14-18Hebdo

14-18Hebdo

Anna et Alexis Vautrin

Portrait proposé par Renaud Seynave, leur arrière-petit-fils – 07/11/2018

 

 

Image 1 1910 Vautrin Alexis et Anna Coll Michel Segond.jpg

Anna et Alexis Vautrin en 1910

 

 

Anna Vautrin née Perrin

 

Anna Vautrin est née à La Bresse le 11 janvier 1867. C’est la dernière enfant de Romaric Constant Perrin (20 mars 1819/09 mars 1877) et de Marie-Virginie Aubert (27 avril 1827/27 décembre 1899).

 

Romaric est au moment de son mariage, le 10 juin 1849 à La Bresse, aubergiste-négociant puis fabricant de calicots, marchand de fromages et de vins, puis directeur de filature et industriel.

 

La fratrie est composée de six filles, Clémentine (13 mai 1850/ 26 avril 1915), Mathilde (7 décembre 1851/ 14 août 1921), Caroline (17 octobre 1855/ 19 avril 1937), Célina (26 décembre 1860 / 12 août 1951), Clotilde (18 juin 1859/ 19 novembre 1860) décédée à un an et la petite Anna (11 janvier 1866/ 13 mars 1939) et de deux garçons, Paul (18 avril 1854/ novembre 1924), et Désiré (20 mars 1857/ 22 juillet 1858) décédé à 1 an.

 

 

Image 2 1865 IMGP8560 Famille Constant Perrin 1865 sans Anna Renaud Seynave Recadre.jpg

Famille Romaric Constant Perrin en 1864 - Célina, Paul, Constant, Clémentine, Marie-Virginie, Mathilde et Caroline (Anna n’est pas encore née)

 

 

Image 3 Anna Vautrin Collège Nancy Capture.JPG

Anna (en bas à gauche) au pensionnat du Sacré-Cœur de Nancy en 1882

 

 

Anna Perrin épouse Alexis Vautrin à Cornimont le 29 avril 1889, elle a 23 ans. Sont témoins à ce mariage : Albert Vautrin âgé de 21 ans élève à l’Ecole spéciale militaire de Saint Cyr, frère du marié ; Charles Frédéric Gros, âgé de 45 ans, professeur à la Faculté de médecine de Nancy, ami du marié ; Paul Marie Ernest Perrin, âgé de 35 ans, manufacturier à Cornimont, frère de la mariée ; Auguste Alphonse Perrin, âgé de 45 ans, manufacturier à Thiéfosse, beau-frère de la mariée.

 

Le mariage entre Alexis Vautrin et Anna Perrin serait le résultat de liens amicaux entre Alexis Vautrin et le mari d’une sœur aînée de sa femme.

(Note de Renaud Seynave : il s'agit certainement de Jules Garnier qui habitait Nancy).

 

 

Alexis Vautrin est né à Gercourt dans la Meuse le 29 mars 1859 et décédé à Nancy le 4 juin 1927. Il est le fils de Jean Vautrin, capitaine, maire de Gercourt de 1856 à 1872, chevalier de la légion d’Honneur et de Marguerite Jeannesson. Jean Vautrin est né à Gercourt le 24 septembre 1798, décédé à Gercourt le 12 avril 1882, fils de Jacques Vautrin et de Françoise Nona. Marguerite Jeannesson née à Brieulles sur Meuse le 24 septembre 1826, décédée le 7 novembre 1914 lors de l’exode à Saulnes.

   

(Note de Renaud Seynave : Lire dans le Blog 14/18 un récit de l’exode des habitants de Gercourt écrit par Marcelle Ravenel. Les habitants de Gercourt et leur exode pendant l’occupation allemande 1914 – 1ère partie – Août 1914-Mars 1915)

 

    

Jean Vautrin épouse à Gercourt Marguerite Jeannesson le 15 avril 1856. Lui est déjà âgé de 58 ans et elle de 30 ans.

 

 

Image 4 Jean Vautrin Capture.JPG

Jean Vautrin (24 septembre 1798-12 avril 1882)

 

 

Image 5 Marguerite Vautrin Capture.JPG

Marguerite Vautrin née Jeannesson (24 septembre 1826- 7 novembre 1914)

 

 

Image 5bis 1905 Mme Vautrin et ses petites-filles.jpg

Mme Vautrin et ses petites-filles en 1905 : Madeleine, Yvonne, Suzanne et Marguerite

 

 

Alexis et Anna Vautrin auront quatre filles :

 

Image 6 1901 Anna Vautrin et ses filles ORIGINAL.jpg
 Anna Vautrin et ses quatre filles en 1901

 

 

Suzanne née le 26 février 1890 à Nancy, décédée le 1er septembre 1982 à Gérardmer, épouse le 5 avril 1910 à Nancy Paul, Henry Boucher né à Docelles le 7 juin 1884, décédé à Gérardmer le 15 juin 1973.

 

 

Image 7 1970 Paul Boucher et Suzanne.jpg

Noces de diamant de Paul et Suzanne Boucher en 1970

 

 

Madeleine née le 3 mai 1892 à Nancy, décédée le 13 mars 1971 à Nancy épouse le 5 juillet 1913 à Nancy Edouard Michaut né à Reims le 20 juin 1887, mort pour la France à Bar-le-Duc le 29 février 1916.

 

Marguerite née le 25 avril 1895 à Nancy, décédée le 3 août 1969 épouse le 24 avril 1919 à Nancy Pierre Michaut né à Reims le 23 juillet 1888, décédé à Paris XVIe le 15 octobre 1966.

 

Yvonne née le 21 mai 1897 à Nancy, décédée le 27juillet 1987 à Epinal épouse le 6 février 1923 à Nancy Jean Debry né le 21 avril 1891 à Lyon, décédé le 4 juin 1975 à Epinal.

 

 

Image 8 1891Perrin Constant Adultes Cornimont revu SEGOND.JPG

Famille Perrin à Cornimont vers 1891

Assis dans l’herbe : Louis et Célina Boucher-Perrin, Jules Garnier, Anna Vautrin-Perrin. Sur le banc : Paul Perrin, Caroline Garnier-Perrin, Grand-mère Perrin, Clémentine Cuny-Perrin, Mathilde Perrin-Perrin. Debout : Alice Perrin-Richard, Alexis Vautrin, Alphonse Perrin

 

 

Image 9 1897 Perrin Gerardmer Chanonyere 1 Revu Rogne SEGOND.jpg
La famille Constant Perrin en 1897 à la Chanonyère à Gérardmer

Les enfants au 1er plan : Suzanne Vautrin, Victor Perrin, Madeleine Vautrin et Maguy Boucher

Assis : Marie Perrin-Grandjean, Clémentine Cuny, Marie-Virginie Perrin, Louise Garnier, Marie Cuny-Molard Debout : Paul Perrin, Alice Perrin, Victor Luc, Alexis Vautrin, Anna Vautrin, Paul Cuny, Louis Boucher, Adrien Molard, Célina Boucher, Chabrol, Mimi Boucher, Jean Boucher, Marguerite Perrin-Boucher et Georges Boucher

