14-18Hebdo

14-18Hebdo

Campagne du 106e B.C.P - LE LINGE - (Mars-Septembre 1915) - 1re partie

Récit illustré de la campagne du 106e B.C.P au Linge (mars-septembre 1915); un ancien chasseur du bataillon témoigne, en compagnie de l'arrière-petit-fils de son commandant.

 

Patrick Germain - 15/09/2015

 

Avant-propos

Tout au long des 14ème, 15ème et 16ème semaines, nous avons suivi le 16e B.C.P pendant sa campagne d’août à novembre 1914. Ce bataillon, commandé par mon arrière-grand-père le commandant CHENEBLE, a ainsi participé à cette 1ère phase de la guerre, la guerre de mouvement, depuis les opérations en Lorraine jusqu’à la plaine des Flandres.

Fin novembre 14, il quittait le bataillon, après avoir pris une part décisive, aux côtés du 6e de Ligne Belge, au coup d’arrêt victorieux de Ramscapelle, anéantissant une dernière fois les projets allemands de débordement, à l’issue de « la course à la mer ».

Souffrant, il fut mis au repos jusque fin février, et début mars, se vit confier la mission de créer et de former le 106e B.C.P, à la caserne des Tourelles à Paris. Ce tout nouveau bataillon était destiné à étoffer encore la force d’infanterie d’élite des chasseurs, afin de renforcer, dans un 1er temps, les effectifs combattant en zone de montagne. Car l’idée de manœuvre de Joffre était d’obtenir dans les Vosges des positions dominantes, en vue d’une attaque future dans la plaine…

Des opérations très dures avaient déjà eu lieu à la Tête des Faux[1], et se poursuivaient avec les tentatives alternées très coûteuses de la prise de contrôle de l’Hartmannswillerkopf.

A son tour, le massif du Linge allait donner lieu à de terribles combats, bien qu’aucun rôle stratégique ne puisse être attribué à cet éperon rocheux qui se dresse à presque 1000m d’altitude entre les vallées de Munster et d’Orbey. En outre, cette position est éloignée des cols et des routes importantes qui permettent la traversée des Vosges. Mais l’obstination de Joffre était la plus forte, obstination qui ne manque pas d’interpeller, quand on pense quelle a entraîné la perte de 10 000 chasseurs de fin juillet à octobre 1915, et ce sur un espace de terrain très réduit. Le Linge est ainsi devenu le suaire du « Tombeau des Chasseurs ».

Mon propos est de vous faire participer à cette aventure humaine qui prend racine dans la constitution du bataillon et sa mise en condition, suivie de son déroulement jusqu’à sa tragédie… Ainsi que vous le verrez, ce sont ses acteurs qui racontent ce qu’ils ont vécu. Vous pourrez suivre successivement, en 7 parties :

Le prologue, suivi de la formation et la mise en condition du bataillon (objets de la présente parution),

Les combats,

Le repos, la reconstitution et la passation de commandement,

Puis 3 annexes traiteront successivement de :

« Zoom » sur les combats du 4 août au centre de résistance N°2 du Lingekopf, selon le rapport (écrit sous le feu de terribles bombardements) du capitaine qui le commandait,

Le rapport de capture et de captivité en Allemagne d’un groupe d’officiers et sous-officiers du 106e B.C.P, que l’on croyait ensevelis dans un abri mais qui ont été délivrés par l’ennemi,

Des correspondances d’officiers blessés envoyées à leur Commandant, illustrées par des photos de l’hôpital militaire de Gérardmer à cette période,

Enfin, cette série sera clôturée par mon reportage sur une commémoration particulière du centenaire de ces combats, qui a eu lieu le 25 Juillet 2015.

 

Je vous invite à présent sur les traces de l’itinéraire de mémoire de tous ces braves du 106e B.C.P…

 

Le Front dans les Vosges

T39-1-Image1 Front des Vosges.jpg

                       

 

PROLOGUE

 

T39-1-Image2 Chasseur Henry.jpg

 

MOI, chasseur HENRY, 1re compagnie du 106e B.C.P, je me souviens…

« Elle est là, cette photo, devant moi…. ; qu’y vois-je ? un vieux monsieur très fier et ému à la fois ; nous sommes le 9 août 1981, au Mémorial du Linge, lors de son inauguration…

 A quoi pensai-je ? à tous mes nombreux camarades que j’ai laissés ici en cette terre d’Alsace 66 ans plus tôt ; je leur adresse un sourire de tendresse et d’émotion.

