14-18Hebdo

14-18Hebdo

186e semaine de guerre - Lundi 18 février au dimanche 24 février 1918

LUNDI 18 FEVRIER 1918 - SAINT SIMEON - 1296e jour de la guerre

MARDI 19 FEVRIER 1918 - SAINT CONRAD - 1297e jour de la guerre

MERCREDI 20 FEVRIER 1918 - SAINT ELEUTHERE - 1298e jour de la guerre

JEUDI 21 FEVRIER 1918 - SAINT PEPIN - 1299e jour de la guerre

VENDREDI 22 FEVRIER 1918 - CHASSE DE SAINT PIERRE A ANTIOCHE - 1300e jour de la guerre

SAMEDI 23 FEVRIER 1918 - SAINT PIERRE DAMIEN - 1301e jour de la guerre

DIMANCHE 24 FEVRIER 1918 - REMINISCERE - IIe DE CAREME - 1302e jour de la guerre

Revue de presse

-       Une alerte à Paris

-       Deux attaques allemandes en Champagne sont brisées avec des pertes élevées pour l'ennemi

-       A la veille de la reprise des hostilités, le soviet de Petrograd s'occupe de la démobilisation

-       Le 101e raid sur l'Angleterre - Aucun appareil n'est encore parvenu sur Londres

-       Trèves bombardée - 16 avions ennemis abattus

-       La paix allemande en Russie - Lénine et Trotsky capitulent - Ils acceptent toutes les conditions de l'Allemagne : l'annexion de la Pologne, de la Lithuanie, de Riga, des iles de Moon et le paiement d'une indemnité de 20 milliards de francs en or - Les Allemands occupent Dvinsk

-       L'arrestation de M. Charles Humbert - Il est inculpé d’intelligence avec l’ennemi

-       En Lorraine, nos troupes pénètrent sur un large front dans les lignes allemandes - Plus de 400 prisonniers

-       La capitulation des bolcheviks et l'Internationale

-       L'affaire Malvy

-       D'Annunzio décoré de la croix militaire anglaise

-       Séance orageuse au Reichsrat

-       Prise de Jéricho

-       Garros et Marchal évadés d'Allemagne - Ces aviateurs ont pu gagner la Hollande

-       Le Reichstag ratifie la paix avec l'Ukraine

-       Démission probable du cabinet espagnol

 

Morceaux choisis de la correspondance

Du 12 janvier au 11 mars - JMO 260e RAC/2e groupe.- Le groupe dont la zone d’action est le Ss secteur 2 Bois (droite du secteur des Chambrettes) exécute presque quotidiennement des barrages et des C.P.O. La plupart des barrages sont exécutés sous de violents bombardements ennemis.

 

Les Allemands se mettent à bombarder maintenant nos échelons avec de grosses pièces. L’autre jour j’ai eu vingt chevaux tués mais heureusement pas un homme.

19 février - LUI.- J’ai reçu tes deux bonnes lettres du 13 et du 14 février. Comme nos enfants, ma petite Mie, nous préférions le Général Dourakine ou les Mémoires d’un âne à de jolis récits même bien écrits et émouvants comme celui dont tu me parles. Ces récits-là peuvent plaire aux enfants lorsqu’ils sont très courts mais celui-là est peut-être un peu long. J’espère que pour nos chéris cela ne sera rien. Mais n’oubliez pas tous que dans notre pays c’est surtout en février et mars qu’on attrape des rhumes et qu’il faut prendre beaucoup de précautions.

 

Vous faites très bien de ne pas vous occuper du foyer du soldat. Vous n’en auriez que des ennuis et c’est au major du cantonnement de s’assurer, lorsqu’il aura des troupes, que la salle de réunion est propre, éclairée et chauffée même au besoin et qu’on n’en fait pas une salle de beuverie.

 

Je suis sûr que vous devez avoir maintenant le beau temps car depuis quelques jours il fait très bon ici. Malheureusement les Allemands se mettent à bombarder maintenant nos échelons avec de grosses pièces. L’autre jour j’ai eu vingt chevaux tués mais heureusement pas un homme. C’est d’ailleurs un seul gros obus qui a fait tout le mal et comme la pièce qui nous a ennuyés a recommencé le lendemain à peu près dans la même direction, nous nous sommes déplacés et j’espère que rien ne nous arrivera plus.

 

Nous voici au 20 février, presque un mois et demi que nous sommes ici, le temps passe quand même vite. Je voudrais qu’il filât encore plus rapidement jusqu’au mois d’avril pour te revoir le plus tôt possible car moi aussi, tu le penses bien, je suis en mal de toi.

