14-18Hebdo

14-18Hebdo

188e semaine de guerre - Lundi 4 mars au dimanche 10 mars 1918

LUNDI 4 MARS 1918 - SAINT CASIMIR - 1310e jour de la guerre

MARDI 5 MARS 1918 - SAINT ADRIEN - 1311e jour de la guerre

MERCREDI 6 MARS 1918 - SAINTE PERPETUE - 1312e jour de la guerre

JEUDI 7 MARS 1918 - SAINT THOMAS D’AQUIN - 1313e jour de la guerre

VENDREDI 8 MARS 1918 - SAINT JEAN DE DIEU - 1314e jour de la guerre

SAMEDI 9 MARS 1918 - SAINTE FRANCOISE ROMAINE - 1315e jour de la guerre

DIMANCHE 10 MARS 1918 - LAETARE - IVe DE CAREME - 1316e jour de la guerre

Revue de presse

-       Les bolcheviks ont signé la paix - L'Allemagne annonce la fin des hostilités

-       La Suède dupée par l'Allemagne

-       Les Roumains ont accepté les conditions allemandes d'armistice

-       Le traité de Brest-Litovsk

-       L'affaire Malvy

-       La taxe sur les objets de luxe

-       Un discours optimiste de M. Bonar Law sur la situation générale

-       L'Allemagne et la Finlande signent la paix - Les iles d'Aland proclamées province finlandaise

-       Raid d'avions sur Londres - 11 tués, 46 blessés

-       Un grand discours de M. Clemenceau - "La guerre jusqu'au bout… La justice jusqu'au bout" - La Chambre approuve par 400 voix contre 75

-       Changement d'heure

-       Les gothas sur Paris - 13 tués, 50 blessés

-       Violente attaque allemande repoussée à l'est d'Ypres

 

Morceaux choisis de la correspondance

Du 12 janvier au 11 mars - JMO 260e RAC/2e groupe.- Le groupe dont la zone d’action est le Ss secteur 2 Bois (droite du secteur des Chambrettes) exécute presque quotidiennement des barrages et des C.P.O. La plupart des barrages sont exécutés sous de violents bombardements ennemis.

 

Les boches, après nous avoir laissé quelque répit il y a une quinzaine, sont à nouveau très actifs.

5 mars - LUI.- J’ai reçu tes deux bonnes lettres du 27 et du 28 février. Je suis heureux qu’on n’ait pas réquisitionné la houille de Maman, cela l’aurait obligée encore à de nombreuses démarches. Comment va-t-elle ? Tu ne m’en dis rien dans tes dernières lettres.

 

J’ai vu en effet sur le Temps le bombardement de Nancy. Les autres journaux n’en ont pas fait mention je crois. Le gouvernement a bien fait de faire évacuer la ville.

 

J’ai en effet reçu le compte rendu de l’assemblée de Dedovo. Je ne sais pas si tu as remarqué que Paul a inséré un article dans le paragraphe administrateur, disant qu’étant mobilisé je ne pouvais pas faire partie du conseil d’administration. Bien que j’estime et que tout le monde estimera que les administrateurs ne peuvent pas être responsables de tous les malheureux événements qui se sont passés en Russie, je suis quand même content de ne plus faire partie du conseil. D’ailleurs pour une fois que j’ai accepté de faire partie d’un conseil d’administration je n’ai pas de chance. Mais c’est une leçon. Je crois malheureusement qu’il ne faut pas se faire d’illusion sur cette affaire-là, même si les boches arrivent à Moscou et Petrograd, car ils s’empresseront de prendre toutes les marchandises et mettront la main sur l’usine. Pourra-t-on la leur reprendre ? D’ailleurs je crois que les boches n’iront pas si loin. Ce qui les intéresse surtout c’est le sud de la Russie et une fois qu’ils auront leur sûreté de ce côté ils s’arrêteront.

 

Comme je te l’ai dit je ne pourrai pas revenir en permission avant la mi-avril, à moins qu’on nous relève d’ici quelque temps mais tout cela est bien problématique, bien que nos hommes seraient enchantés de quitter un pareil secteur. Les boches, après nous avoir laissé quelque répit il y a une quinzaine, sont à nouveau très actifs. Encore aujourd’hui matin ils ont attaqué et tu verras cela sur le communiqué.