 

 

Image 10 1895 Perrin Communion Mimi Boucher 2 Rogne.jpg
Docelles 1895 – 1ère communion Marie-Valérie Boucher (21/04/1895)

Photo très rare par la présence des grands-parents Boucher et grand-mère Perrin Constant

Debout au fond : Jules Garnier, Louis Boucher, Caroline Garnier, Victor Perrin, Paul Boucher senior, Paul Cuny, Jean Boucher, Henri Cuny, Clémentine Cuny, Mathilde Perrin, Marie Geny, Paul Perrin, Marthe Boucher, Alphonse Perrin

Assis sur le banc : Colonel de Boureuille, Théodore Boucher, Grand-mère Perrin (Constant), Cécile Perrin (Biesse), Marie Perrin (Grandjean), Louise Garnier (de Reure), Marie Cuny (Molard), Marguerite Perrin (Boucher), André Boucher, Grand-mère Boucher (née Brocard), Marie Boucher (Cuny), Pierre Geny, Maurice Boucher, Célina Boucher

Enfants au 1er rang : Paul Boucher junior, Georges Boucher, François Boucher, Suzanne Vautrin (Boucher), Maguy Boucher (Laroche-Joubert), Alfred Geny

(Collection Michel Segond)

 

 

Image 11 Docelles Familles Boucher-Vautrin.jpg
Docelles avec les Boucher et Vautrin : de gauche à droite Georges Boucher, Anna Vautrin, Maguy Boucher, Suzanne Vautrin, Alexis Vautrin, Mimi Boucher, Paul Boucher, Madeleine Vautrin (Collection Marie Favre)

 

 

Image 12 Cornimont 1907 Baptême André Cuny.jpg
Cornimont – Baptême d’André Cuny 1907 – Célina Boucher, Maguy Boucher, Suzanne Vautrin, Madeleine Vautrin, Marguerite Vautrin, Germaine Molard, Georges Cuny, Yvonne Vautrin (Collection Marie Favre)

 

 

Image 13 Cornimont 1907 Baptême André Cuny 2.jpg
Cornimont – Baptême André Cuny 1907 – Germaine Molard, Maguy Boucher, Georges Cuny, Adrien Molard, Georges Boucher, Paul Boucher, Maurice Boucher (Collection Marie Favre)

 

 

Image 14 Docelles 1909 Baptême Noelle Cuny 2.jpg
Docelles – Baptême de Noëlle Cuny 1909 – André Cuny sur les genoux de Marie Cuny, Lucie Boucher, Valérie Boucher-Brocard portant le bébé Noëlle Cuny (Collection Marie Favre)

 

 

Image 15 Cornimont 1907 Baptême André Cuny 3.jpg
Cornimont – Baptême d’André Cuny – Germaine Molard, Maguy Boucher, Georges Cuny, Adrien Molard, Georges Boucher, Paul Boucher, Maurice Boucher (Collection Marie Favre)

 

 

Image 16 Maguy Boucher et Madeleine Vautrin.jpg
Madeleine Vautrin, Maguy Boucher à Docelles (Collection Marie Favre)

   

   

 Image 19 Docelles Les Boucher.jpg

Docelles (au bord de la Vologne) - Lucie Boucher, Valérie Boucher, Henry Boucher, Marthe Boucher, André Boucher, Marie Boucher, Louis Boucher, ??? (Collection Marie Favre)

 

 

Image 20 Docelles Les Boucher 2.jpg
Docelles - Lucie Boucher, François Boucher, Marguerite Vautrin, ???, André Boucher, Paul Boucher, Maguy Boucher, Maurice Boucher, Valérie Boucher, Yvonne Vautrin, Marthe Boucher, Louis Boucher, Marie Boucher, Henry Boucher, Maguy Boucher (Collection Marie Favre)

 

 

Image 21 Cousins Boucher Vautrin.jpg
Maguy Boucher, François Boucher, Paul Boucher, Marie Boucher, Yvonne Vautrin, Germaine Molard, Maurice Boucher, Suzanne Vautrin, Madeleine Vautrin, ???, Marguerite Vautrin (Collection Marie Favre)

 

 

Image 22 Docelles au bord de l'eau.jpg
Marguerite Vautrin, Yvonne Vautrin, ???, Germaine Molard (Collection Marie Favre)

 

 

Image 23 1909 Fiancailles Paul Boucher et Suzanne Vautrin pour blog.jpg
Août 1909 Fiançailles de Paul Boucher et Suzanne Vautrin (Collection Renaud Seynave)

 

 

Alexis Vautrin

 

Image 24 1915 Alexis Vautrin avec Yvonne et Marguerite.jpg
Alexis Vautrin et deux de ses filles, Yvonne et Marguerite en 1919

 

 

Portrait réalisé par Marc Thiébault, son arrière-petit-fils 

Alexis Vautrin est né en 1859 à Gercourt dans le nord meusien. Fils d'un capitaine à la retraite, il se destine au métier des armes. Il fait de brillantes études au lycée de Bar-le-Duc, mais échoue au concours d'entrée à St Cyr. Il décide alors d'entamer des études de médecine. Ce n'est qu'à soixante ans passés qu'il deviendra l'un des premiers cancérologues français, inaugurant le traitement au radium. Il crée en 1924 un hôpital spécialisé et un laboratoire de recherches, devenus depuis le Centre Alexis Vautrin, puis l'Institut de Cancérologie de Lorraine, au sein du CHRU de Brabois.

 

Durant ses études secondaires à Bar-le-Duc, Alexis Vautrin est dans la même classe que Raymond Poincaré, avec qui il restera toujours en relation. Il franchit ensuite sans difficulté les différents examens et concours, et se sent très vite attiré par la chirurgie et la gynécologie. Il récolte des mentions à l'Externat et à l'Internat, devient docteur en médecine en 1885. L'année suivante, à 27 ans, il est le plus jeune agrégé de France, en section de chirurgie et accouchement.

 

Aucun poste d'enseignant n'étant disponible à la Faculté, il devient de ce fait "Agrégé libre", mais il sait occuper son temps à la recherche médicale et à la rédaction de nombreux ouvrages scientifiques. Et il se lance en 1895 dans la fondation d'une clinique chirurgicale privée, au n° 18 de la rue Victor Prouvé, laquelle va acquérir une très solide réputation.

 

Alexis Vautrin doit attendre jusqu'à la fin de 1914 pour accéder à la chaire de Clinique chirurgicale B. Il y restera jusqu'à sa mort en 1927. Il est reconnu par ses pairs et étudiants comme un enseignant hors du commun. Il attire littéralement les futurs médecins à ses cours grâce à ses exposés lumineux et -dit on aussi- par la magie de sa voix chantante.