Et je serre très fort dans ma main droite le fanion de mon bataillon, qui a perdu sur ce champ de bataille 75% de son effectif…, le fanion qu’a bien voulu me prêter Madame CLAUDE, la fille de mon chef, le commandant CHENEBLE. Je m’étais ainsi rendu chez elle à Gérardmer, où se trouvait l’aîné de ses petits-fils, Patrick GERMAIN, ancien jeune aspirant au 15-2. En parcourant ensemble l’album de photos du Commandant, elle m’a fait part de son émotion et m’a dit s’unir en pensées avec nous aujourd’hui, au Linge, le suaire de nos 10 000 chasseurs. Elle garde un souvenir très fort, celui précisément du jour de ses 20 ans, le 28 août 1915, où le bataillon commandé par son papa a été cité à l’ordre de l’armée. Avant de lui adresser cette photo en remerciement, j’y ai écrit au dos ces quelques lignes :

 

T39-1-Image3 Texte.jpg

 

             

Devant ces lieux de recueillement où règne à présent la paix, je remarque que la nature a repris ses droits ; toutefois, grâce à toute une troupe de volontaires bénévoles, j’observe que le champ de bataille a été restauré en musée de plein air ; les tranchées, les ouvrages fortifiés, enfouis sous les broussailles, s’offrent à présent aux aventures des visiteurs. Ces formidables blockhaus avaient été construits par les Boches… ; euh, pardon, on dit maintenant les Allemands.. ; mais nous, nous n’avions pas le droit d’en bâtir…. ; il fallait attaquer, toujours attaquer ! tels étaient les ordres… Je me remémore l’élan magnifique des petits chasseurs de la classe 15, franchissant le parapet comme à l’exercice, et submergeant, malgré les feux meurtriers, les lignes allemandes jusqu’à la 3me, avant que des positions fortifiées, situées en lisière de la courtine du Barrenkopf et qui n’avaient pas été neutralisées par le bombardement, ne déploient de terribles tirs meurtriers…

Et je me souviens, qu’agent de liaison, j’avais maintes fois échappé à la mort en sautant de trou d’obus en trou d’obus, pour maintenir le lien de commandement, porter les ordres aux combattants isolés, assommés par un déluge de feu, et rendre compte… ; oui, c’était le 4 août..., à partir de 8h. ; quel épouvantable cauchemar ! malgré une terrible hécatombe, le bataillon avait tenu sur place ses positions jusqu’à la relève ; il avait même repoussé plusieurs contre-attaques… ; je crois là-bas discerner l’endroit où se trouvait un blockhaus pris à l’ennemi dans lequel se trouvaient quelques-uns de nos officiers : il y avait là le s/lt DEFLANDRE, les lieutenants BARDOUX et MARNAY et quelques chasseurs, qui furent tous ensevelis par le bombardement et portés disparus, jusqu’à ce que l’on apprenne qu’ils avaient finalement été faits prisonniers ; c’était une bonne nouvelle dans un océan de tristesse…. Et pourtant, tout avait démarré dans l’enthousiasme, en ce 15 mars 1915…

 

Campagne du 106ème B.C.P au Linge - Formation et mise en condition

T39-1-Image4 Officiers en formation.jpg

Les officiers du 106e B.C.P en formation à la caserne des Tourelles

 

T39-1-Image5 Cdt Cheneble.jpg

Le commandant CHENEBLE

 

 

C’est à la caserne des Tourelles à Paris que naquit le 106e B.C.P ; il était formé de contingents provenant d’autres bataillons, jeunes recrues de la classe 1915 pleines d’enthousiasme ; un de ces contingents provenait du 16e B.C.P, que notre commandant CHENEBLE avait brillamment commandé quelques mois plus tôt. D’ailleurs il avait fait affecter, pour les besoins de l’instruction, son ancien officier adjoint du 16e B.C.P, le Capitaine FRICKER, ainsi que le Capitaine BERTRAND, de la 6e Cie, en compagnie desquels il avait fait toute la campagne d’août à novembre 1914, terminée par l’éclatant succès de RAMSCAPELLE, en Belgique.

