vers « J’aime Paimpol et sa falaise », or il n’y a pas de falaise à Paimpol !

Botrel et la guerre

En 1914, Botrel a 46 ans et il est trop âgé pour être engagé. Mais il reprendra quand même du service : il est délégué par Millerand, ministre de la guerre, dans les casernes, les cantonnements, les ambulances, pour dire et chanter devant les troupes ses poèmes patriotiques.

« Ma p’tite Mimi » a été créée par Botrel dans une tranchée (Tranchée de la Harazée, en Argonne) en octobre 1915.

Pierre Desproges et la chanson

En 1985, alors qu’on célébrait le soixante-dixième anniversaire de la bataille de Verdun, Desproges reprit cette chanson dans son spectacle du théâtre Grévin, en rappelant les lourdes pertes des militaires français, et en précisant que cette chanson avait été écrite à la demande du commandement militaire :

http:// www.dailymotion.com/video/x77pfw la-petite-mimi-desproges fun



26/06/2015
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 327 autres membres