14-18Hebdo

14-18Hebdo

55e semaine de guerre - Lundi 16 août au dimanche 22 août 1915

 

LUNDI 16 AOUT 1915 - SAINT ROCH - 379e jour de la guerre

MARDI 17 AOUT 1915 - SAINTE JULIENNE - 380e jour de la guerre

MERCREDI 18 AOUT 1915 - SAINTE HELENE - 381e jour de la guerre

JEUDI 19 AOUT 1915 - SAINT FLAVIEN - 382e jour de la guerre

VENDREDI 20 AOUT 1915 - SAINT BERNARD - 383e jour de la guerre

SAMEDI 21 AOUT 1915 - SAINTE JEANNE-FRANÇOISE DE CHANTAL - 384e jour de la guerre

DIMANCHE 22 AOUT 1915 - SAINT SYMPHORIEN - 385e jour de la guerre

Revue de presse

-       Les soucis de l'Allemagne - Le fer-blanc manque - Les légumes à cosses saisis - Le travail est réduit dans les filatures

-       La crise grecque - Le ministère Gounaris démissionnaire - Le candidat venizéliste élu président de la Chambre

-       Les Russes repoussent avec succès les attaques opiniâtres des Boches

-       La question polonaise - L'archiduc Charles-Etienne roi

-       Le "Royal-Edward", transport de troupes, coulé par un sous-marin - 600 hommes sur 1,350 ont été sauvés

-       De l'Yser à Zeebrugge, violents combats en Flandre

-       Des zeppelins sur les comtés de l'est de l'Angleterre - 10 tués - 36 blessés - Un zeppelin serait atteint

-       Lord Kitchener et M. Millerand sur le front

-       Sur les fronts russes - Kovno occupé par les Allemands - A Vilna le gouverneur annonce à la population la possibilité de l'occupation allemande

-       L'Italie déclare la guerre à la Turquie

Morceaux choisis de la correspondance

Dès qu’une installation est finie on reçoit l’ordre d’en commencer une autre. Jusqu’où ira-t-on comme cela ?

18 août - Paul Laroche-Joubert (Angoulême) à Georges Cuny, son beau-frère.- Que deviens-tu ? Es-tu toujours dans la même région ? Les obus boches vous laissent-ils un peu de tranquillité ? Pour de nouvelles installations que la Poudrerie me demande de faire, je vais avoir besoin d’une machine à ouvrir les balles de coton. Je crois qu’elle s’appelle Bab Breken. Serais-tu assez gentil pour me donner les noms et adresses, si tu t’en souviens, des constructeurs français et anglais de ces sortes de machine qui, par leur importance, pourraient livrer vite et à un prix abordable. Merci d’avance. Nos fabrications se développent toujours. Dès qu’une installation est finie on reçoit l’ordre d’en commencer une autre. Jusqu’où ira-t-on comme cela ? Je ne m’en plains pas personnellement car au seul point de vue ingénieur, c’est extrêmement intéressant.

 

19 août - Marie Molard (Interlaken) à Georges Cuny, son frère.- En effet mon plus cher désir ce serait la fin de cette terrible guerre et de nous retrouver en bonne santé tous trois dans notre hôme de Bayon. Germaine a un appétit formidable depuis qu’elle est allée en pension. Cette pension en fait de bonnes petites femmes de ménage. Elle a très bien appris à raccommoder, tous les genres de travaux manuels, la musique, les langues étrangères, etc. C’est à une heure de Berne, par conséquent le voyage n’est pas long.

 

19 août - Louis Nicole, un des soldats blessés (Armées) à Georges Cuny.- Je viens par la présente vous informer que j’ai rejoint depuis quelques jours le groupe de 95. J’avais espérance de retourner à mon ancienne batterie et avoir le bonheur d’être avec mes anciens officiers et particulièrement avec vous mon Capitaine

 

Et en même temps je viens par la présente vous demander de vouloir bien avoir la bonté d’écrire deux mots à ma batterie et dire ce que vous savez sur mon compte lors du jour de la bataille où vous avez eu le malheur d’être blessé et pouvoir avec votre appui solliciter la croix de guerre comme souvenir.

 

20 août - Louis Masson (agriculteur à Annecy) à Georges Cuny.- Je viens vous prier de bien vouloir faire accorder à mon fils, Masson François, classe 1914, 2e canonnier sous vos ordres, si les règlements ne s’y opposent pas, une permission agricole de huit jours. Mon fils compte déjà sept mois de présence au front, et j’en ai un autre dans les dépôts de la classe 1915 qui n’a eu également aucune permission jusqu’ici. D’autre part, ma femme est continuellement malade et je suis bien en retard dans mes travaux agricoles. Vous rendrez, en conséquence, mon Capitaine, un grand service à un ancien artilleur du 6e d’artillerie en me donnant satisfaction dans la mesure du possible.

 

22 août - Marie Paul Cuny (Suisse - Arveyes) à Georges Cuny, son beau-frère.- Du triomphe final, je ne doute pas plus que vous naturellement, sachant que nous avons des officiers consciencieux, de bons soldats et une population admirable d’énergie et de patience. J’affirme ma foi avec une telle sincérité que certaines personnes ont prétendu qu’il n’y avait pas moyen d’être pessimiste à côté de moi, que ma belle confiance forçait l’inquiétude et l’angoisse. Puisque je suis en pays neutre c’est mon seul moyen de servir mon pays, cette propagande de sérénité, d’espoir absolu, pour contrebalancer le mensonge de nos ennemis. Je vous félicite de l’esprit de solidarité que vous avez témoigné en refusant un grade supérieur pour demeurer avec vos hommes.

 

Gravures du Petit Journal - Supplément illustré - 22/08/1915 (N° 1287)

LPJ Illustre 1915-08-22 A.jpg

La rentrée du permissionnaire

« On est content de partir, on est content de revenir ». C’est en ces termes qu’un « poilu » exprimait ses impressions en rentrant de son congé. Ils sont, en effet, contents de revenir, les braves gens. Ils ont vu leur famille, embrassé leur femme et leurs enfants, constaté que les civils tenaient et que le moral était bon ; et ils reviennent, chargés de paquets, de souvenirs, de bonnes choses qu’ils partageront avec les camarades ; ils reviennent de bon cœur, pleins d’espoir et de courage, reprendre leur place au danger mais aussi à l’honneur.

 

 

LPJ Illustre 1915-08-22 B.jpg

Héroïsme d’un régiment sibérien

Le ministre de la guerre de Russie a raconté à la Douma cet émouvant et récent épisode : « Le régiment des fusiliers sibériens tint des tranchées empoisonnées par les gaz presque jusqu’au dernier homme. On avait donné l’ordre de tenir la position à tout prix. Pas un homme ne quitta son poste. On put voir le spectacle d’hommes tombant en syncope et reprenant leur sens juste assez pour prendre un fusil et tirer encore avant de s’écrouler à nouveau évanouis. A deux heures du matin, presque tous les 1 600 hommes du régiment étaient morts ou évanouis. Les quelques-uns qui avaient résisté aux gaz couraient le long des tranchées, tirant à un endroit, puis à un autre, afin de faire croire à l’ennemi que la position était encore fortement défendue. Le poison fit son œuvre sur une grande profondeur. Une compagnie venant comme renforts de l’arrière perdit les deux tiers de son effectif. Le reste des réserves et l’état-major, qui se trouvaient dans un bois, furent aussi très sérieusement incommodés ». On ne triomphe pas d’un peuple qui donne de tels exemples de sacrifice et d’héroïsme.

 

Les instantanés de la guerre (photos)

LPJ Illustre 1915-08-22 C.jpg

Dans la banlieue parisienne - Les petits veulent imiter les grands et jouer à la guerre

A quoi s'amusent les jeunes Prussiens, à bombarder avec des zeppelins des villages et des églises

Sur le front serbe - Colonne de route se rendant sur le front

Une ferme, près de Lunéville

La distribution des colis postaux

Le parapluie de l'escouade

Deux officiers allemands prisonniers

La vache laitière des poilus

La boite au lait des poilus

Le drapeau arboré dans la tranchée

 

 

Les instantanés de la guerre (photos)

LPJ Illustre 1915-08-22 D.jpg

Le camp des boulangers italiens

Le peintre Jonas travaillant au milieu des soldats indiens

Les derniers prisonniers allemands faits à Souchez

La rentrée à Cape-Town des troupes victorieuses après la défaite des Allemands

Un éléphant employé par les Allemands dans une ville du Nord

Paysans galiciens regardant passer un régiment de cosaques

Une laitière à Carency

Dans les Vosges - Construction d'abris en tôle cintrée

Dans le Tyrol - Mortier autrichien skoda en batterie

Un héros de Souchez, amené blessé à Carency

 

 

Thèmes qui pourraient être développés

  • Grèce - La crise grecque
  • Pologne - L'archiduc Charles-Etienne roi de Pologne
  • L'Italie déclare la guerre à la Turquie
  • Pension de jeunes filles en Suisse
  • Industrie de guerre
  • Décoration - Lettre de demande
  • Permission agricole - Lettre de demande
  • Permission - La rentrée du permissionnaire (LPJ Sup)
  • Les enfants à la guerre - Les jeunes héros (LPJ Sup)
  • Les instantanés de la guerre (Photos dans LPJ Sup)
  • Conseils pratiques - Comment ne pas rougir dès qu'on vous parle (LPJ Sup)


14/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 327 autres membres