 

Comme tu penses j’aurais bien voulu assister à la 1ère communion de notre petit Dédé. Je pense que tu seras émue de le voir en grand pantalon. Je crois encore le voir le bon chéri lorsque tout petit tu te rappelles il quittait le sein de sa nourrice pour nous adresser un bon sourire. Crois-tu qu’il y ait si longtemps que nous soyons mariés. Le temps a passé si vite (je ne parle pas évidemment des années de guerre), mais nous avons eu beaucoup de bonheur n’est-ce pas ma chérie adorée et nous en aurons encore, sois-en sûre.

Je te fais envoyer 600 francs. Merci pour le boudin.

 

Nos fantassins ont la vie dure aussi et forcément font quelques pertes.

7 mars - LUI.- J’ai reçu tes deux bonnes lettres du 1er et du 2 mars ainsi que la grande lettre de Noëlle, qui était très bien écrite comme écriture et comme rédaction. J’ai été bien amusé par le marché qu’elle a fait avec Dédé pour avoir sa papeterie et je serai content de lire dans son cahier sa rédaction sur la petite maison du jardin. Tu me dis qu’elle a été reprise de la grippe ainsi que Maman. J’espère que cette petite rechute ne donnera rien et qu’elles seront bientôt remises toutes deux.

 

J’ai reçu le boudin avant-hier. Nous en avons mangé hier ici et j’en ai envoyé un peu à mes camarades de la batterie qui est la plus voisine. Il n’y en avait pas évidemment assez pour en donner à tout le monde, mais il était excellent et tu pourras féliciter la personne qui l’a fait.

 

Sans doute on parle toujours beaucoup de l’attaque boche. Il est possible que les Allemands attaquent mais je ne crois pas que le tuyau de Paul soit sérieux. Ou alors c’est que les Allemands auraient de nouveaux moyens que nous ne connaissons pas encore. Nous avons nous aussi beaucoup de réserves, beaucoup de canons, beaucoup d’obus et, du moment qu’ils n’ont pas pu passer il y a deux ans où nous avions beaucoup moins de moyens, je ne crois pas qu’ils passent cette fois-ci. Je suis allé ce matin à l’infanterie. Il faut partir de très bonne heure. C’est d’abord assez loin, de 3 à 4 kilomètres, et dans ce terrain épouvantable et ces boyaux remplis de boue on n’avance pas vite et puis les boches tirent presque toute la journée et ce serait vraiment trop bête de se faire toucher ainsi. Nos fantassins ont la vie dure aussi et forcément font quelques pertes. Je crois donc qu’ils seront bientôt relevés. Nous resterons comme toujours probablement quinze jours de plus qu’eux et notre tour viendra. J’en serai bien content surtout pour mes hommes. Dieu veuille qu’on nous envoie en Lorraine et que je puisse recommencer les petites fugues que j’étais si heureux de faire vers le mois de janvier, tu te rappelles ma Mie, avant de revenir en permission dans un mois j’espère. Comme je m’en réjouis car je commence à être très en mal de ma petite Mie chérie.

 

J’ai écrit hier à notre petite Noëlle.

 

Voilà si longtemps que la guerre dure !

9 mars - LUI.- J’ai reçu tes deux bonnes lettres du 3 et du 4 mars et déjà aussi celle du 5, le vaguemestre étant monté vers midi aux positions. En général notre courrier ne nous arrive que par le ravitaillement du soir. Tu as bien fait de retarder la 1ère communion de Noëlle et de Robert. D’ailleurs si j’en juge par tes lettres, Noëlle a besoin de corriger sa gourmandise et notre petit Robert a bien mauvais caractère. Ce n’est d’ailleurs qu’un moment comme cela, il faut l’espérer mais il ne sera jamais aussi souple que notre Dédé et plus tard nous aurons plus d’influence sur Dédé que sur lui. D’un autre côté il se laissera aussi moins entraîner par d’autres et sera plus indépendant, ce qui est une bonne chose.

 

Je suis content que vous ayez de temps à autre quelques jeunes officiers qui puissent un peu vous distraire. La vie à Docelles est monotone et voilà si longtemps que la guerre dure, ma pauvre mie, que tu n’as pas grand plaisir.

