14-18Hebdo

14-18Hebdo

Paul Cuny (1872-1925)

Portrait proposé par Marie Favre · 19/11/2014 à partir d'une notice extraite de Wikipedia et des « Notes glanées » d’Odile Dehollain[1].

 

En août 1914, Paul Cuny, 41 ans, rejoint son corps à Versailles. Dans le civil, il est industriel cotonnier à Epinal. En 1912, il a démarré une nouvelle usine en Russie, toujours dans le coton, Dedovo près de Moscou.

                       

1910 Paul Cuny-DSC04798 ROGNE Completement.jpg

Paul Cuny 1910 - (J. Barco, Nancy)

 

Paul Cuny naît en 1872 à Gérardmer. Il est l’aîné des enfants de Clémentine Perrin (1850-1915), (fille ainée de Constant Perrin, nièce de Georges Perrin, fondateur des HGP à Cornimont), qui a épousé en 1871 Henri Cuny (1845-1878). Ses frères et sœur sont : Georges Cuny (1873-1946) qui épousera Marie Boucher (1884-1960), Marie Cuny (1875-1944) qui épousera Adrien Molard (1871-1956), et Henri Cuny (1878-1951) qui épousera Marie-Thérèse Moner (1884-1954).

Son père meurt en 1878. Paul, son aîné, a 5 ans ½.

Il épouse en juin 1902 Marie Giron (1880-1961).

Notice extraite de Wikipédia  http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Cuny

Paul Cuny, né le 19 novembre 1872 à Gérardmer et mort le 3 juin 1925 à Paris, est un industriel du textile vosgien et un homme politique de la Troisième République, qui fut député d'Épinal.

Industriel du textile

Paul Cuny est le fils d'Henry Cuny (1845-1878), négociant, et de Clémentine Perrin (1850-1915). En 1896, il fonde une filature de coton à Thaon, Paul Cuny et Cie. En 1901, il crée une autre filature à Roville-devant-Bayon, avec un associé, Giron. En 1906, il fonde une troisième filature, la Société Giron et Cie, qui établit la filature de la Vologne, avec Giron, le frère de son épouse, et Adrien Molard, le mari de sa sœur.

En 1908, leurs entreprises fusionnent pour donner la société Paul Cuny, Molard et Cie. Paul Cuny est le gérant et principal actionnaire de cette société en commandite par actions, dont le siège se trouve à Épinal. Cette même année, il fonde une autre filature, à Sélestat, en Alsace, les filatures de Schlestadt. Il est aussi président du conseil d'administration de la filature de Cheniménil et vice-président de la BTT, la Blanchisserie et Teinturerie de Thaon. En 1912, il fonde avec d'autres industriels la société Cotonnière de Dedovo, qui fait construire une usine en Russie, dans la banlieue de Moscou.

Député d'Épinal

Il est issu d'une famille catholique conservatrice, mais il a évolué vers la gauche, notamment sous l'influence d'Armand Lederlin, industriel, maire de Thaon et conseiller général. Il est d'ailleurs adjoint au maire de Thaon. En 1906, il devient président de la section d'Épinal du comité Mascuraud (le comité républicain du commerce et de l'industrie, présidé par le sénateur Mascuraud, qui finance le parti radical).

En 1909, il envisage de se présenter à une élection législative partielle à Épinal. En 1910, il est candidat à Épinal contre le député sortant progressiste Camille Krantz, en tant que républicain démocrate. Il est élu avec 58,75 % des suffrages exprimés. Il siège à la Chambre au groupe de la Gauche radicale. En 1912, il se présente aux municipales à Épinal : il mène la liste républicaine démocratique contre la liste du maire sortant, qui l'emporte.

Affaibli, il ne se représente pas en 1914 et démissionne de la présidence du comité spinalien du comité Mascuraud. Il s'installe à Paris, d'où il dirige ses affaires.

Documents utilisés comme source pour la rédaction de cet article.