 

Que dis-tu des nouvelles qui paraissent dans les journaux ? Les Russes ont été complètement trompés par les Allemands. Décidément nous n’avons pas toujours de la chance et ce qui m’ennuie surtout c’est que tout cela va probablement prolonger la guerre et m’empêcher de te rejoindre, ma bien aimée, aussitôt que je l’aurais voulu.

21 février - LUI.- J’ai reçu ta bonne lettre du 15 et j’espère bien que les enfants vont mieux. Ne te fatigue pas trop pour les soigner et fais attention de ne pas attraper leur rhume. Tu sais que lorsque la grippe est dans une maison, il est difficile de l’en faire disparaître. Prends donc bien des précautions.

 

J’ai été content aussi de la lettre de Robert et je lui écris que je suis heureux qu’il soit sage et qu’il ne soit plus impoli pour Mademoiselle. Il est amusant lorsqu’il parle de la crosse de Monseigneur et je voudrais bien le voir dans l’exercice de ces importantes fonctions. J’espère que notre Dédé va redevenir lui aussi raisonnable comme il l’était. Comme tu le dis c’est qu’il doit être un peu souffrant. Je pense que tu lui as fait cesser ses leçons avec Mademoiselle et que tu t’arrangeras de façon à lui donner une après-midi de repos par semaine lorsqu’il aura bien travaillé. Et puis il faut guérir ton rhumatisme, ma petite Mie, et pour cela mettre de bonnes robes chaudes et non pas les petits corsages que je te vois souvent porter et qui sont certainement trop froids en cette saison.

 

Que dis-tu des nouvelles qui paraissent dans les journaux ? Les Russes ont été complètement trompés par les Allemands. Si cela pouvait être une leçon pour nos bons socialistes, qui espéraient encore qu’il suffirait à un Trotski ou à un Lénine quelconque de faire de beaux discours pour entraîner les ouvriers boches dans la révolution. C’est étonnant qu’il y ait des gens aussi naïfs. Voici maintenant les boches qui vont en Ukraine et qui vont empêcher les bolcheviks de bouger. Cela va retarder leur offensive sur notre front mais d’un autre côté je crains qu’ils trouvent dans ce nouveau pays beaucoup de blé et de matières premières qui leur font défaut. Et puis que va devenir la pauvre Roumanie prise entre l’enclume et le marteau ? Décidément nous n’avons pas toujours de la chance et ce qui m’ennuie surtout c’est que tout cela va probablement prolonger la guerre et m’empêcher de te rejoindre, ma bien aimée, aussitôt que je l’aurais voulu.

 

Que dis-tu aussi des prétentions de l’Italie ? Tu as lu dans les journaux le traité qu’elle nous a imposé avant de déclarer la guerre. Et l’on vient dire après cela que tous ces gens-là se battent pour la liberté du monde !!

Que dis-tu aussi des prétentions de l’Italie ? Tu as lu dans les journaux le traité qu’elle nous a imposé avant de déclarer la guerre. Et l’on vient dire après cela que tous ces gens-là se battent pour la liberté du monde !! Enfin ce qui me console, c’est que tout cela nous évitera peut-être une grosse révolution après la guerre. Lorsqu’ils verront à quoi a abouti le mouvement bolchevik, il est probable que les chefs socialistes y regarderont à deux fois avant de déchaîner un mouvement qu’ils ne pourraient pas plus arrêter que n’a pu le faire Krylevitski.

 

Nos affaires ne vont pas bien. Toute cette affaire de Russie a mal tourné pour nous.

23 février - LUI.- J’ai reçu tes deux bonnes lettres du 17 et du 18. Je vais répondre à Maurice dans le sens convenu. Nous avons en effet le temps d’y penser mais je me figure qu’à Cornimont ce ne sera pas drôle après la guerre. P. Mangin prétend qu’il n’y a plus grande discipline dans les usines et tu sais ce que c’est lorsqu’il faut remonter un courant pareil. D’autre part, Pierre Mangin est seul depuis longtemps. Il admettra difficilement je crois la discussion et nous aurons bien du mal à nous entendre.

 

Ta pauvre Maman se fatigue beaucoup et j’ai peur qu’elle ne paie tout cela plus tard. Ne te laisse pas impressionner par les idées de Paul. Il est pessimiste pour le moment comme il était bêtement optimiste il y a deux ans. Il est certain qu’actuellement nos affaires ne vont pas bien. Toute cette affaire de Russie a mal tourné pour nous, mais que veux-tu ma Mie personnellement nous n’y pouvons rien. Advienne que pourra, il faut être philosophe.

