14-18Hebdo

14-18Hebdo

30e semaine de guerre - Lundi 22 février au dimanche 28 février 1915

 

LUNDI 22 FEVRIER 1915 - SAINTE ISABELLE - 204e jour de la guerre

MARDI 23 FEVRIER 1915 - SAINT MILBURNE - 205e jour de la guerre

MERCREDI 24 FEVRIER 1915 - SAINT MATHIAS - 206e jour de la guerre

JEUDI 25 FEVRIER 1915 - SAINT TARAISE - 207e jour de la guerre

VENDREDI 26 FEVRIER 1915 - SAINT NESTOR - 208e jour de la guerre

SAMEDI 27 FEVRIER 1915 - SAINTE HONORINE - 209e jour de la guerre

DIMANCHE 28 FEVRIER 1915 – REMINISCERE - 210e jour de la guerre

Revue de presse

-       Le bombardement des Dardanelles

-       Combat opiniâtre sur le front d'Ypres

-       Le plan nouveau du maréchal Hindenburg - La 10e armée russe se replie

-       Mme Sarah Bernhardt a été opérée dans de bonnes conditions

-       Les Allemands auraient perdu en Prusse orientale plus de 100,000 hommes

-       La gorge du Kaiser

-       L'Allemagne ne fait pas face aux prisonniers de guerre

-       Les Russes ont repris l'offensive en Bukovine

-       Notre succès des Eparges

-       Le bombardement des Dardanelles - Les forts réduits à l'impuissance

-       L'action contre les Dardanelles produit à Rome une émotion considérable

Morceaux choisis de la correspondance

22 février - Paret (Armées - Bordeaux), blessé en même temps que Georges Cuny, à Georges Cuny.- La croix : vous l’avez méritée plus que n’importe lequel car vous avez toujours été bon pour nous et toujours prêt à donner à vos hommes l’exemple de la plus grande bravoure. Pour moi je ne suis pas si heureux que vous. J’ai subi trois opérations. Ma balle m’ayant traversé le genou complètement me l’avait tout broyé. J’ai souffert horriblement et on n’a pu m’extraire ma balle que le 29 janvier. Malgré tout ce que j’ai enduré, je me trouve heureux maintenant car tout va pour le mieux et j’espère me lever bientôt, mais voilà bientôt 4 mois que je suis étendu sur ce lit. Je n’ai vraiment pas eu de chance non plus car j’aurai maintenant ma jambe raide et plus courte que l’autre : me voilà donc estropié pour la vie. Je puis me donner la main avec ce pauvre Aligne. Espérons que la campagne vous réussisse jusqu’à la fin sans être de nouveau blessé et que ces boches seront bientôt sortis de notre territoire.

 

23 février - Marie Molard (Lausanne) à Georges Cuny, son frère.- Ma maison de Bayon est dans un triste état. J’ai eu 25 blessés à la fois et 6 sont morts chez moi. Maman ne se rendait pas compte qu’il fallait 11 jours pour recevoir une lettre de moi. Ton excellente petite femme conduit l’auto comme un chauffeur émérite. Marie Paul va bien. Elle vient de partir à la montagne avec Thérèse Lanique faire des sports d’hiver. Nous irons les voir du samedi au lundi. Il paraît que c’est ravissant et Germaine s’en réjouit beaucoup.

 

J’ai l’idée que l’on prépare de grandes batailles, pauvres soldats que l’on va envoyer à la boucherie.

25 février - Clémentine Cuny (Lausanne) à Georges Cuny, son fils.- J’ai l’idée que l’on prépare de grandes batailles, pauvres soldats que l’on va envoyer à la boucherie. Ici les vivres commencent à renchérir et notre pension augmentera ses prix probablement en raison du grand nombre de personnes qui vont venir en Suisse, dit-on.

 

27 février - Pierre Mangin (Epinal) à Georges Cuny, son cogérant.- A Cornimont tout continue à aller normalement. Nous marchons à environ 30% de la production normale en temps ordinaire, et je pense que je pourrai maintenir ce chiffre de fabrication. Je viens de donner à Alfred Stouvenot et Paul Pierrat, que j’ai fait venir à Cornimont, une procuration collective pour la durée de la guerre, de manière que, si je suis appelé au loin, ce qui pourrait bien avoir lieu, l’affaire continue à marcher comme par le passé ce qui est très essentiel. Je pense que vous approuverez cette mesure que j’ai dû prendre sans vous consulter étant donné l’urgence et votre éloignement. Le tissu vaut actuellement 33 ½ à 34 ½, le coton 70 f et le fil se vend à 1 f 05 d’écart sur effectif. Nous avons fait de grosses ventes et de gros achats sur ces bases, mais les frais généraux sont tellement élevés, la houille tellement chère, 60 à 70 f la tonne rendue, que malgré leur élévation apparente, ces prix ne laissent aucun bénéfice, au contraire ce sera de la perte !

 

Gravures du Petit Journal - Supplément illustré - 28/02/1915 (N° 1262)

 

LPJ Illustre 1915-02-28 A.jpg
Comment ils traitent les prisonniers - Volontaires grecs fouettés par les Allemands

La colère des Boches s’exerce surtout contre les soldats des nations neutres qui sont venus librement se ranger sous les drapeaux de la France. Parmi les prisonniers, ce sont ces soldats qu’ils maltraitent le plus cruellement, et qu’ils dépouillent avec le cynisme le plus éhonté. La « Nea Himera » d’Athènes publie la lettre d’un Hellène, volontaire dans l’armée française, qui fut fait prisonnier en Argonne. « Nous étions, écrit-il, 108 prisonniers, dont 5 Grecs. Nous fûmes conduits devant des officiers allemands qui nous ordonnèrent de nous déshabiller. Ils nous firent ensuite lier avec des cordes et fouetter longuement par six solides soldats allemands. Lorsque je parvins à reprendre mes habits, je constatai la disparition d’une somme de 3 850 francs et d’une médaille d’or ancienne. »

 

 

LPJ Illustre 1915-02-28 B.jpg

Le théâtre des soldats belges

La vie des braves soldats belges qui sont sur le front ne doit pas être monotone avec ses réveils aux sons des « marmites » prussiennes, mais, une fois évacués sur l’arrière, pour leur procurer un légitime repos, les régiments ne connaissent guère de distraction. Les hommes se chargent d’y suppléer avec, d’ailleurs, une belle humeur enviable. Ils viennent, en effet, de fonder le ‘Théâtre de la guerre’, et la première représentation donnée par la section dramatique des volontaires cyclistes de Bruxelles a été l’objet, on s’en doute, d’un très vif succès. Au programme : ‘La revue… du général Boum !’ avec décors de l’intendance militaire !!! Quant aux tableaux, ils comprennent : la chambrée, les tranchées, etc. Et d’autres représentations suivront, qui seront aussi joyeusement accueillies.

 

Thèmes qui pourraient être développés

  • Les Dardanelles
  • Les sports d'hiver
  • Les automobiles et les femmes au volant
  • L’emprunt de guerre allemand
  • Les Eparges
  • Péguy raconté par le témoin de sa mort
  • La fabrication usine
  • Comment ils traitent les prisonniers - Volontaires grecs fouettés par les Allemands (LPJ Sup)
  • Le théâtre sur le front (LPJ Sup)
  • Religion - Fête religieuse - Reminiscere


20/02/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 327 autres membres