Gilles Grivel, « Paul Cuny », in Les Parlementaires lorrains de la IIIe République, Jean El Gammal (dir.), Metz, Éd. Serpenoise, 2006, p. 347-348. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Bertrand Munier, Le grand livre des élus vosgiens, 1791-2003 : conseillers généraux et régionaux, députés, sénateurs, ministres, 2003. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Georges Poull, L'industrie textile vosgienne, 1765-1981, G. Poull, 1982-1983, p. 321-322

Georges Poull, « Paul Cuny », in Albert Ronsin (dir.), Les Vosgiens célèbres. Dictionnaire biographique illustré, Éditions Gérard Louis, Vagney, 1990, p. 97 (ISBN 2-907016-09-1)

Liens externes

« Fiche no 2086 », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale

 

 

"Notes glanées" d’Odile Dehollain

En 1898, Paul Cuny construit usine et maison à Thaon-les-Vosges (associé à Germain Willig). Ce sera vendu à Boussac vers 1920.

1902 - Il épouse Marie Giron.

1908 - Fusion des Ets Giron et Cie à Laveline devant Bruyères avec la société en commandite par actions (spécialisée dans la filature de coton jumel) dont Paul Cuny est gérant et principal actionnaire. C’est désormais la « Filature de la Vologne - Paul Cuny, Molard et Cie » (Adrien Molard a épousé la sœur de Paul).

Paul Cuny est aussi :

  • Directeur des Filatures de Sélestat, entre Colmar et Strasbourg.
  • Président du conseil d’administration de la Filature de Cheniménil
  • Vice-président du conseil d’administration de la Blanchisserie et Teinturerie de Thaon, fondée par Lederlin.

24 avril 1910, à 38 ans, il est élu député radical, battant au 1er tour Camille Krantz, député sortant, ancien ministre. Homme d’action, il est vite agacé par les discussions interminables. Sans attendre les quelques mois « d’apprentissage », il voulut parler à la tribune de la Chambre. Il fut chahuté ! On entendit l’air à la mode :

« Funiculi Funicula[2]

Ah ! FuniCUNY Funicala ! »

La Russie et Dedovo

Les idées libérales du tsar Alexandre II (1818-1881) incitèrent, dès 1855, certains Français à investir en Russie. (Annales de la Société d’Emulation - Epinal - 1985 - Claude Ferry)

1875 - C. Giraud s’occupe à Moscou du traitement de la soie.

1878 - A Lodz, Pologne russe, s’installent des lainiers de Roubaix.

La Cotonnière russo-française est cotée par la banque Renauld à Nancy.

Alexandre III, tsar de 1881 à 1894, est plus conservateur. Cependant le premier grand emprunt russe est proposé en France en 1888.

Son fils Nicolas II vient à Paris en 1896. Accueil enthousiaste. Puis en 1900, inauguration du pont Alexandre III, Henri Boucher, frère de Louis[3], étant ministre du Commerce. « Le tsar engage la Russie dans la voie de l’industrialisation », mais sans s’occuper des conséquences sociales… Grèves, révoltes, répression sauvage, spécialement à Saint-Pétersbourg en 1905…

Montée du marxisme, agitation révolutionnaire en 1912…

Cela ne semble pas effrayer Paul Cuny, qui fonda cette année-là la Cotonnière de Dedovo. Intelligent, dynamique, il sait saisir l’occasion, prendre des risques. Et à cette époque, on ne paie guère d’impôts, on s’enrichit vite. « Une multitude d’entreprises françaises s’établirent en Russie entre 1887 et 1914 : mines, pétrole, métallurgie, cimenterie, chimie, électricité, textiles… » (R. Girault, 1973). La tradition familiale déplore que Paul Cuny ait renoncé à fonder une usine aux USA, par crainte du mal de mer…

« La Cotonnière de Dedovo a pour objet :

  • « L’exploitation sous toutes ses formes de l’industrie du coton ou autres produits textiles en Russie.
  • La création, la construction, l’installation, l’acquisition, la location et l’exploitation, dans ce but, d’usines et établissements de filature, de tissage, de teinture, de blanchiment, d’impression d’apprêt et de grattage du coton ou autres textiles en Russie.
  • La culture du coton.
  • La vente et le commerce des produits fabriqués. »

Paul Cuny veut créer « un groupe intégré ».

         40,3% du capital est souscrit par des gens de Meurthe-et-Moselle.

         25,7% par ceux du Nord, Sud-est, Alsace, Normandie.

         34% par des Vosgiens, parmi eux des industriels.

