14-18Hebdo

14-18Hebdo

Georges Thibaux et Georges Fontaine

Marie-Christine Sauzay – 03/08/2018

 

« Mes deux grands-pères sont morts pour la France à la première Guerre mondiale »

 

 

Georges THIBAUX (1887-1916)

  

Georges THIBAUX est né le 3 septembre I887 à Givet où il est sergent-fourrier. Il est issu d’une famille d’agriculteurs de Neuflize dans les Ardennes, « tous très intelligents et très désintéressés », d’après leur oncle paternel Elisée. Son frère Alexis, clerc de notaire, fiancé à sa cousine germaine Charlotte Decré, tombe au champ d’honneur dès les premières hostilités.

   

 

Thibaux Alexis Recto.jpg

Alexis Thibaux (né en 1893) tué le 27/08/14, enterré à Dancourt près de Conflans

 

 

Thibaux Georges Jeune Recto.jpg

Georges Thibaux, jeune homme

 

 

Georges épouse en 1910 Marie-Henriette Avet, âgée de 18ans et titulaire de son brevet, dont il a deux enfants, Serge en 1911, et Pol en 1914.

 

1916 Thibaux Georges Famille Marie-Henriette Serge(1911) et Pol (1915) CADRE.jpg

Georges Thibaux et sa femme Marie-Henriette en 1916 avec leurs deux enfants : Serge et Pol

 

    

Blessé en 1916, il est évacué à l’arrière où sa femme vient le soigner, s’improvisant infirmière volontaire.

 

Thibaux Georges 1916 Recto CADRE.jpg

Georges Thibaux en 1916

   

 

Il retourne au front où il tombe à son tour en 1916.

 

Thibaux Georges Image mortuaire  Recto.jpg

Thibaux Georges Image mortuaire  Verso.jpg

 

 

 

En 1921, Serge doit entrer en 6ème au Prytanée Militaire de la Flèche réservé aux fils d’officier et sa mère a un emploi de manutentionnaire réservé aux veuves de guerre - elle deviendra vite chef du service de l’habillement.    

 

   Vers 1930 Avec la famille Houot-Neral.jpg

Vers 1930, Marie-Henriette (à droite debout) avec la famille Houot-Néral.

Georges HOUOT, jeune homme (au milieu debout) futur commandant Houot du Bathyscaphe.

 

 

Il n’était pas rare selon Domain, commissaire de la marine et condisciple de Pol, que les garçons restent en pension le dimanche, leur mère ayant des réunions mystiques de veuves de guerre et envoyant des anneaux d’or au Pape. On imagine difficilement ce que fut cette saignée de 1 500 000 hommes jeunes qui provoqua des courants de société comme le regain de criminalisation de l’avortement avec les mythiques médecins marrons, -manque d’enfants- et les slogans comme « une veuve de guerre ne se remarie pas » -manque de maris.

   

   

********************

  

Georges FONTAINE (1881-1921)

  

Georges FONTAINE est fils d’un artiste peintre de Lorient qui eut 9 garçons en 9 ans. Le dernier, né sans palais, ne vécut pas et la mère mourut en couches. Les autres furent élevés au séminaire par leur oncle Arnaud, prêtre, et sa sœur. Des cinq que l’on voit sur cette photo, trois sont morts pour la France, Georges, Jules, instituteur, et Eugène.

   

 

Famille Fontaine avec oncle Arnaud et tante Eloïse CADRE.jpg

Photo famille Fontaine – L’oncle Arnaud, la tante Eloïse, le grand-père Fontaine, Louis, Eugène, Jules, Georges et Paul

 

   

Louis Fontaine, mon arrière grand-père peintre, n’eut les moyens nécessaires aux études supérieures que pour l’aîné qui devint officier de marine et passa la guerre, relativement protégé, à Salonique, ce qui incita mon grand-père Georges à en faire un croquis avec un soleil dans le dos. Georges, né en 1881, était un artiste.

 

  

Croquis poilu CADRE.jpg

Croquis d’un poilu

   

  

Il commença à créer des affiches signées GEO qu’il vendait à bicyclette, et il tenait une grande droguerie-encadrement avec son frère Paul rue du Port. Les deux frères épousent en 1913 par présentation deux sœurs parisiennes, les Maiseau, ascendance aristocratique, père receveur de l’enregistrement, aquarelle, piano, couture. Ma grand-mère avait aussi son brevet. Ils ont deux enfants Yolande (1915) et le petit Georges dit Nono mort à 5 ans.

  

   

Marie-Louise Fontaine CADRE.jpg

Marie-Louise Fontaine

   

  

1912 Georges Fontaine senior à un bureau.jpg

Georges Fontaine à son bureau

 

 

Georges traverse entièrement l’enfer de Verdun, il revient gazé à mort, emporté à 40 ans par la grippe espagnole. On demande à sa femme si elle préférait être veuve de guerre ou toucher la grosse assurance de l’affaire d’affichage devenue très importante. Elle répond sans hésiter la vérité : « Il est mort pour la France ».

   

  

Georges Fontaine et un camarade à Verdun CADRE.jpg

Georges Fontaine et un camarade à Verdun

     

  

Coupe papier1 Georges Fontaine Cartouche de Lebel.jpg

Georges FONTAINE a fabriqué ces objets en utilisant des cartouches de fusil Lebel

 

 

Paul qui, à plus de 40 ans, avait fait la guerre à l’arrière, à Vissou où sa femme l’avait rejoint, servit de père aux 4 orphelins en plus de ses trois garçons. En effet les enfants de Jules avaient perdu aussi leur mère et Georges fut placé chez les Fontaine tandis que sa sœur Marie, de 10 ans son aînée, le fut chez les Kersant, sa famille maternelle.

 

Eugène venait d’épouser une très jolie femme, « Tante Jeanne », un peu fragile mentalement chez qui Georges (orphelin, fils de Jules) passa ses premières années. Elle l’enfermait dans les placards et prenait des photos sans pellicule.

A la deuxième guerre mondiale, elle mourut à Lesvelec, l’hôpital psychiatrique du Morbihan.

 

 

 

Les orphelins de guerre que ce soit les Thibaux ou les Fontaine ont été très marqués par leur père mort, optant tous pour l’uniforme, voire l’habit religieux, comme Marie Fontaine, devenue sœur Paule de Saint Alexis (comme son oncle Paul). Son frère Georges, devenu officier de marine, a appelé sa fille Patricia-Paule.

 

 

1930 Georges Fontaine Officier de marine CADRE.jpg
 Georges Fontaine, officier de marine     

     

 

Sauzay et la tyante religieuse REVUE20180804_150145.jpg

1974 - Marie Fontaine, religieuse, entre Philippe et Marie-Christine Sauzay

 

 

Serge Thibaux, mon père, est mort pour la France en 40, lieutenant de vaisseau dans l’Aéronavale, et son frère Pol, mon oncle et parrain, chirurgien colonial, fut Compagnon de la Libération.

 

 

1938 Serge Thibaux et sa femme Yolande Fontaine CADRE.jpg

1938 – Serge Thibaux et sa femme Yolande Fontaine, jeunes mariés



07/09/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 312 autres membres