14-18Hebdo

14-18Hebdo

Alice Nicolas (1893-1928)

Hommage à Alice Nicolas, engagée dans la « Grande Guerre »

Portrait proposé par Alice Aldebert (sa petite-fille) - 18/02/2015

 

Image1 Portrait Alice.jpg 

Son nom est Alice, sa famille l’appelle Lily. Elle porte le prénom de sa tante Alice Caimant.

Elle est née à Cornimont le 28 décembre 1893, passe toute son enfance et sa jeunesse à Xoulces. Ses parents sont Jules Nicolas et Marie Caimant Legay, descendante directe de Sébastien Perrin et Marguerite Viry.

 

En 1914, Lily a 21 ans. Elle suit la formation dispensée par la Croix-Rouge française qui lui délivre son diplôme d’infirmière. La Croix-Rouge a été créée après la bataille de Solferino en 1859. Le diplôme d’état d’infirmière ne verra le jour qu’en 1922.

En 1915, la famille quitte ses chères montagnes et réside à Cimiez sur les hauteurs de Nice. La maison s’appelle la villa Xoulces. Alice prend ses fonctions d’infirmière bénévole cette année-là.

Elle est affectée à l’hôpital auxiliaire (HA n° 8) boulevard Washington à Cimiez dans les locaux de l’école normale de jeunes filles. Nombre de lits 300.

 

Image2 Nice Ecole normale Hopital.jpg

 

Les hôpitaux civils et militaires étant très vite débordés, de nouveaux sites sont investis.

 

Nice et la Côte d’Azur sont situés loin des lignes de front et donc sont plus propices au repos et à la convalescence de « nos chers blessés ». Les premiers convois de blessés arrivent dès 1914.

Le Petit Niçois titre : « Devant le nombre de tués et de blessés, lequel s’avère plus important que prévu, il faut organiser l’évacuation vers l’arrière, afin de les soigner et de leur assurer une efficace convalescence. »

 

Les établissements réquisitionnés de la ville de Nice et autres villes alentours sont cités par Jean Riotte (les héroïnes oubliées de la guerre 14-18). Je ne citerai que ceux concernant Nice tant la liste est longue.

HA n° 8 Nice - Ecole Normale de Jeunes Filles, Cimiez - 300 lits

HC n° 10 Nice - Hôtel de l'Hermitage - 375 lits

HC n° 11 Nice - Hôtel Régina, 650 lits

HC n° 12 Nice - Hôtel Majestic,

HC n° 13 Nice - Hôtel Winter Palace, 400 lits

HC n° 14 Nice - Grand Hôtel, 550 lits

HC n° 15 Nice - Hôtel Négresco

HC n° 16 Nice - Hôtel Ruhl

HC n° 17 Nice - Hôtel Impérial, 1050 lits

HC n° 18 Nice - Beausoleil - Hôtel Riviera Palace, 400 lits

HC n° 19 Nice - Hôtel de Nice, 28 boulevard Carabacel - 350 lits

HC n° 20 Nice - Skating du palais de glace, 300 lits - Reçoit des contagieux

HB n° 23 bis Nice - Asile Evangélique – maison de convalescence

HA n° 28 Nice - Hôtel d'Angleterre, 175 lits

HA n° 29 Nice - Traveller's Club

(HA : hôpital auxiliaire, HC : hôpital complémentaire)

 

Lily soigne, apaise, soulage, réconforte. Son sourire fait merveille.

 

Image3 Les infirmieres.jpg 

Elle tient un carnet. Elle y note ses pensées. « Ses chers blessés » voulant la remercier, elle met son carnet à leur disposition. Ils y expriment leur reconnaissance.

Voici son carnet :

 

Image4 Son carnet.jpg

Image5 Des objets.jpg

 

En prologue, elle écrit :

 

Image6 Poeme Paul Fort.jpg

 

Image7 Hommages blesses.jpgJe remercie Melle Nicolas de ses soins dévoués (Charles Carteng)

 

Image8 Hommages blesses.jpg

 

Image9 Hommages blesses.jpgHommage d’un blessé au gracieux dévouement de Mademoiselle Nicolas

 

Un autre écrit : « Remerciements sincères pour le dévouement et les soins de Mademoiselle Nicolas, étant à l’hôpital n°8 à Nice. »

Image10 Hommages blesses.jpg

D’autres s’identifient, décrivent d’où ils viennent, dans quel combat ils ont été blessés…

 

On lui écrit un poème : « Restez jeune toujours grâce à votre sourire ».

Image11 Hommages blesses.jpg
Image12 Hommages blesses.jpg 

On lui offre une partition,

Image13 Partition blesses.jpg 

Elle-même cite ce poème de Maeterlinck :

Image14 Poeme Maeterlinck.jpg

 

Pendant son temps libre, à la villa Xoulces, elle brode, voici sa paire de ciseaux :

Image15 Sa paire de ciseaux.jpg

 

 

Et puis un jour, la guerre se termine.

 

Image16 Fin de la guerre Le Petit Nicois.jpgRetour à la paix titre le Petit Niçois n° 24

 

La Croix-Rouge publie ces chiffres :

Les structures :

  • 1 480 hôpitaux auxiliaires
  • 116 689 lits
  • 75 504 714 journées d’hospitalisation

Le personnel :

  • 68 000 infirmières mobilisées
  • 105 infirmières tuées lors de bombardement
  • 246 infirmières mortes de maladies contractées en service
  • 2 500 infirmières blessées
  • 10 223 infirmières décorées, dont 373 Légions d’honneur

 

(De la même façon que Patrick Germain nous a invités à écouter la marche funèbre de Beethoven, cet article a été écrit au son de l’adagio de Bach BWV974 (Interprétation Elise Robineau en ré mineur pour violoncelle)

 

Lily pense à ses chères montagnes,

Image17 Lily pense à ses chères montagnes.jpg
 

Et puis un jour, le bonheur… et l’adagio de Bach devient interprétation au piano en D mineur par Cubus

 

Alice rencontre Charles de Jonquières, un « brillant » officier de marine (terme consacré). Ils se marient le 15 février 1919. Le Figaro note l’évènement :

A Nice a été célébré en la chapelle de la villa Xoulces

le mariage du

lieutenant de vaisseau Charles Fauque de Jonquières

avec

Mademoiselle Marie-Alice Nicolas.

Les témoins de Mlle Nicolas étaient Mme

Phulpin et Mme de Gérauvilliers ; M. Fauque de

Jonquières avait pour témoins le marquis

de Desquillière et le comte de Bonadonna.

 

 

Image18 Mariage.jpgCriquette de Gérauvilliers (8 ans), demoiselle d’honneur

 

Photos de famille (à venir)

 



20/02/2015
19 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 328 autres membres