14-18Hebdo

14-18Hebdo

17e bataillon de chasseurs - Rambervillers - 1909

 

Patrick Germain - 10/01/2015                       

 

img002.jpg

 

En maintes occasions depuis le début de la rédaction de mes articles, j'ai évoqué le rôle que ces fantassins d'élite ont pu jouer dans les opérations militaires écoulées depuis le début de la guerre ; les missions ultérieures dont ont été investis les « diables bleus », ainsi que leurs faits d'armes correspondants nourriront encore avec abondance l'actualité des opérations. J'aurai ainsi l'occasion d'y revenir mais j'ai voulu, au travers du présent texte, compléter avec plus de précision encore la présentation qui vous a été faite dans mon article de la semaine 13 sur « les chasseurs à pied ».

Je viens de retrouver en effet un document très intéressant parce que rare je crois, qui est une plaquette descriptive du 17e B.C.P, réalisée sous l'impulsion de son chef d'alors, le commandant Marcel Serret. (On retrouvera le général Serret à l'Hartmannswillerkopf pendant toute l'année 1915, à son commandement de la 66e division d'infanterie, dite « l'Alsacienne », jusqu'à sa mort héroïque au combat, le 06/01/16).

Si je suis en possession de cet exemplaire, c'est que nous y retrouvons mon arrière-grand-père Chenèble (dont vous avez pu suivre toute la campagne août-novembre 1914 à la tête du 16e B.C.P dans mes articles semaine 14, 15 et 16). A l'époque capitaine, il était à ce moment-là affecté à l'état-major du 17e B.C.P.

En parcourant des extraits de cet ouvrage, dont je me plais à penser qu'il s'agit d'un outil de communication très avant-gardiste, vous découvrirez des illustrations photographiques de ce qu'était un bataillon de chasseurs en 1914.

Voici un descriptif de son effectif qui vous facilitera la compréhension des clichés :

Il rassemble 1 700 hommes, partagé en 6 compagnies de 250 hommes, 1 section hors-rang et 1 section de mitrailleuses.

Chaque compagnie est divisée en 4 sections et commandée par un capitaine ; son effectif comprend :

1 capitaine, 3 lieutenants, 1 sous-lieutenant ou un adjudant-chef, 1 adjudant, 1 sergent-major, 1 sergent-fourrier, 8 sergents, 1 caporal fourrier, 16 caporaux, 2 tambours, 2 clairons, 1 infirmier, 4 brancardiers, 1 tailleur, 1 cordonnier, 1 cycliste, 3 conducteurs, 210 chasseurs.

La section se décompose en 2 demi-sections ou 4 escouades (environ 65 fusils), commandée par un lieutenant (ou un sous-lieutenant, ou un adjudant).

La section de mitrailleuses se compose d'1 officier, 1 sergent, 4 caporaux, 24 chasseurs, 13 chevaux et une voiture.

L'escouade comprend 15 chasseurs sous le commandement d'un caporal

La section hors-rang comprend des artificiers, armuriers, secrétaires, ordonnances, sous-officiers d'approvisionnement, maréchal-ferrant, bouchers et conducteurs.

 

Si vous parcourez ce blog, c'est que vous croyez comme moi à la puissance de la mémoire ; considérez donc que la plupart de ces braves chasseurs qui vont apparaître devant vous sont morts pour la France, ou ont été blessés et gravement mutilés ; très peu sont revenus.

Par delà l'intérêt documentaire de cet article, la mention, pour certains, de leur nom, et pour tous, la résurgence de leurs visages, arrachés au gouffre de l'oubli, immortalisent leur souvenir.

 

img003.jpg

 

img004.jpg

 

 img005.jpg

 

img006.jpg
 

img007.jpg

 

img009.jpg

 

img010 RETOUCHE.jpg

 

img014.jpg

 

img017.jpg

 

img018.jpg

 

img019.jpg

 

img020.jpg

 

img021.jpg

 

img022.jpg

 

img023.jpg

 

img024.jpg

 

img025.jpg

 

 img026.jpg

 

img029.jpg

 

img030.jpg

 

img031.jpg

 

img032.jpg
 

img034.jpg

 

img035.jpg

 

img036.jpg

 

img037.jpg

 

Cantonné à Baccarat à partir d'Avril 1914 (à 20kms de la frontière) le bataillon prit part à tous les coups durs :

1914 : Badonviller, la Chipotte, la Marne, les Flandres

1915 : Notre-Dame de Lorette, fosse Calonne, Vimy, l'Artois

1916 : Verdun (secteur entre Vaux et Douaumont) en mars-avril ; la Meuse (mai-juillet) ; la Somme (septembre-décembre).

1917 : le Chemin des Dames (durant 2 attaques, le 17ème B.C.P coopéra avec les chars, en leur « aménageant des passages » ; les pertes des chars atteignirent 80%, celles du bataillon 50%). Des mutineries importantes se produisirent les 2 et 3 Juin.

1918 : l'Alsace, l'Aisne et la Somme.

 

« Il n'y a pas de dernier effort », disait son ancien chef le général Serret...

 

En récompense de tout cet héroïsme dans le sacrifice, le 17e B.C.P obtint pendant cette guerre 5 citations à l'ordre de l'armée et 2 citations à l'ordre de la division, ce qui en fit l'un des bataillons les plus décorés, lui donnant droit au port de la fourragère jaune aux couleurs de la Médaille militaire[1].

 



[1] Voir mon article semaine 11 sur « les citations et décorations ».



08/01/2015
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 328 autres membres