Les compagnies s’organisent et, dès réception de l’armement destiné aux unités, ce nouveau bataillon est prêt à écrire dans l’histoire de la Grande Guerre les pages glorieuses des combats qu’il aura à y mener dans tous les secteurs du front, de la Haute Alsace aux Flandres belges, en passant par Verdun. Nous avions la chance de compter parmi nos effectifs le célèbre écrivain FRANC-NOHAIN (Maurice-Etienne LEGRAND, père de Jean NOHAIN et de l’acteur Claude DAUPHIN), dont l’aide généreuse permit la constitution d’une fanfare, qui composa bientôt le refrain du bataillon : « Tant que Guil-laume n’s’ra pas cre-vé il faudra marcher ».

C’est aux sons de cette fanfare et du refrain que, sur autorisation du ministère de la Guerre et de la Municipalité de Paris sollicités par notre Commandant, le bataillon formé de ces jeunes recrues gonflées à bloc défila sur les Grands Boulevards, bloquant ainsi la circulation des véhicules le temps de cette manifestation. Le défilé s’arrêta et forma les faisceaux en plein boulevard des Italiens, accueilli par un délire de la foule :

 

T39-1-Image6 Defile.jpg

 

 

Dès le lendemain 31 mars, « L’Echo de Paris » relatait l’évènement en ces termes : 

 

T39-1-Image7 Article EDP.jpg

Article de L’Echo de Paris

 

 

Ah ! quel beau souvenir ! Je me souviens que les gens massés le long du défilé déploraient que semblable initiative, pour remonter le moral des Parisiens, soit si rare…

Le 1er Avril, nous nous embarquons à la gare d’Austerlitz pour Bourges :

 

T39-1-Image8 Train.jpg

 

 

Dès l’arrivée, on nous répartit dans les cantonnements aux alentours du camp d’Avord, notamment à Sainte Solange, pour une période d’instruction intense, prolongeant au mieux celle déjà reçue dans les dépôts, car les compagnies avaient été formées presque exclusivement de jeunes recrues de la classe 1915. Originaires pour le plus grand nombre d’entre nous, des contrées de l’Est de la France, nous n’avions qu’un idéal : nous battre, sous le commandement d’un magnifique entraîneur d’hommes, chasseur dans toute l’acception du terme : le commandant CHENEBLE. Vosgien lui-même, nous le considérions comme l’un des nôtres. Après quelques jours d’entraînement et d’exercices intensifs en terrains variés, l’assouplissement des compagnies était réalisé. Entre les cadres et les chasseurs, la confiance était soudée, et un total esprit de corps régnait ; le 106e allait rentrer dans sa période active. Le 13 avril 1915, le bataillon embarque par voie ferrée, pour arriver le lendemain à Mirecourt ; nous cantonnons à Ambacourt, où nous rejoignit le général de Maud’huy, commandant la VIIe armée, en tournée d’inspection :

 

T39-1-Image9 Inspection.jpg

Le général de Maud’huy et son état-major en inspection à Ambacourt 

 

T39-1-Image10 Inspection.jpg

 

T39-1-Image11 Officiers.jpgLes officiers du 106 à Ambacourt

 

 

Préalablement à l’engagement au front, le Commandant avait prévu de compléter l’entraînement initial reçu au camp d’Avord à Bourges, par toute une série d’exercices, de manœuvres, et de séances d’instruction complémentaires sur le terrain :

 

T39-1-Image12 Manoeuvre.jpgExercice de franchissement de la Moselle à Charmes fin Avril

 

 

Début mai, nous faisons mouvement sur Corcieux :

 

T39-1-Image13 Corcieux.jpgCorcieux – qqs officiers sur la place du village et séance d’instruction

 

 

Le 106e B.C.P se voit alors ordonner sa 1ère mission : relever le 63e B.C.A au Reichackerkopf ; il s’agit d’une montagne située en bordure droite de la vallée de la Fecht, en face du massif du Linge. Le 106 connut ainsi son premier séjour dans les tranchées et son baptême du feu, le temps de se faire remarquer par le commandement, puisqu’il était cité à l’ordre du groupe de B.C.A en ces termes, dès son retour à Corcieux le 25/05 :

« Le lieutenant-colonel LANÇON adresse ses félicitations au commandant CHENEBLE pour la belle tenue, l’entrain et la vigueur dont a fait preuve le 106e B.C.A pendant son séjour à Sattel. Ces belles qualités sont un gage des futurs succès de nos chasseurs. Ils seront certainement dignes de leurs anciens ».