 

Pour les indemnités de charges de famille, elles sont supprimées maintenant pour les officiers supérieurs mais, pour tous les autres officiers, du moins dans notre corps d’armée on ne la verse pas aux officiers, elle est payée par le percepteur. On l’a fait exprès. De cette façon, il est probable que beaucoup d’officiers ne la touchent pas. Je ne vois pas Mr Kiener par exemple ou moi-même allant demander de l’argent au percepteur et toucher ainsi une sorte d’allocation. Tu te rappelles ce que disait Tété, qu’elle ne comprenait pas comment elle ne touchait rien. Si tu touchais quelque chose tu vois d’ici les récriminations. Ce n’est pas possible.

 

Je pensais bien que tu trouverais mes chaussettes en trop mauvais état pour les raccommoder. Evidemment elles n’en valent plus la peine. Tâche de m’en envoyer dès que tu pourras car je n’ai plus guère que des chaussettes de laine. Cela va encore maintenant mais si le beau temps continue il va faire très chaud et je ne les aime pas.

 

Nous sommes bombardés un peu tous les jours mais enfin jusqu’ici nous n’avons eu qu’un tué et quelques évacués pour intoxication par le gaz. Hier cela tombait autour du PC. L’antenne de TSF était cassée, il fallait la réparer et le loustic est sorti de la sape en chantant l’air connu : « Il pleut des baisers, l’air est plein de caresses ». C’est un Parisien. Nous n’avons pas pu nous empêcher de rire bien que le pauvre garçon risquait un peu sa vie. Il n’a rien eu d’ailleurs.

 

9 mars - JMO 260e RAC/2e groupe.- Le capitaine Grosperrin et la 26e batterie et le canonnier Baillant de sa batterie sont grièvement blessés par un obus de 105.

  

 

Gravures du Petit Journal - Supplément illustré - 10/03/1918 (N° 1420)

LPJ Illustre 1918-03-10 A.jpg

Le conte de la grand’mère - « Mes enfants, il y avait une fois la guerre !... »

 

La mitrailleuse (photos)

LPJ Illustre 1918-03-10 C.jpg

La mitrailleuse

Sir Hiram Maxim tirant la mitrailleuse

Nettoyage des mitrailleuses

Abri de mitrailleuses

Mitrailleuse des chasseurs alpins italiens (type Maxim en service dans l'armée d'Italie)

Officier américain en train de viser le but avec une mitrailleuse Lewis

Allemands tirant une mitrailleuse contre les aéroplanes

Automitrailleuse américaine

Mitrailleuse pour avion de chasse

 

 

Chirurgie des navires torpillés (photos)

LPJ Illustre 1918-03-10 D.jpg

Chirurgie des navires torpillés

Les deux moitiés du « Milwaukee » réparées

Au cours de la remise en état du « Milwaukee »

Le « Milwaukee » découpé à la dynamite après son échouage

Le « Milwaukee » avec la fin de sa nouvelle proue (la ligne blanche du milieu indique l'endroit de la soudure)

Brèche faite dans le bordé du vapeur « Coronilla »

Réparation du « British-Prince » en cale sèche

Réparation provisoire d'une coque Woolwich

Réparation du brise-glace russe « Ermak »

 

 

Thèmes qui pourraient être développés

  • Russie - Les bolcheviks ont signé la paix - L'Allemagne annonce la fin des hostilités
  • La Suède dupée par l'Allemagne
  • Les Roumains ont accepté les conditions allemandes d'armistice
  • Impôt - La taxe sur les objets de luxe
  • Finlande - L'Allemagne et la Finlande signent la paix - Les iles d'Aland proclamées province finlandaise
  • Angleterre - Raid d'avions sur Londres - 11 tués, 46 blessés
  • Politique - Un grand discours de M. Clemenceau - "La guerre jusqu'au bout… La justice jusqu'au bout" - La Chambre approuve par 400 voix contre 75
  • Changement d'heure
  • Les gothas sur Paris - 13 tués, 50 blessés
  • Front - Violente attaque allemande repoussée à l'est d'Ypres
  • Industrie - Les mobilisés ne peuvent faire partie du conseil d'administration
  • Air connu "Il pleut des baisers, l'air est plein de caresses"
  • Evasions de prisonniers (LPJ Sup)
  • La mitrailleuse (Photos dans LPJ Sup)
  • Chirurgie des Navires torpillés (Photos dans LPJ Sup)
  • Conseils pratiques - Le goût du bonheur (LPJ Sup)
  • Religion - Fête religieuse - Saint Jean de Dieu - 8 mars
  • Religion - Fête religieuse - Laetare (3ème dimanche avant Pâques ou IVe dimanche de Carême)


02/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 323 autres membres