 

D’ailleurs en ce qui nous concerne personnellement ici, nous sommes beaucoup plus tranquilles depuis quelques jours. Il est vrai que le temps ne se prête pas beaucoup à la lutte d’artillerie. Nous avons le brouillard mais au moins nous pouvons un peu sortir et nos travailleurs peuvent continuer leurs travaux.

 

Pour notre Dédé, s’il fait mal ses devoirs de latin, c’est probablement qu’on va encore trop vite. Je préfère que Mr Melchior aille plus doucement. Tant mieux que personne ne puisse l’aider car il n’apprendrait rien. Pour Robert tu as bien raison de ne pas lui faire faire sa première communion. Il est beaucoup trop jeune et c’est encore toujours la même chose, je ne comprends pas pourquoi on a changé ce qui se faisait autrefois et qui était régulier et logique.

 

Voici encore une autre semaine finie. Si seulement nous étions au mois d’avril !!!

Voici encore une autre semaine finie. Si seulement nous étions au mois d’avril !!!

 

  

Gravures du Petit Journal - Supplément illustré - 24/02/1918 (N° 1418)

LPJ Illustre 1918-02-24 A.jpg

Mrs William Duffy - La jolie aviatrice américaine

 

 

Ballons-sondes - Cerfs-volants - Parachutes (photos)

LPJ Illustre 1918-02-24 C.jpg

Ballons-sondes - Cerfs-volants - Parachutes

Lancement des ballons-sondes

Pour donner des nouvelles aux pays envahis

Cerfs-volants d'observation prêts à s'élever

Cerfs-volants d'observation en ligne

Trains de cerfs-volants avec observateur

Cerfs-volants en réparation

La saucisse vient de lâcher son parachute

Descente de l'aéronaute en parachute

Atterrissage du parachute

Pliage du parachute

 

 

Saucisses (photos)

LPJ Illustre 1918-02-24 D.jpg

Saucisses

Atterrissage d'un ballon

Le ballon captif des débuts de la guerre

En atterrissant, la nacelle s'est accrochée à un arbre. L'aéronaute saute à bas, et va atterrir tout doucement grâce à son parachute

Le départ d'une saucisse

Téléphoniste en communication avec l'observateur du ballon

Saucisse en plein vol

Saucisse en observation

Nouvelle nacelle à double panier

Gonflement d'un ballon-saucisse à l'aide de tubes de gaz, transportés sur camion-auto

Les ballons d'observation. La voiture-treuil

 

 

Thèmes qui pourraient être développés

  • Front - Deux attaques allemandes en Champagne sont brisées avec des pertes élevées pour l'ennemi
  • Russie - La paix allemande en Russie - Lénine et Trotsky capitulent - Ils acceptent toutes les conditions de l'Allemagne : l'annexion de la Pologne, de la Lithuanie, de Riga, des iles de Moon et le paiement d'une indemnité de 20 milliards de francs en or - Les Allemands occupent Dvinsk
  • Procès - L'arrestation de M. Charles Humbert - Il est inculpé d’intelligence avec l’ennemi
  • Italie - D'Annunzio décoré de la croix militaire anglaise
  • Autriche - Séance orageuse au Reichsrat
  • Palestine - Prise de Jéricho
  • Aviation - Garros et Marchal évadés d'Allemagne - Ces aviateurs ont pu gagner la Hollande
  • Espagne - Démission probable du cabinet espagnol
  • Enfants - Le général Dourakine et Mémoires d'un âne
  • Le foyer du soldat, responsabilité : le major du cantonnement
  • Aviation - Mrs William Duffy, la jolie aviatrice américaine (LPJ Sup)
  • Turquie - Quand il était sultan : Abdul-Hamid (LPJ Sup)
  • Aviation - Ballons-sondes - Cerfs-volants - Parachutes (Photos dans LPJ Sup)
  • Aviation - Saucisses (Photos dans LPJ Sup)
  • Conseils pratiques - Le pouvoir de séduction à tout âge (LPJ Sup)
  • Religion - Fête religieuse - Châsse de Saint Pierre à Antioche - 22 février
  • Religion - Fête religieuse - Reminiscere (cinquième dimanche avant Pâques) ou Deuxième dimanche de carême


16/02/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 312 autres membres