14-18Hebdo

14-18Hebdo

Carnets de guerre (Anna Vautrin) – N° 33 - 24 au 30 mai 1915

 

... Les avions allemands ont jeté plusieurs bombes sur Venise sans faire grand mal. Les Russes avancent lentement dans les Carpates…

Document transmis par Renaud Seynave, son arrière-petit-fils - 06/05/2015

 

Alexis Vautrin Image1.jpgAlexis Vautrin

Lundi 24 mai 1915

Le Roi de Grèce est très malade. Il vient de subir une opération. Les Italiens continuent à mobiliser. Des aviateurs allemands lancent 8 bombes sur Paris. Le taube était maquillé aux couleurs françaises.

C’est aujourd’hui le lundi de Pentecôte. On a organisé hier et aujourd’hui une journée du 20e Corps d’Armée. Plusieurs quêteuses dans les rues offraient des médailles gravées représentant un soldat. La quête a été fructueuse. Notre pauvre 20e corps est près de Lorette, au nord d’Arras. Il vient d’y avoir une forte attaque. Cela a été épouvantable.

Edouard dit que la mitraille marchait continuellement. Il y avait des obus de toutes grosseurs. La prise d’un cimetière a été terrible. Les tranchées allemandes étaient pleines de cadavres. Ils ont eu des pertes très élevées mais nous avons perdu beaucoup de monde parmi les combattants que nous connaissons. Il y a Monsieur Henri jeune forestier de 22 ans, Monsieur Guérin le fils du Professeur de pharmacie, Monsieur Bertrand Oser père de 4 enfants, le neveu d’Alice Kempf fils d’Adrien Kempf de Paris et combien d’autres. Monsieur Braun de Nancy a perdu ses deux fils et son gendre. !

On nous dit qu’il y a eu rien que dans cette attaque 14 officiers et 600 hommes du 26e tués. De Raon L’Etape, il y avait 4 officiers. Le 26e a été complètement décimé. Nos soldats se sont montrés superbes de courage mais quelles pertes ! Surtout dans nos officiers. En ce moment le gros de l’attaque est près d’Arras. Sur le reste du front, il n’y a pas grand-chose à signaler.

Mardi 25 mai 1915

Déclaration de guerre entre l’Italie et l’Allemagne

C’est hier lundi que l’Italie a envoyé sa déclaration de guerre avec l’Allemagne. L’Allemagne a donc contre elle en ce moment la France, la Russie, l’Angleterre, la Belgique et l’Italie. Comment pourra-t-elle faire pour faire face à toutes ces puissances ?

Monsieur Bernhard von Bülow, ambassadeur d’Allemagne à Rome est parti ainsi que l’ambassadeur d’Autriche. L’ambassadeur d’Italie à Berlin est revenu à Rome. Les deux ambassadeurs se sont croisés à Lugano.

Il y a un grand enthousiasme en Italie. Un premier engagement a eu lieu entre les alpins italiens et des Autrichiens à Torcellia qui marque la frontière Italie Autriche.

Le Pape a préparé un document qu’il fera paraître pour annoncer sa neutralité. Il a fait don de 100 000 francs pour les victimes de la guerre.

Le Roi de Grèce est toujours malade.

Mercredi 26 mai 1915

Les avions allemands ont jeté plusieurs bombes sur Venise sans faire grand mal. Les Russes avancent lentement dans les Carpates. Dans les Dardanelles nous avançons aussi et nous avons fait sauter plusieurs forts.

L’Allemagne, l’Autriche et la Turquie sont contre nous dans les Dardanelles. La neutralité Suisse est respectée.

Jeudi 27 mai 1915

Dans les violents combats qui se livrent en ce moment près d’Arras, nous avons eu beaucoup de pertes dans nos régiments de Nancy.

Edouard dit que le combat est toujours terrible, les obus pleuvent et de toutes les grosseurs. La prise d’une maison coûte la vie à de nombreux soldats. Edouard raconte qu’il a vu un soldat revenir de la tranchée avec sa baïonnette rouge de sang. Il était blessé mais ne faisait pas attention à sa blessure. Il était grisé par le combat et racontait toute la bataille. Cette offensive des Français près de Carency dans le Pas de Calais a été terrible. Tous les soldats qui y étaient disent que c’est un miracle lorsqu’on revient.

Suzanne m’écrit de Gérardmer qu’un taube est arrivé le lundi de Pentecôte à 5 heures et qu’il a jeté 5 bombes dans notre jardin des Roseaux encadrant le chalet (note de Renaud Seynave : Les Roseaux est la propriété des Vautrin sur le lac de Gérardmer en face de La Chanonyère, propriété des Cuny). La première bombe est tombée devant la maison et la seconde derrière la maison. Les ambulanciers anglais (note de RS : lire épisode du 24 avril 1915) qui sont aux Roseaux ont été réveillés en sursaut mais, comme ils ont la bonne habitude de dormir les fenêtres ouvertes, il n’y a eu que deux vitres brisées. Du sable est rentré dans ma chambre à coucher et a volé sur mon lit où couchait un Anglais. Il y a eu deux autres bombes qui sont tombées dans le jardin du voisin. La Fresnaie (note de RS : une petite maison qui fait partie des Roseaux) et la Sapinière ont eu leurs vitres cassées. Une femme a été tuée dans sa cuisine rue du Lac.

On croit que le taube visait les Anglais qui sont aux Roseaux car nous y avons 15 Anglais qui sont à Gérardmer avec des voitures d’ambulance pour chercher les blessés du côté de la Schlucht. Ils y vont la nuit. La Fresnaie est pleine d’Anglais, il y a douze chauffeurs. Il y en a même qui couchent sur l’embarcadère (note de RS : l’embarcadère est construit sur le lac, c’est l’abri des bateaux de la famille Vautrin).

Les bombes que les avions boches lancent maintenant sont beaucoup plus grosses qu’au début. Elles ont fait un trou de 3 mètres de diamètre.

Tous les jours, il y a des taubes qui viennent sur Gérardmer.

Paul est toujours au repos à Malmerspach, petit village alsacien. Il y a eu une revue du 152e RI par le général de Maud’huy à Thann. C’était très émouvant parait-il. Tout le monde avait les larmes aux yeux.

Vendredi 28 mai 1915

Nous apprenons qu’à Carency, Monsieur Maurice Perrot a été blessé grièvement. Il a fallu amputer la jambe. Monsieur Tuffier, le fils du bijoutier a été tué. C’était un fils unique. Il a été achevé par un lieutenant prussien. Notre pauvre 20e Corps a été décimé. Jean Adrien a été tué. Ses parents avaient reçus une lettre de lui le matin même.

Samedi 29 mai 1915

Le Kronprinz a une fille depuis quelques jours. Elle se nomme Alexandrine Irène. On dit dans les journaux que la Kronprinzessin Cécile veut divorcer.

Georges Boucher est toujours prisonnier à Osnabrück dans le Hanovre. Il a écrit à son oncle Henry Boucher pour lui demander qu’on veuille bien permettre à un prisonnier allemand se trouvant en ce moment dans le midi de se promener. Cette lettre a dû lui être dictée par les Allemands. Monsieur Henry Boucher a envoyé une copie de cette lettre au ministère de la guerre.

Un vapeur américain a été torpillé par un sous-marin allemand.

Un zeppelin encore jeté des bombes sur l’Angleterre. Le roi de Grèce va mieux.

Dimanche 30 mai 1915

Grand exploit de nos aviateurs… ! 18 de nos avions qui sont en ce moment à Malzéville près de Nancy sont partis jeudi matin pour Ludwigshafen, l’usine la plus importante de produits chimiques de toute l’Allemagne. Ils ont jeté plusieurs bombes.

Malheureusement, notre chef de l’escadrille a été obligé d’atterrir chez les Allemands. Il a été fait prisonnier mais il a brûlé son appareil avant de se faire prendre.

A suivre…



22/05/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 328 autres membres