14-18Hebdo

14-18Hebdo

207e semaine de guerre - Lundi 15 juillet au dimanche 21 juillet 1918

LUNDI 15 JUILLET 1918 - SAINT HENRI - 1443e jour de la guerre

MARDI 16 JUILLET 1918 - NOTRE-DAME DU MONT CARMEL - 1444e jour de la guerre

MERCREDI 17 JUILLET 1918 - SAINT ALEXIS - 1445e jour de la guerre

JEUDI 18 JUILLET 1918 - SAINT CAMILLE DE LELLIS - 1446e jour de la guerre

VENDREDI 19 JUILLET 1918 - SAINT VINCENT DE PAUL - 1447e jour de la guerre

SAMEDI 20 JUILLET 1918 - SAINTE MARGUERITE - 1448e jour de la guerre

DIMANCHE 21 JUILLET 1918 - SAINTE PRAXEDE - 1449e jour de la guerre

Revue de presse

  • La journée du 14 juillet - Fête nationale des Alliés
  • Nouveaux succès en Albanie
  • Les Allemands ont attaqué de Château-Thierry à Massiges sur un front de 80 kilomètres
  • Le bombardement de Paris a recommencé
  • L'attaque générale allemande est brisée
  • L'affaire Malvy devant la Haute-Cour
  • Plus de jours sans viande à partir de la semaine prochaine
  • La bataille a continué avec acharnement
  • Nous attaquons de l’Aisne à la Marne sur 45 kilomètres
  • Les exploits imaginaires de la grosse Bertha
  • Notre progression a continué entre Aisne & Marne malgré une violente réaction de l'ennemi
  • Situation tragique en Russie
  • Les Allemands en retraite contraints de repasser la Marne – Plus de 20 000 prisonniers et 400 canons
  • Le tsar Nicolas II aurait été fusillé le 16 juillet
  • La manœuvre du général Foch

 

Morceaux choisis de la correspondance

La correspondance de Georges et Marie Cuny s’arrête le 29 juin 1918 (aucune lettre n’a été retrouvée après cette date, à part quelques cartes adressées à leur fille Noëlle). Pour couvrir cette période du second semestre 1918, j’ai utilisé l’historique des faits dans le Journal des Marches et Opérations en 1918 du 260e Régiment d’Artillerie de Campagne et dans celui du 2e Groupe du même RAC (groupe dont Georges Cuny était le commandant). Ces documents nous permettent de continuer l’histoire (en tout cas militaire) d’un des protagonistes de la correspondance. Ces JMO sont disponibles sur Internet – Site « Mémoire des Hommes ».

 

 

Journal des Marches et Opérations - 260e RAC

 

 

15   juillet

 

 

Journée calme. Les secteurs relevés devaient ce soir faire mouvement pour aller cantonner à St Etienne. A 17h l’ordre arrive de ne laisser partir personne des emplacements des C.R. Fin de la relève dans la nuit du 15 au 16 juillet.

 

 

16   juillet

 

 

Dans la matinée, reconnaissances de positions de batterie dans la région de la ferme de Riverseau par les Cdt de Régt, les Cdt de groupe et de batterie. Dans la nuit du 16 au 17 juillet, le Régt va prendre position sans incident et amène sur les positions toutes les munitions qu’il lui est possible d’amener.

 

 

17   juillet

 

 

Dans la matinée le chef d’escadron Tribout est convoqué au P.C. de l’AD/153, dans une carrière de St Baudry. Une action offensive à grande envergure va avoir lieu incessamment. Le chef d’escadron Tribout va occuper son P.C. (creute au N.E. de la ferme de Riverseau) organise et fait préparer le barrage roulant devant le front de la D.I. A 19 heures, reçu l’ordre : J : 18 juillet – H : 4h35. Dans la nuit du 17 au 18 juillet les positions du 260e RAC sont ravitaillées en force en munitions. 2 groupes du 29e RAC vont   prendre position à l’E. du Ru de Retz, en lisière du bois au S. du Chauffeur. Le 2e groupe à l’est du ravin de Laversine doit appuyer le 1er Rgt mixte.

 

 

18   juillet

 

 

L’attaque part à 4h35. A 4h30, l’ennemi déclenche une C.P.O. L’éveil a été donné aux boches par le bruit fait par nos chars d’assaut en s’approchant de notre première ligne. Les premiers renseignements montrent que l’opération marche bien.

 

Le 1er objectif (lèvre ouest du Ravin de Missy) est atteint à 6h15.

 

A 5h15 le III/260 se porte en avant et va prendre position aux environs de la Raperie de la Croix Ste Créaulde signalée occupée par nos troupes à 5h05. Les renseignements concernant l’occupation du 2e objectif (lèvre E. du Ravin de Missy) parviennent moins rapidement. Toutefois on a l’impression que l’opération continue à bien marcher.

 

A 7h le groupe du 29e RAC, resté seul en arrière, se porte en avant et va prendre position dans la région de la croix Ste Créaulde. A 7h30 le P.C. du chef d’escadron Tribout se transporte à la Raperie. A ce moment des renseignements verbaux, venant de l’I.D., nous apprennent que l’opération marche très bien. La route Soissons-Paris est entièrement occupée par nous.

 

Le Colonel Cdt l’I.D. porte son P.C. à Breuil. Pendant la mise en position des batteries du 2e groupe, un avion ennemi survole et mitraille le 2e ER, blessant deux hommes dont le m.d.l. Hureau.

 

Le Cdt du I/260 fait sa reconnaissance en vue de placer son groupe sur la lèvre O. du Ravin de Missy. Le groupe s’avance sur les positions : à ce moment il est reçu à coups de mitrailleuses ennemies et, pour éviter les pertes, il est obligé de se mettre à l’abri des coups dans un chemin très encaissé au S. du Mt d’Arly. Il s’y installe d’ailleurs sans aucune perte.

 

Des renseignements venus à ce moment de l’infanterie montrent que nos troupes occupent Saconin-et-Breuil, mais qu’elles n’ont guère dépassé les lisières E. de ces villages.

 

A 16h notre cavalerie s’avance pour charger l’ennemi qui résiste. Malheureusement elle ne peut dépasser la crête à l’ouest du Ravin de Missy, fortement prise à partie par l’artillerie ennemie du nord de l’Aisne, et est obligée de se replier sans avoir pu agir.

 

Dans la nuit, le I/260 est retiré de sa position précaire, sans perte, et renvoyé dans le bois du Chauffeur où le personnel se repose consciencieusement.

 

Pertes : S/Lieutt Barreau blessé et évacué.

 

 

19   juillet

 

 

A 4h du matin, notre infanterie attaque en vue d’atteindre son dernier objectif. Elle fait un bond de 1 km et atteint la route Soissons-Paris qu’elle dépasse largement au sud.

 

Toutefois, au N., un ouvrage fermé situé à l’ouest de la route Paris-Soissons a résisté solidement et a arrêté notre infanterie.

 

L’attaque est reprise à 17h. Après une grosse préparation d’A.L., l’ouvrage fermé tombe entre nos mains et le 1er mixte arrive aussi, à son tour, à la route Paris-Soissons. Dans la préparation un éclatement de pièce se produit à la 25e batterie. 1 tué, 2 blessés dont le Mdl Drapier

 

 

20   juillet

 

 

La situation de l’infanterie à 8h est la suivante : au N. le 1er mixte a atteint son objectif final, route Paris-Soissons. Son aile gauche se refuse un peu à l’ouest de cette route pour se relier à la D.I de gauche. Au centre, le 9e Z. a dépassé la route Soissons-Paris, mais n’a pu déboucher du petit bois carré situé à 300 m à l’O. de l’ouvrage 7024, lequel est très fortement organisé. Au sud le Régt Marocain a pris la ferme du Mont de Courmelles. Les Américains, à notre droite, ont pris Berzy-le-Sec.

 

A 14h l’attaque est reprise en vue d’atteindre le 3e objectif. Malheureusement l’ouvrage 7024 arrête toute progression.

 

A 18h30 arrive l’ordre de porter dans la nuit du 20 au 21 juillet tout l’Artie de campagne à l’E du méridien 175, c’est-à-dire à l’E du ravin de Missy. Tout le monde avec le maximum de munitions devra être en place pour le 21 juillet à 3h. Les reconnaissances partent aussitôt. Entre temps, afin de n’avoir aucune interruption dans la mission de protection de l’Infie, on a obtenu de ne porter aux nouvelles positions qu’un régiment d’Artie, le 260e RAC. Le mouvement s’exécute dans la nuit.

 

A 20h par suite d’une fausse interprétation de fusées, plusieurs barrages sont déclenchés coup sur coup, mais il n’y a aucune action d’infanterie et tout rentre bientôt dans le calme.

 

Pertes, Lieutt Flour, tué. S/Lieutts Bruneau et Laureau, blessés et évacués.

 

 

21   juillet

 

 

Le transfert des canons et des munitions sur les nouvelles positions s’effectue pendant la nuit. Ceci exige des mouvements d’avant-trains et de caissons qui ne cessent pas de toute la nuit et qui se poursuivent même pendant la journée sur des routes vues et battues par l’ennemi.

 

A 8h une nouvelle attaque est déclenchée. Cette fois la 153e D.I, aidée d’éléments disparates du 2e B.I.P., d’un Bon de Sénégalais, d’éléments du 129e R.I, doit pousser d’un seul bond. Malheureusement le démarrage ne peut avoir lieu.

 

A 9h un obus de moyen calibre isolé démolit le poste de T.S.F. du 2e groupe tuant le brigadier Toussaint, blessant grièvement le sapeur Hêtreux et le servant Martin. Une autre attaque échoue dans l’après-midi ainsi qu’une autre dans la soirée.

 

Le Lt colonel Coléno qui vient de rentrer de permission reprend le commandement du régiment. Le soir le Lt colonel Coléno, qui conserve le seul commandement du 260e, transporte son P.C. dans la grotte de Saconin.

 

 

 

Gravures du Petit Journal - Supplément illustré - 21/07/1918 (N° 1439)

 

Le général américain Duncan

LPJ Illustre 1918-07-21 A.jpg

 

 

Abris des troupes en campagne (photos)

LPJ Illustre 1918-07-21 C.jpg

 

Abris des troupes en campagne

Tentes réglementaires et tentes Bessonneau dans une formation sanitaire de l'avant

Carrière servant d'abri à des R.A.T.

Montage de l'ossature d'un baraquement de repos en forêt

Abri allemand en maçonnerie fait avec les persiennes volées aux maisons voisines

Intérieur d'un baraquement Adrian pour loger une section d'infanterie

Une "guitoune" servant de cuisine d'officier à l'arrière du front

Guitounes sur les bords de la Somme

Poste de commandement établi dans une forêt

Poste chirurgical dans la Somme

 

 

Laboratoires d’armées - Savants à la guerre (photos)

LPJ Illustre 1918-07-21 D.jpg

Laboratoires d'armées - Savants à la guerre

Mesure du degré de fatigabilité au dynamo-ergographe Camus

Inscriptions graphiques des réactions émotives d'un candidat aviateur

Mesure des réactions psychomotrices d'un aviateur au chronomètre d'Arsonval

Cave servant de laboratoire (mesure des temps de réaction auditive d'un mitrailleur)

Enregistrement des variations respiratoires dans le tir à la carabine pour l'étude de la plasticité fonctionnelle

Chronoscope à marche électrique employé par M. Lahy pour la mesure des temps de réaction des mitrailleurs (positions respectives du sujet et de l'expérimentateur)

Un laboratoire d'armée établi dans une maison abandonnée, analyse de l'eau, etc.

Recherche des obus non éclatés dans un champ de bataille abandonné au moyen de la nouvelle balance d'induction de Gutton

Soldat recherchant les obus dans les champs avant le passage de la charrue

 

 

Thèmes qui pourraient être développés

  • Commémoration - La journée du 14 juillet - Fête nationale des Alliés
  • Albanie - Nouveaux succès en Albanie
  • Front - Les Allemands ont attaqué de Château-Thierry à Massiges sur un front de 80 kilomètres / L'attaque générale allemande est brisée
  • Paris - Le bombardement de Paris a recommencé
  • Rationnement - Plus de jours sans viande à partir de la semaine prochaine
  • Front - Nous attaquons de l’Aisne à la Marne sur 45 kilomètres / Notre progression a continué entre Aisne & Marne malgré une violente réaction de l'ennemi / Les Allemands en retraite contraints de repasser la Marne – Plus de 20 000 prisonniers et 400 canons
  • Artillerie - Les exploits imaginaires de la grosse Bertha
  • Russie - Situation tragique en Russie
  • Russie - Le tsar Nicolas II aurait été fusillé le 16 juillet
  • La manœuvre du général Foch
  • Le général américain Duncan (Portrait dans LPJ Sup)
  • La bannière étoilée (LPJ Sup)
  • Abris des troupes en campagne (Photos dans LPJ Sup)
  • Laboratoires d'armées - Savants à la guerre (Photos dans LPJ Sup)
  • Religion - Fête religieuse - Notre-Dame du Mont Carmel - 16 juillet


11/07/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 323 autres membres