 

Durant la Grande Guerre, Alexis Vautrin mène de front sa clinique, son service à l'hôpital, et l'hôpital militaire situé aux Beaux-arts à Nancy. Il est corvéable à merci, présent au chevet des soldats de jour comme de nuit, infatigable en apparence, faisant montre d'une énergie indomptable. Après la guerre, la vie reprend un cours plus normal, mais Alexis Vautrin sent qu'il n'a pas donné la plénitude de ses moyens. C'est pourquoi il se lance dans son dernier grand combat : la lutte contre le cancer et les tumeurs malignes. Dès 1906, à l'instar des réalisations allemandes, britanniques et américaines, il avait œuvré à la création d'une "Ligue de lutte contre le cancer".

 

Miné par l'excès de travail et par la fatigue, Alexis Vautrin contracte une mauvaise pneumonie en se rendant au chevet d'un neveu à Cornimont. Les antibiotiques n'existant pas encore, il meurt le 4 juin1927, en prise à une impressionnante crise asthmatique. Victime du devoir, le sens de toute sa vie.

 

 

Image 25 1911 Vautrin 4 generation.jpg
4 générations : Grand-mère Vautrin, Alexis Vautrin, Suzanne Boucher-Vautrin et Annette Boucher 1910 à Nancy

 

 

Image 26 1913 Famille Vautrin 2 NEW.jpg
Famille Vautrin en 1913 à Nancy

De gauche à droite, Yvonne Vautrin, Madeleine et Edouard Michaut, Suzanne et Paul Boucher, Marguerite Vautrin. Devant, Alexis et Anna Vautrin et la petite Annette Boucher

 

 

Alexis Vautrin et la lutte contre le cancer

 Le centre régional de lutte contre le cancer de Nancy

Par C*. Et J. CHARDOT

* Directeur du C.R.L.C.C. de NANCY

Annales Médicales de Nancy – 1972 

 

CREATION DU CENTRE ANTICANCEREUX DE NANCY
 On y décide également la création de deux sous-commissions. La première devra constituer et assurer le fonctionnement du Centre Anticancéreux. Elle est composée du Pr. VAUTRIN, proposé comme Directeur, et des Prs HOCHE, DUFOUR et LAMBERT, proposés comme chefs de service. Ces nominations seront approuvées le 13 mars 1924 par le Ministre. La deuxième commission est constituée de « chercheurs et de techniciens » comprenant, outre, le Directeur, les Chefs de service du Centre Anticancéreux les Pr. COLLIN, GARNIER, JACQUES, MACE, VUILLEMIN de la faculté de médecine, CUENOT de la faculté des sciences, LASSEUR de la faculté de pharmacie.
 Le Centre est conçu sur le modèle de celui de Bordeaux, dont le Pr. BERGONIE est l'initiateur. Il doit être à la fois « un hôpital spécialisé contre le cancer, un foyer d'enseignement et un laboratoire de recherches ». Il est appelé à devenir un organisme spécialisé et indépendant de l'université et de l'administration hospitalière, avec son budget propre. Cependant « il a paru bon et de sage administration de le placer sous l’égide de l'Office d'Hygiène sociale qui a pour objet la lutte contre d'autres fléaux non moins redoutables ».
 A cette assemblée du 24 février 1924, dira encore le Pr. VAUTRIN, « fut véritablement établi l'acte de naissance du Centre Anticancéreux Régional de Lorraine, fut élaboré son statut et fut désigné le conseil d'administration qui a pour mission de surveiller et de contrôler le fonctionnement et la gestion du Centre, suivant les statuts approuvés par le Ministère », le conseil est présidé par le Doyen de la faculté de médecine, le Pr SPILLMANN, qui contribua lui aussi largement à la création du Centre.
 BUDGET INITIAL ET DONATIONS
 Le Centre reçoit du Ministère de l'Hygiène ainsi que tous les Centres nouveau-nés 300 mg de radium « comme don de joyeux avènement  «. La ville de Nancy met à sa disposition 200 000 F pour l'achat d'un appareil de radiothérapie et inscrit pour 1924 10 000 F de crédits supplémentaires. Le département fait don de 20 000 F. Six départements étaient rattachés au Centre (Meuse, Vosges, Haute-Saône, Haute-Marne, Doubs, Territoire de Belfort), il est fait appel à la générosité de leurs conseillers généraux.
 PREMIERS LOCAUX
 En 1913, Madame Veuve Joseph BOULANGER avait fait, en souvenir de son mari, un don aux hospices civils de 775 000 F en espèces, pour la création d'un dispensaire et d'un hôpital de gynécologie. C'est seulement, en 1920, que les hospices purent acheter avec ce legs et pour deux tiers seulement, à cause de la dévaluation, un bel immeuble dit FERLIN-MAUBON, jouxtant l'hôpital central, au 47 de l'avenue de Strasbourg. Le Pr. VAUTRIN, mandataire de la donatrice, va demander à la commission administrative qu'elle consente à installer dans une partie des locaux les services du Centre. En contrepartie de ce prêt d'asile, l'institut de gynécologie utiliserait les compétences et les installations spécialisées du Centre pour traiter les malades cancéreuses. Ce projet, après un certain nombre de débats et de réunions parfois houleuses, est finalement adopté le 27 mai 1924. Le Pari Mutuel consent le 2 septembre suivant un don de 200 000 F pour l'installation des services communs. Cette aide précieuse va permettre la réalisation du laboratoire et sa mise en route. Devis, adjudications, ratifications de marchés supplémentaires, tout cela est mené assez promptement pour aboutir à l'inauguration prévue et maintenue le 20 novembre 1925 à 16 heures, malgré les empêchements de dernière minute et les regrets du ministre invité.
 LES PREMIERES ANNEES 1924-1927 (Directeur : Pr. VAUTRIN)
 Le premier traitement radiothérapique a lieu le 24 décembre 1925 et le premier malade est hospitalisé le 12 janvier 1926. Le Centre possède 325 mg de radium, deux appareils « modernes et puissants » de radiothérapie profonde, un laboratoire pour les biopsies et les recherches anatomo-pathologiques, une salle d'opérations et une salle de stérilisation, deux salles de repos pour de courts séjours, en tout 13 lits. Bientôt des appareils d'actinothérapie et de diathermie s'ajoutent aux autres. La quantité de radium monte à 750 mg et en 1927 le rapport annuel d'activité annonce que le Centre Anticancéreux possède l'installation de radiothérapie pénétrante la plus puissante des Centres provinciaux français.
 C'est alors que le Pr. VAUTRIN est emporté brutalement par une complication de l'affection chronique dont il souffrait depuis de nombreuses années. Il fut le promoteur hardi du Centre Anticancéreux de NANCY, ayant été séduit à la première heure, par l'originalité du projet tel que l'avaient défini BERGONIE et REGAUD. Cet éminent chirurgien, inventeur de plusieurs techniques opératoires originales auxquelles son nom est resté attaché, s'intéressait de longue date à la chirurgie cancérologique et vécut avec enthousiasme l'essor de la chirurgie large à la fin du siècle précédent. A la lecture de ses travaux, on remarque des publications personnelles sur l'exérèse large des goitres cancéreux, sur l'évidement ganglionnaire para-aortique pour tumeur du testicule à la manière de CHEVASSU, sur la résection du maxillaire inférieur... et la réparation prothétique immédiate à visée définitive (juillet 1893). Il sut s'attacher tout autant à la radiothérapie naissante en laquelle il pressentait beaucoup d'avenir. Des qualités de cœur exceptionnelles s'alliaient à cette intelligence brillante : travail, charité, tels sont les traits les plus éminents de son caractère, dira son élève André BINET, au moment de l'éloge funèbre. Les malades, en difficulté financière, sortaient souvent de son service les poches alourdies de quelques pièces qui faisaient à l'époque une aide appréciable. N'a-t-il pas demandé aussi à la commission des hospices l'autorisation de construire à ses frais une terrasse pour les malades de son service. N'a-t-il pas remis au Centre Anticancéreux de NANCY à titre posthume une somme de 110 000 F pour améliorer l'équipement. Il est bon de citer encore le témoignage du Pr. BINET, sur la ferveur qui l'anima pour promouvoir le Centre Anticancéreux : « Enfin, la faculté confia au Pr. VAUTRIN l'organisation du Centre Anticancéreux de Lorraine. Nul choix ne semblait meilleur. Il fallait pour mettre sur pied une œuvre aussi nouvelle, tout le prestige du Maître, toute sa ténacité, tout son dévouement au bien public. Et alors, on vit ce fait étonnant : ce vieillard, au soir de sa carrière, qui n'avait pendant toute son existence mis sa confiance qu'en son bistouri, s'adonner avec une ardeur juvénile à l'étude des techniques radio et curiethérapies modernes. Tous les mois, il prenait le chemin de PARIS, pour assister à la réunion des Directeurs de Centres et revenait de chacun de ses voyages avec une ample moisson de connaissances nouvelles dont il nous faisait bénéficier. Et puis, il était aidé dans sa tâche par sa foi scientifique, la foi qui soulève les montagnes ».

  

  

 

 

Alexis Vautrin, chirurgien

par A. BEAU

Numéro Spécial du Centenaire de la Revue (1874-1974)

Annales Médicales de Nancy

(Édité en avril 1975)

 

Image 27 Pr Beau Capture.JPG
  

 

Le Professeur Alexis Vautrin a laissé le souvenir d'un clinicien émérite, d'un brillant opérateur, d'un savant et d'un homme de cœur : travail et charité sont les vertus maîtresses qui ont fait le rayonnement de sa carrière.
Né en 1859, à Gercourt dans la Meuse, il s'inscrivit à la Faculté de Médecine de Nancy et devint rapidement aide d'anatomie dès 1882, interne des Hôpitaux puis chef de clinique chirurgicale de 1885 à 1889.
 Sa thèse inaugurale (1885) consacrée à l'étude des kystes de l'ovaire intra-ligamentaires est la première étape d'une carrière de gynécologie à laquelle il portera une nette prédilection.
Reçu agrégé des facultés de médecine (section chirurgie et accouchement en 1886), sa thèse de concours a pour thème le traitement chirurgical des myomes utérins, il est alors chargé de cours complémentaires de clinique des maladies syphilitiques et cutanées, médecin de la maison départementale de secours. Agrégé libre pendant de nombreuses années, il est chargé de cours complémentaires de pathologie externe puis professeur adjoint à la faculté. 
Il ne deviendra titulaire de la clinique chirurgicale que le 20 décembre 1914, succédant à son maître le doyen Gross. Il devait rester à la tête de ce service jusqu'à sa mort survenue en 1927. C'est sous sa direction qu'un nouveau pavillon opératoire fut construit en annexe de la clinique chirurgicale B. 
Durant la longue période de 19 années où il fut écarté des activités de la faculté, et dans l'impossibilité de diriger un service, Vautrin décida de créer une clinique privée parfaitement équipée et qui connut un grand succès. 
Les talents de créateur et d'administrateur, il les manifesta dans de nombreuses occasions. C'est à lui que la faculté confia la création et la direction du centre régional de lutte contre le cancer, c'est lui qui, grâce à une généreuse donation, fit créer un service spécialisé de gynécologie. 
A la fois professeur de clinique chirurgicale, directeur du centre anti-cancéreux, animateur d'une importante clinique privée, Vautrin eut une vie d'une activité extraordinaire mais qui eut vite raison de ses forces. 
Orateur remarquable, excellant dans les exposés scientifiques et les présentations de malades, Vautrin jouissait d'une particulière admiration auprès de ses collègues et de ses élèves. 
Ses publications sont assez nombreuses et consacrées avec prédilection à la gynécologie. Mais surtout, c'est à lui que les chirurgiens sont redevables de plusieurs techniques, toujours utilisées et qui portent son nom : le décollement retro-duodéno-pancréatique et le retournement de la vaginale dans la cure de l'hydrocèle. Admiré pour sa science et son habileté opératoire, Vautrin fut surtout aimé de tous pour sa bonté et la noblesse de son caractère. 
La disparition du Professeur Vautrin entraînait la vacance de la chaire de clinique chirurgicale B de la Faculté.

 

  

Image 28 1927 Service Pr Vautrin Capture.JPG
Service du Professeur Vautrin (1927)

3ème rang G à D : Gentin R, xx, xx

2ème rang G à D : xx, Grandpierre, Bertrand, xx

1er rang G à D : xx, Bohème, Guillemin A, Vautrin, xx, Charles

 

  

Image 29 Capture Différents portraits AV.JPG
Différents portraits d’Alexis Vautrin

 

 

Image 29bis 1910 Alexis Vautrin.jpg
Alexis Vautrin en 1910

 

 

Eloge funèbre du Professeur A. Hamant

Deux années viennent de s'écouler. Nous avons encore devant les yeux cet émouvant et rare spectacle, d'une foule immense toute empreinte de tristesse, venant conduire à sa dernière demeure celui qui avait rendu à un si grand nombre de ses concitoyens la vie ou la santé. Aujourd'hui, devant cette médaille, nous venons pieusement apporter un hommage public au grand chirurgien, dont la parole abondante et fleurie enchantait, et permettait d'entendre avec plaisir, l'exposé des questions les plus arides et des problèmes les plus ardus, dont la main experte et habile, dirigée par un cerveau lucide, travaillait sans faiblesse et hésitation, puis aussi à l'homme de bien, au cœur loyal, à l'âme droite sans reproche.

 

Le professeur Vautrin avait commencé ses études à l'heure où les pratiques et les habitudes de la vieille chirurgie régnaient encore presque en maîtresses, mais cette empreinte des temps abolis ne laissa en lui aucune trace et c'est l'âme ardente, le cœur joyeux, plein d'audace et d'espérance qu'il appliqua avec succès les grandes directives de la chirurgie aseptique.

 

Des méthodes nouvelles il sut rapidement discerner les faiblesses et se plaça bien vite au premier rang des hardis novateurs, de ces champions ardents et convaincus auxquels nous devons cette science immense et triomphale qu'est la chirurgie contemporaine. N'était-il pas taillé, d'ailleurs, pour faire un chirurgien avec son corps robuste, ses larges épaules, sa haute taille un peu voûtée cependant, et comme pliant sous le poids de sa belle tête aux lourdes pensées !

 

 

Image 30 Alexis Vautrin Image1.jpg
 

 

C'est cette force qui lui permit de résister aux fatigues écrasantes de la vie chirurgicale : fatigues physiques, consécutives aux interventions longues, délicates, pratiquées souvent dans de pénibles positions, au milieu d'une salle d'opération surchauffée, à l'atmosphère empoisonnée par les vapeurs anesthésiques ; fatigues morales relevant de la tension cérébrale intense, du sentiment de la responsabilité, des décisions longuement mûries, souvent au cours d'une cruelle insomnie, de l'angoisse des suites opératoires, du chagrin des insuccès, conséquence parfois inévitable d'une lutte trop longtemps poursuivie et dont aussi bien le chirurgien ne peut, malheureusement toujours sortir vainqueur.

 

Mais son âme était aussi fortement trempée que son corps. Toujours calme, toujours en parfaite possession de lui-même, il conservait sur ses réflexes la domination la plus absolue. Les moments difficiles ne le troublaient point, car son esprit méthodique, sa prudence, même dans ses plus grandes audaces, lui avaient procuré bien vite une maîtrise absolue, basée sur une grande expérience, fruit vigoureux qui ne pousse que sur un sol bien et longtemps cultivé.

 

Son esprit de pondération, ses réflexions post-opératoires, l'intérêt avec lequel il interrogeait et suivait ses malades, l'avaient vite imbu d'un principe directeur différent de celui de ses devanciers, de celui de la plupart de ses contemporains. Bien vite il avait compris que la chirurgie ne devait pas se contenter d'être destructive - pour un fruit douteux, faut-il couper la branche qui le porte, alors qu'elle pourra donner plus tard de superbes produits ?... non certes, la chirurgie doit être réparatrice, reconstructive et, pendant la plus grande partie de sa vie, le professeur Vautrin plaida cette cause avec une si grande éloquence, une si grande chaleur et une si grande clarté qu'actuellement la cause est entendue, mais est-il toujours rendu justice à son plus chaud partisan ?

 

Grâce à la minutie de ses études anatomiques, grâce à sa connaissance très précise, et souvent renouvelée de la topographie la plus intime da corps humain, le professeur Vautrin avait acquis une adresse manuelle remarquable. Opérateur pratique et anatomiquement précis, il allait droit au but, avec simplicité dans l'attitude, sobriété et fermeté dans les gestes. Tous ses mouvements étaient pondérés, nets, ordonnés, et les interventions les plus difficiles, coupées des temps les plus imprévus, paraissaient aussi réglées que l'opération la plus typique, la plus banale.

 

Comme le voulait Celse, sa main était hardie et stable, elle était également experte au maniement des instruments et capable de leur faire donner leur rendement maximum. A l'affût de tout progrès, même instrumental, il savait discerner l'indispensable du superflu et ses boîtes d'instruments n'ont jamais connu ces outils, soi-disant perfectionnés, destiné à un acte tellement limité, qu'il ne se rencontre pour ainsi dire jamais.

 

En raison de sa tournure d'esprit, de son amour des choses claires et nettes, il était précis et ses sutures soignées, minutieuses, complétaient sûrement un acte opératoire élégant, basé sur un diagnostic bien étudié. Cette habileté manuelle, comme toute qualité humaine, du reste, n'était pas seulement un bien congénitalement acquis, elle était le résultat d'une longue application, d'un effort soutenu. Chargé pendant plus de six années de diriger les travaux de médecine opératoire, à l'époque où ceux-ci, n'étaient pas un simple mythe, il avait pu améliorer une adresse déjà bien grande, connaître à fond toutes les règles si précises de la mécanique opératoire et en posséder toutes les finesses.

 

Toutefois l'adresse manuelle, la rapidité et la précision, ne sont pas tout en chirurgie, il importe encore que le geste, que l'acte soit réglé et régi par un cerveau hardi, actif, prompt aux décisions, sachant pallier rapidement par une combinaison nouvelle à une complication inattendue, pouvant retrouver ou même inventer le procédé, la manœuvre qui permettra de terminer convenablement l'opération, et de remporter la victoire.

 

Dès ses premières études, le professeur Vautrin avait été remarqué pour son intelligence claire et déliée, déjà en rhétorique il remportait, au concours académique, le prix d'honneur. Au cours de ses études médicales, il enleva de haute lutte toutes les récompenses et gravit comme en se jouant les échelons de la vie universitaire.

 

Travailleur infatigable, tard penché sur ses livres, toujours soucieux de son perfectionnement professionnel, il se tenait au courant de toutes les nouveautés techniques et scientifiques. Curieux de tous les progrès, il se déplaçait volontiers, et aimait préciser les points qui lui étaient restés obscurs. Il aimait à réfléchir, à rechercher la cause des suites opératoires troublées et, doté d'une mémoire excellente, aimait à rappeler ses interventions déjà anciennes. Comme son expérience était très étendue, ses jugements étaient toujours fort sages et pleins de bon sens.

 

Esprit puissant, il prôna de nouvelles tactiques et trouva des manœuvres inédites dont certaines, comme le « décollement du duodénum pour l'abord du cholédoque », « le retournement de la vaginale », dans la cure de l'hydrocèle, sont des trouvailles de génie qui pourraient suffire à illustrer un chirurgien. Ne lui devons-nous pas également un procédé anatomique d'extirpation du ganglion à Meckel ? N'a-t-il pas, dès 1894, trouvé la méthode d'opération transpleurale, thorax ouvert, aujourd'hui acceptée par tous ? La pancréatite chronique n'est-elle pas mieux connue depuis ses travaux ? Nous n'insisterons pas sur ses nombreuses communications concernant la chirurgie gynécologique, dont on peut bien dire qu'elle était de beaucoup sa préférée.

 

Il y a peu de temps, au cours d'un travail sur la nécrose des fibromes, j'avais eu la grande satisfaction de pouvoir retrouver, dans une observation qu'il avait publiée, presque au début de sa carrière, des conceptions alors sans écho mais qui, depuis, avaient été acceptées, publiées par d'aucuns, sans rappeler leur origine. J'ai eu la joie de citer les phrases par lesquelles ce maître éminent, prévoyant dans sa sagesse, avait prédit ce qui est arrivé et j'ai pu lui rendre ce qui lui revenait : la priorité d'une conception nouvelle. Intelligence avertie et clairvoyante, il sut toujours reconnaître le bon grain de l'ivraie et travailler à construire l'avenir en se basant sur des fondements solides et éprouvés.

 

Dans ses dernières années, malgré sa lourde tâche de professeur de clinique chirurgicale, tâche qu'il accomplissait avec zèle, méthode et grande exactitude, malgré sa clientèle très étendue, malgré la maladie qui lui faisait sentir plus lourdement le poids des ans, ne s'était-il pas mis à étudier dans tous ses détails techniques, pourtant si arides, la thérapeutique physique anti-cancéreuse et, nouveau Pierre l'Ermitte, ne l'avons-nous pas vu prêcher une nouvelle croisade contre ce fléau étrange et terriblement mortel qu'est le cancer.

 

Il parvint à réveiller les bonnes volontés toujours sollicitées, souvent ébranlées, mais rarement décidées et put faire édifier le magnifique Institut radiothérapique, hélas déjà insuffisant, et pour lequel il faudra recourir, une fois de plus, au zèle jamais en défaut, à l'action bienveillante de la Commission des Hospices, toujours prête pour le bien des malheureux et de ceux qui souffrent. C'était bien une foi d'apôtre qui animait le professeur Vautrin, car précisément, à cette même époque, il avait entrepris de moderniser complètement son service opératoire et, d'accord toujours avec la Commission des Hospices, qui lui ouvrit très large son trésor, il put faire édifier le magnifique groupe opératoire qu'il eut la joie de voir fonctionner, mais qu'il voulait perfectionner encore.

 

Il avait beaucoup fourni : son cerveau, son temps, sa bourse, il donnait plus encore, il donnait son cœur. D'autres plus qualifiés vous rediront ce que vous savez tous, son désintéressement, son abnégation, son dévouement, je dirai simplement qu'habile ouvrier, penseur brillant, le professeur Vautrin était aussi un cœur, réunissant ainsi les qualités du vrai chirurgien qui, suivant une formule chère aux Américains, doit être une main, une tête, un cœur. Il était doux et compatissant pour ceux qui souffraient, énergique cependant avec les timorés, affable et persuasif avec les timides qu'effraient les opérations, patient avec ceux qui s'affolent si volontiers, ferme cependant et ne se laissant pas fléchir par les plaintes mal fondées. Il pesait toutes ses décisions et s'efforçait de les présenter sous un jour agréable, car il était heureux de formuler un verdict favorable et savait adoucir les pronostics sombres et fâcheux par des paroles réconfortantes et consolatrices.

 

Sa bonté se dissimulait parfois, sous une mâle rudesse qui la rendait peut-être plus efficace, mais elle n'était jamais en défaut et je pourrais citer maints exemples de sa bonté très agissante, même à l'insu de ceux qui devaient en profiter, qualité bien rare. C'est que le spectacle quotidien des souffrances n'endurcit pas, comme on a trop tendance à le croire, au contraire, il fait naître la pitié et rend bienveillant et généreux. Il était doux comme tous ceux qui sont maîtres d'eux-mêmes et calme comme ceux qui sont forts, c'est pourquoi il pouvait réconforter lors des heures pénibles, des heures troublées pleines d'angoisse, lorsque, de l'opération qui va être tentée, découlera la souffrance ou la guérison, la vie ou la mort.

 

Malgré les déboires et peut-être les injustices de la vie, le professeur Vautrin conserva ces rares qualités d'âme jusqu'au bout, car il était de la race de ceux dont le cœur reste ferme, l'esprit lucide et coordonné, le cerveau maître du cœur et de l'impulsion des nerfs, et la maladie ravagea son corps athlétique sans parvenir à affaiblir sa volonté, ni ébranler son courage, tant il reste vrai qu'une âme vaillante est maîtresse du corps qu'elle anime.

 

Puisse ce monument rappeler pour l'avenir la tâche à remplir, le modèle à prendre. Ne sera-ce pas rendre au professeur Vautrin un dernier hommage, celui qui, au surplus, lui serait le plus agréable, que de continuer son œuvre si magnifiquement commencée, que de suivre ses directives si mûrement réfléchies et si nettement tracées. Tous ici, sœurs si dévouées qui ont vécu près de lui des années nombreuses et cependant trop courtes, formant pour lui rendre la tâche moins pénible un personnel de choix, étudiants, externes et internes encore pleins de son souvenir, tous, nous voulons, relevant le flambeau tombé de ses mains défaillantes, le prendre comme guide, dans notre bataille incessante, contre la maladie et contre la mort.

  

 

Alexis Vautrin pendant la guerre : 1914-1918

M. le professeur Weiss, mobilisé, fut remplacé par M. le professeur agrégé G. Michel, qui ne fut mobilisé que deux années plus tard ; M. le professeur Rohmer assura le service de chirurgie générale du pavillon d'ophtalmologie ; M. le professeur Vautrin celui installé dans le pavillon des enfants ; MM. les professeurs Simon et Etienne conservèrent la direction de leur service de médecine générale et M. le professeur agrégé Guilloz celle du service de la radiographie et d'électrothérapie, avec la collaboration de M. Rothé, professeur à la Faculté des Sciences, en l'absence du chef de travaux, M. le docteur Lamy, touché par la mobilisation.

 

M. le professeur Vautrin soignait comme médecin-chef à sa clinique de la rue Sainte-Marie et à l'ambulance des Beaux-arts.

 

 

Image 31 Alexis Vautrin et opéré 1915.jpg
Alexis Vautrin opérant un blessé à l’ambulance des Beaux-arts en septembre 1915

 

 

Antérieurement, le 1er février, une importante mutation avait aussi été effectuée à l'Hôpital civil dans la direction de deux services médicaux. M. le doyen honoraire Gross, atteint par la limite d'âge, fut remplacé dans sa chaire de clinique chirurgicale par M. le professeur Vautrin qui de ce fait prit en mains le service assuré précédemment par M. le docteur Gross. Par contre, la Commission offrit à M. le Doyen honoraire, qui l'accepta, d'assurer jusqu'à la fin de la guerre le service de chirurgie générale créé au mois d'août précédent au pavillon des enfants par M. le professeur Vautrin.

 

 

Image 32 1916 Famille Vautrin Saulxures.jpg
Famille Vautrin à Saulxures en 1916

A partir de la gauche : Une amie, Yvonne Vautrin, Edouard et Madeleine Michaut, Annette et Suzanne Boucher, Alexis et Marguerite Vautrin, Paul Boucher

 

 

Le 25 avril, nous avions à déplorer la mort d'une de nos dames-infirmières volontaires, Mme Fairise, femme du dévoué professeur agrégé. Mme Fairise nous avait apporté son concours dans plusieurs de nos services. Elle avait accompagné son mari d'abord au pavillon Virginie-Mauvais, où M. le docteur Fairise exerçait les fonctions d'assistant de M. le professeur Vautrin. Plus tard, elle avait suivi M. le professeur Vautrin et son mari dans l'ancien service de chirurgie générale de M. le doyen honoraire Gross. Enfin, elle était allée à l'hôpital Villemin où le docteur Fairise avait, à un moment donné, secondé M. le professeur Haushalter.

 

 

Image 33 1917 Famille Vautrin dans la cave Cours Léopold-Yvonne Madeleine Marguerite et 2 fillettes.jpg
Famille Vautrin dans leur cave de Nancy en 1917

En partant de la gauche, Yvonne Vautrin, Madeleine et sa fille Marie-Edouard Michaut, la gouvernante, Colette Michaut, Marguerite Vautrin

 

 

La satisfaction que nous procuraient ces cérémonies, si touchantes dans leur simplicité, fut particulièrement vive pour nous, quand le 19 novembre, M. le général Gérard vint officiellement remettre à deux de nos distingués et dévoués professeurs de la Faculté de Médecine, MM. les docteurs Vautrin et Haushalter, la croix de chevalier de la Légion d'honneur.

 

MM. les professeurs Alexis Vautrin et Paul Haushalter avaient, depuis le début de la guerre, dirigé de très importants services militaires dans nos hôpitaux, sans compter les fonctions remplies par eux dans d'autres formations de la ville. Le premier était resté à la tête d'un de nos principaux centres de chirurgie générale, pendant que le second avait assuré la direction médicale de l'hôpital Villemin.

Comme tous leurs collègues attachés à nos hôpitaux, ils avaient fait bénéficier nos blessés et nos malades de leurs hautes connaissances techniques et avaient apporté l'un et l'autre dans leurs fonctions un dévouement allant même jusqu'au sacrifice de leur santé, qui s'en était particulièrement altérée. Il est certain que nous aurions vu très agréablement récompenser aussi tous les précieux services de tous nos autres professeurs, car tous avaient rempli leur devoir avec le même patriotisme et une égale élévation de sentiments. Mais les récompenses n'étaient accordées qu'avec parcimonie et, pour leur attribution, il fallait s'appuyer sur l'ancienneté et l'importance des services rendus.

 

C'est à ces titres que, par décret en date du 28 octobre 1917, MM. les professeurs Vautrin et Haushalter furent promus, sur la proposition de M. le Ministre de la Guerre, à la dignité de chevalier de la Légion d'honneur, dont le 19 novembre M. le général Gérard vint leur remettre les insignes.

 

Entourés des membres de la Commission administrative et d'un certain nombre de hautes personnalités de Nancy, dont nous citerons plus particulièrement les noms de M. Mirman, préfet ; de M. Gustave Simon, maire ; de M. Adam, recteur ; de M. le professeur Meyer, doyen de la Faculté de Médecine ; de nos professeurs et leurs élèves, de nos sœurs, de notre personnel et de nombreux malades et blessés, MM. les professeurs Vautrin et Haushalter reçurent, en présence de leurs familles, les insignes de leur nouveau grade.

 

 

Image 34 1917 Décoration Alexis Vautrin Légion Honneur.jpg
Remise de la légion d’Honneur à Alexis Vautrin par le général Gérard le 28 octobre 1917 à Nancy

 

 

En remettant ces deux hautes distinctions, M. le général Gérard voulut bien aussi accrocher sur la poitrine d'un de nos braves infirmiers, Jacques Cazaban, blessé au cours des batailles de Champenoux en septembre 1914, la croix de guerre qui venait à ce titre, par régularisation tardive, de lui être concédée avec citation à l'ordre de la division.

 

Rappelons aussi que M. le professeur Vautrin, avant d'être promu à la dignité de chevalier de la Légion d'honneur, avait vu par-insertion au Journal Officiel, en date du 27 octobre, sa belle conduite portée par le Gouvernement à la connaissance du pays.

 

 

Image 35 1917 Paul;Boucher 14-2 Image 1 Alexis Vautrin 1917 Légion honneur.jpg
Marguerite, Anna, Alexis Vautrin, Colette Michaut, Sœur supérieure, Madeleine Michaut, Yvonne Vautrin

 

 

Volontairement, nous ne nous sommes pas étendus plus haut sur la concession de la médaille d'argent de l'Assistance

 

 

Image 36 1917 Paul Bouher-Baptême Madeleine Boucher.jpg
Fin juin 1917 à Gérardmer, baptême de Madeleine Boucher

Paul Boucher, Marguerite et Yvonne Vautrin, Henry Boucher, Alexis Vautrin

Assis : Jean Boucher, Lucette Boucher, Annette Boucher, Marthe Boucher, Colette, Madeleine et Marie-Edouard Michaut. (Photo prise par Anna Vautrin)

 

 

Alexis Vautrin : Industriel

Il s’intéressait beaucoup à l’industrie et il était très lié avec son beau-frère Paul Perrin. C’est pour cette raison qu’il s’associa avec lui lorsque Paul Perrin racheta le petit tissage Calame-Béguin à Nomexy qui a été fondé en 1883.

 

Paul Perrin, Alexis Vautrin et Henry Boucher le reprirent en 1903, y créèrent une filature et agrandirent le tissage.

 

(Note de Renaud Seynave : Le tissage Calame-Béguin appartenait à la famille de la sœur de Marthe Boucher née Béguin épouse d’Henry Boucher.)

 

Paul Perrin qui avait quitté « les Héritiers de Georges Perrin » dont il avait assuré la direction générale était venu habiter Nancy pour faire soigner ses enfants qui étaient malades. Il venait par le train à Nomexy et, le matin avant de partir, il passait chez Alexis Vautrin pour parler affaires. Il a un carnet où sont indiquées les productions des filatures et tissages.

 

Les affaires « Paul Perrin » ont été dirigés par Jean Debry, puis Jacques Debry.

 

 

Image 37 Alexis Vautrin Professeur de chirurgie.jpg
Alexis Vautrin en 1919

 

 

Image 38 1935 Anna Vautrin et petits-enfants.jpg
Famille Vautrin aux Roseaux à Gérardmer en 1935

Rangée du bas : Bernard Michaut, Nicole Boucher, Bonne-Maman Vautrin, Philippe Michaut, Jacqueline Boucher Milieu : Edouard Michaut, Noëlle Michaut, François Michaut, Titite Boucher

Haut : Annette et Paul Segond, Simone Michaut, Madou Michaut, Jean Boucher, Colette Michaut

 

 

Image 39 1938 Anna Vautrin et petits-enfants.jpg
De Gauche à droite : Noëlle Michaut, Annette Segond, Marguerite Michaut, Suzanne, Jacqueline Boucher, Colette Michaut, Nicole et Titite Boucher. Devant : Bernard, Anna Vautrin et Xavier Segond, Michel Segond, Philippe Michaut - Gérardmer en 1938

 

 

Maison du Cours Léopold à Nancy

 

Image 40 Maison cours Léopold.jpg
Maison des Vautrin au 45 Cours Léopold à Nancy

 

 

Alexis Vautrin a fait construire la grande maison du Cours Léopold. Il y avait son cabinet de consultation et y recevait chaque année à dîner les internes de l’hôpital. Cette maison avec un rez-de-chaussée et deux étages avait sur l’arrière un petit jardin de style anglais donnant sur la rue Hermite avec sur le côté un grand garage surmonté du petit appartement du chauffeur. De l’autre côté de la rue Hermite, il y avait un grand potager et un tennis.

 

Le rez-de-chaussée comportait Cours Léopold une entrée, la salle d’attente, le grand salon, la grande salle à manger suivie côté jardin d’un salon véranda, la petite salle à manger, l’office, la cuisine, le grand escalier avec vestibule, toilettes, lavabo, couloir er le grand bureau (cabinet du docteur) avec deux bibliothèques de 32 et 22 étagères.

 

Au premier étage de part et d’autre de l’escalier, deux groupes de trois chambres avec salle de bain pour chaque groupe.

 

Au second étage, des chambres dont une était aménagée en musée de souvenirs de la 1ère guerre avec des casques, uniformes, armes diverses.

 

 

Image 41 Véranda cours Léopold 1909 Femmes Vautrin et Paul Boucher.jpg
Véranda du Cours Léopold en 1909

Marguerite Vautrin, Madeleine Vautrin, Paul Boucher, Suzanne Vautrin, Anna Vautrin assise et Yvonne Vautrin devant.

 

 

Image 42 Véranda cours Léopold 1915.jpg
Véranda du Cours Léopold en août 1915

De gauche à droite, Yvonne Vautrin, Suzanne Boucher, Madeleine Michaut, Marguerite Vautrin, Paul Boucher, Alexis Vautrin et Annette Boucher à côté de son grand-père.

 

 

Image 43 Vitrail cours Léopold.jpg
Détail du vitrail de Jacques Grüber dans la cage d’escalier.

Détail du bas du vitrail : le lac de Gérardmer en violet

 

 

Propriété des Roseaux à Gérardmer

Alexis Vautrin avait aussi acquis le 19 octobre 1900 de Monsieur Paul Langlet, ancien banquier demeurant à Paris, une belle propriété « Les Roseaux » à Gérardmer au bord du lac, avec un vaste jardin et un embarcadère. Il y avait trois maisons, les Roseaux, la Frênaie et la Sapinière.

 

La propriété comportait en outre à l’arrière sur le coteau un tennis, la maison des gardiens et la petite maison, ancien bâtiment aux plafonds très bas où les enfants pouvaient jouer et y faire un peu de cuisine. La villa initiale avait dû être agrandie. Elle comportait en milieu de façade une belle terrasse avec deux colonnes de granit, flanquée de deux corps de bâtiments. Au rez-de-chaussée en façade, de droite à gauche, un grand salon, la salle à manger, un office avec sur le côté la cuisine puis sur l’arrière une salle de jeux, les toilettes et une autre salle de séjour. A l’étage les chambres. Il avait fait cette acquisition pour se rapprocher de la famille Perrin de Cornimont. Deux sœurs d’Anna avaient une résidence d’été à Gérardmer, Clémentine Cuny et Caroline Garnier.

 

Mais absorbé par ses occupations, il y venait à peine une journée et retournait à ses malades de l’hôpital et de sa clinique à Nancy.

 

Pour sortir de son confinement à Nancy, il trouve de temps à autre, mais trop rarement, le moyen de s’y rendre. C’est bien commode et utile pour sa famille nombreuse. Le couple Vautrin compte quatre filles, leurs maris et leurs enfants, car les équipements, le nombre et l’importance des locaux se prêtent à l’épanouissement de toute cette jeunesse qui l’entoure.

 

Alexis Vautrin soignait gratuitement les gens de Gérardmer et, pour le remercier, le conseil municipal avait décidé de ne pas lui faire payer la redevance pour son débarcadère à bateaux.

 

 

Image 44 Les Roseaux Gérardmer vue du débarcadère.jpg
Les Roseaux avec le débarcadère à bateaux sur le lac

 

 

Image 45 Les Roseaux Gérardmer Cousines.jpg
Madeleine Vautrin, Maguy Boucher, Suzanne et Yvonne Vautrin - Les Roseaux à Gérardmer

(Collection Marie Favre)

 

 

Image 46 Les Roseaux Gérardmer Cousines 2.jpg
Yvonne Vautrin, Germaine Molard, X, Madeleine Vautrin, Suzanne Vautrin, Marguerite Vautrin aux Roseaux à Gérardmer (Collection Marie Favre)

 

 

Image 47 1914 Anna et Alexis et petits-enfants.jpg
Alexis Vautrin avec ses petits-enfants, Annette et Jean Boucher aux Roseaux en 1914

 

 

Image 48 1924 Famille Anna et Alexis Vautrin.jpg

Famille Vautrin à Houlgate en 1924

Paul Boucher, Jean et Yvonne Debry, Pierre Michaut avec François, Jean Boucher, Edouard et Madeleine Michaut, Suzanne et Nicole Boucher, Alexis et Anna Vautrin, Simone et Marguerite Michaut tenant Philippe

 

 

Image 49 Cousines aux Roseaux.jpg
Les cousins aux Roseaux : Chantal Debry, X ,X, Nicole Boucher, Jeannine Debry, Jacqueline Boucher (à droite, débarcadère à bateaux)

 

 

Image 50 1935 Anna Vautrin au Mont-d'or.jpg
Bonne Maman en cure au Mont-d’or en 1935

 

 

Image 51 1915 Ambulanciers anglais aux Roseaux Image1.jpg
Les Roseaux occupés par les ambulanciers anglais pendant la guerre 14/18

 

 

A la mort d’Anna Vautrin, Marguerite Michaut reprit la maison. Elle fut détruite en 1944 lors de l’incendie de Gérardmer. Trois maisons furent reconstruites à la place des anciennes.

 

 

Villa La Tourelle à Saint-Cast (Côte d’Armor)

Image 52 St Cast la maison.jpg
La Tourelle à St-Cast (Côtes du Nord

 

 

Les Vautrin passaient des vacances chez des amis du côté de Saint Lunaire, lui était professeur à la Faculté de Médecine de Nancy. En janvier 1938, Anna Vautrin, alors veuve depuis 1927 acheta une grande maison appelée La Tourelle. C’était une ancienne pension de famille. Située sur la route du Sémaphore, elle avait une belle vue sur la mer des deux côtés.

 

Malheureusement, Anna Vautrin mourût en 1939. Elle n’en profita guère.

 

Suzanne Boucher reprit la Tourelle. Toute la famille en profita et la maison était souvent pleine lors des vacances. Dans les années 1970, la Tourelle devint la propriété de ma Tante Titite Frachon.

 

 

Image 53 St Cast Vue depuis la maison 1.jpg
Vue de la maison

 

 

Image 54 St Cast Vue depuis la maison 2.jpg

Autre vue de la maison

 



08/11/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 323 autres membres