                  Georges Cuny (frère de Paul), HGP, Cornimont                                       480 actions

                  Louis Boucher, papetier à Docelles                                                           400

                  Alphonse Perrin, FVP, Thiéfosse                                                               400

                  Armand Lederlin, BTT, Thaon                                                                    300

                  Adrien Molard (beau-frère de Paul Cuny), Bayon et Epinal                       600

                  Victor Luc, Nancy                                                                                       600

                  Paul Luc, Nancy                                                                                         400

                  Gaston Lanique (beau-frère de Paul Cuny), médecin, Nancy                    530

                  Charles Giron, propriétaire                                                                         600

                  Victor Brueder, ingénieur, Paris                                                                  320

                  La Banque Russe du Commerce et de l’Industrie à Paris                          700

         Aucun souscripteur russe individuel.

Paul Cuny a 1 570 actions (6,5%) et 7 640 parts de fondateurs sur 10 000, qu’il reçoit en tant qu’auteur de tous les plans, devis, études préliminaires.

« Un emprunt de 6 millions de francs, prévu dans les statuts, fut lancé en 1913 pour soutenir les travaux ».

Le 5 juin 1914, le conseil d’administration réuni à Moscou constate que « les bâtiments industriels, la première caserne (cité) double, les maisons pour directeurs et employés, sont complètement terminés, de même que l’école, la maternité, les baraques pour malades contagieux, et les bains. L’hôpital, la boulangerie, le magasin pour le coton sont en construction. »

Au mois d’août 1914, la guerre éclate entre France-Angleterre-Russie et l’Allemagne. Les chemins de fer sont désorganisés, des machines acquises en Angleterre ne peuvent être livrées, le charbon et le coton manquent (on cultive davantage le blé : il n’y a plus assez de pain)...

En 1915, Paul Cuny parvient, depuis Epinal, à acheter aux Etats-Unis 3 500 balles de coton qui doivent être livrées à Moscou par Vladivostok et la Sibérie. Les chemins de fer marchent mal. L’usine de Dedovo envoie des ouvriers à la rencontre du coton. Ils parviennent à en ramener 2 000 balles. Les 1 500 autres sont abandonnées dans une gare sibérienne.

Malgré les mobilisations successives, « on trouve toujours du monde en Russie ». L’usine ne manque pas de personnel, constate le Conseil du 22.5.1915. Le 1er août 1914, on avait en filature 872 ouvriers, et 788 en tissage. L’exercice 1915-1916 recense 1 030 ouvriers dont 714 femmes et enfants pour 65 000 broches et 928, dont 712 femmes, pour 1 055 métiers.

En mai 1915, Paul Cuny n’est pas aux Armées, il a un sursis et il sera démobilisé en octobre. « Il est toujours en train dans les affaires » écrit en septembre Mimi, née Boucher, sa belle-sœur. La Cotonnière de Dedovo a passé des marchés avec l’Etat, la ville de Moscou, l’armée pour de la cretonne, des tissus à pansements, etc. « Actuellement, dit Paul Cuny en 1915, toutes les difficultés financières sont aplanies. Depuis longtemps notre trésorerie est au large à Moscou, sans qu’il soit nécessaire d’envoyer des fonds en Russie ». Mais les actionnaires ne bénéficient pas encore de cette bonne marche…

Février 1917 - La révolution éclate en Russie ! Le directeur général de Dedovo, Ceslas Bein, télégraphie à Paul Cuny qu’il y a des grèves et de fantastiques exigences ouvrières, réclamant 200 à 300% d’augmentation de salaires. » Paul prêche la conciliation. Il exprime malgré tout sa confiance dans le gouvernement provisoire et refuse la vente de la Cotonnière de Dedovo, conseillée par Ceslas Bein… On satisfait une grande partie des exigences ouvrières. Le travail reprend.

Octobre 1917 - Les difficultés empirent.

Dès avril 1918, plus de nouvelles.

6 juillet 1918 - Le gouvernement russe ordonne l’arrêt de la Cotonnière On le sut à la fin de l’année, quand Ceslas Bein arriva en France.

En octobre 1918, 880 ouvriers pour 32 100 broches, et 600 pour 480 métiers.

Le 30 janvier 1919, le Conseil apprend que la Cotonnière de Dedovo a été nationalisée. L’inventaire fut déposé au Consulat du Danemark à Moscou, qui prenait en charge les intérêts français. Ceslas Bein pensait « que le gouvernement bolchevik ne pourrait subsister, le mécontentement étant général »…

Les années suivantes voient les réunions de conseils et d’assemblées.

Au conseil du 18 sept. 1939, seuls restent Gaston Lanique, Adrien Molard, Georges Cuny. Paul Cuny est mort en juin 1925.

En 1946, la Sté Cotonnière de Dedovo, siège social à Epinal, 2 place E. Stein, réclame de l’argent aux actionnaires « pour libérer les actions » !!

 

Photos concernant Dedovo

 

Dedovo Part de fondateur au porteur DEHOLLAIN.jpg

Part de fondateur au porteur - 15 juin 1912 (Coll. Odile Dehollain)

Dedovo Part de fondateur N° DEHOLLAIN.jpg

(Coll. Odile Dehollain)

 

Dedovo Extrait des statuts DEHOLLAIN.jpg

Extraits des statuts pour la société civile des porteurs de parts bénéficiaires (Coll. Odile Dehollain)

 

Dedovo Coupons DEHOLLAIN.jpg

Coupons payables à la Banque Renauld  (Coll. Odile Dehollain)

 

Dedovo Obligation5204.jpg

Obligation au porteur de cinq cents francs 5% - 15 avril 1913 (www.scriponet.com)

 

Dedovo CA Cotonniere 1915-09-06.jpg

Convocation du Conseil d’administration pour le 11 septembre 1915

 

Photos concernant Paul Cuny

Voir également le portait de Clémentine Cuny, sa mère Clémentine Cuny (1850-1915)

 

1874 Paul et Georges Cuny SEYNAVE.jpg

Vers 1876 - Paul et Georges Cuny (Coll. Renaud Seynave)

 

1876 Famille Henri Cuny DEHOLLAIN.jpg
1876 - Famille Henri Cuny – Paul, Clémentine, Marie, Henri et Georges (Coll. Odile Dehollain)

 

1882 IMGP8594 1882 Famille Cuny.jpg

Clémentine Cuny et ses 3 aînés : Marie, Paul et Georges - 1882 (Coll. Renaud Seynave)

 

1884 Clementine Cuny et ses enfants.jpg

Clémentine Cuny et ses enfants : Georges, Paul, Henri et Marie (Barco, Nancy) – Vers  1884

 

1891-Cuny Les 3 fils de Clementine-DSC04758 ROGNE.jpg

1891 – Paul, Henri et Georges Cuny – Pique-nique Voyage familial des actionnaires HGP au Ménil Thillot

 

 1894 Cuny Georges et famille-amis A.jpg

1894 – Paul et Georges Cuny et des amis

Adrien Molard, Paul Cuny (avec le canotier), Georges Cuny (assis au milieu), et Camille Herrgott et Beaujean

 1897 Paul Cuny-DSC04738 ROGNE.jpgPaul Cuny – Vers 1900

 

 1910 Paul Cuny Candidat Republicain Democrate-DSC04795 ROGNE.jpg
Paul Cuny en 1910 (Candidat Républicain Démocrate - 1ère Circonscription d’Epinal)

 

1928 Paul Cuny-DSC04742 ROGNE.jpg

Paul Cuny (vers 1920-1925)

 

Sa femme : Marie (Paul) Cuny

 

1906-Cuny Marie Paul CADRE.jpg
Marie (Paul) Cuny en 1906

 1923 Mariage Yvonne Debry Paul Perin Marie Paul Cuny Alexis Vautrin DSC04856 ROGNE.jpg

1923 – Mariage d’Yvonne Debry (6 février 1923 à Nancy)

Devant : Paul Perrin et Marie (Paul) Cuny - Derrière Alexis Vautrin

 

 1929 Mars Cannes Marie Paul Cuny Henri Cuny et Marie-ThereseDSC04855 ROGNE.jpg

Mars 1929 – La Frégate à Cannes chez Marie Paul Cuny

Marie (Paul) Cuny, Henri Cuny et sa femme Marie-Thérèse



[1] Odile Dehollain, née Perrin en 1926, est la fille de Victor Perrin, cousin germain de Paul Cuny.

[2] Funiculì funiculà est une chanson napolitaine dont la musique fut composée par Luigi Denza en 1880 sur des paroles en napolitain du journaliste italien Giuseppe Turco. Elle fut écrite pour commémorer l'inauguration du funiculaire du Vésuve qui avait eu lieu un an plus tôt (cf. Wikipedia).

[3] Louis Boucher épousa Célina Perrin, sœur de Clémentine, en 1882.



21/11/2014
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 307 autres membres