Signé : LANÇON

 

 

T39-1-Image14 Plan dispositif.jpg

Plan du dispositif du Reichackerkopf

 

 

Du 7 juin au 13 juillet 1915,notre instruction se poursuit et nous cantonnons successivement à Anould, Saint-Michel, Gérardmer, où le 23 juin dans la matinée, nous défilons devant la place du Tilleul et l’Hôtel de la Poste :

 

T39-1-Image15 Gerardmer.jpg

 

 

T39-1-Image16 Defile troupe.jpg

Le défilé du 106ème B.C.P photographié depuis un balcon de l'Hôtel de la Poste

    

T39-1-image16-2 Défilé du 106 à Gérardmer.jpg

En tête de son bataillon, le commandant CHENÈBLE salue le général de POUYDRAGUIN (Commandant la 47e division).

Sur le balcon du milieu : Mme CHENÈBLE et ses deux filles.

Sur le balcon de droite: le photographe qui prend les deux clichés précédents.

 

T39-1-Image17 Defile troupe.jpg

Défilé à Gérardmer (en bas, le commandant Chenèble passe son bataillon en revue)

 

 

Madame CLAUDE m’a rappelé s’en souvenir très bien ; sa mère Maria, sa sœur Marguerite et elle-même en étaient très fières …

 

T39-1-Image18 Les dames.jpgMme CHENEBLE et ses filles Marie-Claire, ma grand-mère (g.) et ma Tantady, Marguerite (dite Maguy)

 

 

L’après-midi, à 17h 30, c’est notre fanfare qui se produit place du Tilleul, dirigée avec maestria par son chef le sergent SAVOIE.

 

T39-1-Image19 Programme concert.jpgProgramme du concert de la fanfare du 106

 

 

Le lendemain, au chalet « Les Roseaux », nous fêtons, en compagnie des ambulanciers anglais, l’anniversaire de la Fête du Roi George :

 

T39-1-Image20 Fete roi George.jpgFête de l’anniversaire du roi George (on voit Mme CHENEBLE de profil, en tenue d’infirmière, derrière son mari, le Commandant du 106e B.C.P, le 2ème au 1er rang de d. à g.)

 

 

Madame CLAUDE m’a montré, au cours de ma visite, l’album de photos du Commandant, qui retrace toutes les étapes du bataillon depuis sa création jusqu’au départ pour le Linge ; nous avons tous gardé, mes camarades et moi, de très beaux et émouvants souvenirs des accueils joyeux et spontanés reçus de la population des localités où nous avons successivement séjourné ; le Commandant voulait que son bataillon, avant d’aller combattre, achève ainsi sa mise en condition physique et morale en permettant à ses jeunes chasseurs de voir leurs familles, toutes résidant dans ce périmètre. En outre, notre commandant, habitant Gérardmer avec sa famille, connaissait évidemment les maires des communes telles que Gerbépal, Corcieux, Anould… ; il était partout chez lui et il voulait, en nous immergeant dans la population, souder la camaraderie entre les chasseurs, et achever ainsi de forger le bel esprit de corps qui nous permettra de nous serrer les coudes dans les terribles épreuves qui nous attendaient. Début Juillet, nous cantonnons à Gerbépal :

 

T39-1-Image21 Fete Gerbepal.jpgRepos à Gerbépal

 

Le 13 juillet 1915, le bataillon reçoit l’ordre de se porter en avant ; Le soir même, il rejoint l’ancien hôtel du Lac Noir, où stationne l’état-major de la division. Le 106e est désigné pour participer à l’attaque des positions du Lingekopf.

A suivre…



[1] Voir mon article semaine 22 : « Nuit de Noël des Diables Bleus à la Tête des Faux »



25/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres