14-18Hebdo

14-18Hebdo

Carnets de guerre (Anna Vautrin) – N° 47 - 30 août au 5 sept 1915

 

Les journaux annoncent la mort de Pégoud, un de nos meilleurs aviateurs…

 

1915 Pégoud 1.jpgSous-lieutenant Pégoud mort au combat le 28 août 1915

 

Document transmis par Renaud Seynave, son arrière-petit-fils - 16/07/2015

 

Lundi 30 août 1915

L’Italie a déclaré la guerre à la Turquie. On se demande ce que vont faire la Bulgarie et la Roumanie !

Les Russes battent en retraite devant les Allemands qui après avoir pris Varsovie sont maintenant à Grodno. Les populations russes fuient devant les Allemands. La Russie n’avait pas assez de munitions, c’est pourquoi elle ne peut pas lutter contre l’Allemagne.

Les Italiens combattent toujours les Autrichiens. Les Anglais sont dans le nord de la France et en Belgique.

On ne fait aucun progrès. Les Allemands sont toujours en France aux mêmes endroits qu’il y a six mois !

Mardi 31 août 1915

On entend le canon. Cela doit venir du côté du Bois Le Prêtre. Edouard écrivait à Madeleine que lorsqu’il était dans le nord, un Indien qui combat avec lui avait montré un chapelet d’oreilles coupées d’Allemands qu’il avait tués. C’est horrible et il trouvait cela très naturel.

Mercredi 1er septembre 1915

Edouard écrit à Madeleine qu’il a été envoyé en reconnaissance pendant qu’il était au repos à Lunéville au fort de Manonviller. Le fort n’existe plus. D’après ce qu’Edouard a entendu de divers côté, ce fort aurait dû tenir plus longtemps. Il parait qu’on n’a pas tiré un coup de canon. On parle beaucoup d’une trahison du commandant du fort.

Jeudi 2 septembre 1915

Plusieurs taubes sont venus aujourd’hui sur Lunéville à 7h du matin. Ils ont jeté plusieurs bombes. L’une d’elles est tombée sur un marché qui se tient à Lunéville dans une rue très étroite. Il y avait beaucoup de personnes de la campagne qui avaient apporté des légumes pour les vendre. Il y a eu 52 morts et 18 blessés. Depuis le commencement de la guerre, c’est la première fois qu’il y a autant de morts provoqués par des bombes. C’est épouvantable. Les victimes sont surtout des paysans des environs de Lunéville qui étaient là dès le matin avec leurs légumes. Il y a eu autant de morts aussi parce qu’il y a eu des pierres et des morceaux de murs qui sont tombés sur les malheureux, les tuant ou les blessant.

Vendredi 3 septembre 1915

Suzanne est à St Amé avec ses enfants auprès de ses beaux-parents car Gérardmer n’est pas sûr avec les taubes qui lancent des bombes très souvent. Elle m’écrit que Paul, son mari, a gagné son 3ème galon (capitaine) sur le champ de bataille. On lui a épinglé son 3ème galon au moment de la bataille.

Note de RS : Officiellement, Paul Boucher a été nommé capitaine le 20 juin 1915

Samedi 4 septembre 1915

Les journaux annoncent la mort de Pégoud, un de nos meilleurs aviateurs. Il était parti en reconnaissance près de Belfort quand il a été mitraillé par un avion allemand. Une balle l’a atteint et l’a tué sur le coup. Ne pouvant plus conduire son appareil, il est tombé d’une grande hauteur. C’était Pégoud qui avait fait le premier looping en avion. Il était redouté des Allemands car il avait déjà descendu plusieurs avions allemands. L’aviateur Garros est prisonnier depuis plusieurs mois en Allemagne. Ce sont deux grandes pertes pour l’aviation française.

 

1915 Pegoud 2 mot inscrit couronne aviateurs allemands.jpgMot inscrit sur la couronne envoyée par les aviateurs allemands

 

 

1915 Pégoud 3 JMO 31-08-1915.jpgExtrait du journal de marche du 31 août 1915

 

Dimanche 5 septembre 1915

Je vois sur le journal que Monsieur Théodore Berger-Levrault vient d’être décoré de l’ordre de Léopold par le roi des Belges qui est venu sur le plateau de Malzéville avec le général Joffre, Millerand ministre de la Guerre et Poincaré Président de la République.

Ils sont venus visiter le parc d’aviation qui est le plus important de France. Il y a là plus de 130 avions. Cette escadrille ne sert qu’aux bombardements. Ils ont fait déjà les grands bombardements de Karlsruhe. Nous avons à Villers une autre escadrille d’aviateurs qui ne servent qu’à la poursuite des taubes qui viennent sur Nancy. Aussitôt qu’un taube est signalé le canon d’Amance tourne et les aviateurs sortent de leur parc pour le chasser. Ils sont quelques fois 5 ou 6 que l’on voit dans le ciel à la poursuite de l’avion boche.

A suivre…



28/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres