14-18Hebdo

14-18Hebdo

191e semaine de guerre - Lundi 25 mars au dimanche 31 mars 1918

LUNDI 25 MARS 1918 - ANNONCIATION - 1331e jour de la guerre

MARDI 26 MARS 1918 - SAINTE EUGENIE - 1332e jour de la guerre

MERCREDI 27 MARS 1918 - SAINT JEAN DAMASCENE - 1333e jour de la guerre

JEUDI 28 MARS 1918 - JEUDI SAINT - SAINT GONTRAN - 1334e jour de la guerre

VENDREDI 29 MARS 1918 - VENDREDI SAINT - SAINT JONAS - 1335e jour de la guerre

SAMEDI 30 MARS 1918 - SAMEDI SAINT - SAINT AMEDEE - 1336e jour de la guerre

DIMANCHE 31 MARS 1918 - PAQUES - 1337e jour de la guerre

Revue de presse

-       Nouveau bombardement de Mannheim par les aviateurs britanniques - 61 avions boches abattus

-       Nouvelle bataille de la Somme

-       Bombardement des docks de Bruges - 17 appareils boches abattus par les Anglais

-       De nouveaux renforts allemands débarquent en Finlande

-       La chute du mark

-       Le bombardement de Paris - Un obus dans une église - 75 tués & 90 blessés

-       Le général Pershing réclame sa place et celle de ses soldats dans la grande bataille

-       Furieuses attaques allemandes sur un front de 60 kilomètres dans la région de Lassigny

-       Le canon à longue portée

-       Vienne et Berlin consentiraient à la réunion de la Bessarabie à la Roumanie

 

Morceaux choisis de la correspondance

17 mars 1918 au 3 avril 1918 – Georges Cuny - Hôpital Bordeaux

 

  

25 mars - ELLE (Hôtel terminus et Buffet - Gare de Bordeaux) à Noëlle Cuny, sa fille.- Le médecin-chef a dit ce matin à Papa d’un air rogue qu’il avait reçu ordre de le transférer à l’hôpital à Angoulême, mais qu’il faudrait encore 2 ou trois jours pour faire les paperasses nécessitées par ce départ. Sous peu nous serons donc rendus chez tante Maguy, dis-le à Grand’Mère.

 

Les yeux de Papa vont mieux aujourd’hui, j’espère qu’il consentira à se laisser soigner jusqu’au bout. Il est toujours impatient, surtout quand il sent ses officiers et hommes encore au feu. Je voudrais bien apprendre qu’on les a relevés et mis au repos, de la sorte Georges consentirait à être calme et ne gémirait pas de son inaction. Ton papa avait déjà envisagé d’apprendre le braille s’il devait rester aveugle.

 

Tes petites lettres nous ont fait plaisir. Nous espérons que votre sagesse aura été parfaite pendant votre séjour à Cheniménil, pour ne pas donner d’ennui à votre chère tante Thérèse.

 

Dis à Grand’Mère que Papa n’a pas envie d’aller voir l’usine près de Pau, il ne peut pas y aller d’ici, il faudrait y aller depuis Angoulême. Moi, je ne demanderais pas mieux mais Papa dit qu’il a assez des voyages et que d’autre part pour voir une usine, ce n’est pas quelques heures mais quelques jours qu’il faudrait, pour voir non seulement l’outillage, mais la question main-d’œuvre et les livres. Enfin, il ne semble y mettre aucune bonne volonté, demande à Grand’Mère si je dois insister. Elle a encore le temps de me répondre puisque nous ne pourrons le faire que lorsque la convalescence de Georges sera signée, mais ce sera toujours autant de journées en moins pour Docelles.

 

Le temps semble vouloir changer, c’est dommage il faisait si bon. Avez-vous eu beau temps hier pour la 1ère communion, nous pensions bien à vous et voudrions savoir que tout s’est bien passé, que les enfants ont été recueillis et qu’André a bien récité son compliment à Monsieur le Curé.

 

Papa et moi vous embrassons tous bien tendrement. Ta Maman Mimi.

 

Chaque jour on voudrait déjà être à l’heure du communiqué pour savoir les événements de la Somme. Quel horrible carnage !

30 mars - Anna Vautrin (Nancy) à Mimi Cuny, sa nièce.- Quelle bonne surprise ce matin de recevoir la lettre de Georges écrite de sa main. Combien nous sommes heureux de le voir ainsi !

 

Lunéville a été à deux reprises bombardée par un canon à longue portée.

 

Nous avons eu bien sûr sur la place Stanislas un taube qui avait survolé Nancy à 8 heures du matin et qui a été abattu à 10 h près de St-Nicolas. Il était intact, tout en aluminium, c’est le 1er que je vois de ce genre. Nous avons des avions tous les jours, mais sans mal. Hier pendant l’office du vendredi saint la sirène s’est fait entendre deux fois.

 

Cette nuit nous avons eu de nouveau la sirène, mais sans mal. On s’attend tous les jours à être bombardé.

 

Chaque jour on voudrait déjà être à l’heure du communiqué pour savoir les événements de la Somme. Quel horrible carnage !

  

 

31 mars - Noëlle Cuny (Docelles) à Georges Cuny, son papa.- Heureusement que la 1e communion a été avancée, car aujourd’hui il pleut tandis que dimanche il faisait très beau. Nous sommes en vacances. C’est dommage que lorsque vous reviendrez justement nous recommencerons de travailler. C’est vraiment malchance, pendant que nous travaillions, il faisait très beau et maintenant il fait mauvais. Je vais vous dire qu’André a reçu un beau portefeuille de tante Paul Perrin, des livres de messe de tante Thérèse, une montre en or de grand-mère, une chaîne de montre de tante Molard, un christ en ivoire de tante Marie Paul, un coupe-papier en ivoire et en or de la part de Bonne Maman, un cachet de Germaine, un coupe papier et une plume de Mademoiselle Marchal, une bourse en argent de Mademoiselle Krantz, un portefeuille de Robert et un flacon de moi. J’espère que vous allez bien et que vous ne vous ressentirez jamais de ces vilains gaz. Votre petite fille Noëlle.

 

Ma pensée se reporte, constamment, vers ce Nord, où se débat, définitivement, notre sort futur.

31 mars - Marie Krantz (Docelles) à Mimi Cuny, fille de son amie.- Il fait aujourd’hui un temps atroce, pluie, vent, froid. Heureusement que la première communion a eu lieu dimanche dernier. Croyez-vous que cette tempête sera favorable à nos troupes ? Dans ce cas je l’accepte de tout mon cœur. Mais je crois que nous avions, même par le beau soleil, repris le dessus. Le premier choc de toute façon devait être terrible. Ma pensée se reporte, constamment, vers ce Nord, où se débat, définitivement, notre sort futur. J’ai beaucoup de foi et d’espérance, naturellement.

 

 

Gravures du Petit Journal - Supplément illustré - 31/03/1918 (N° 1423)

Ambulancier américain transportant un blessé

LPJ Illustre 1918-03-31 A.jpg
 

 

Thèmes qui pourraient être développés

  • Allemagne - Nouveau bombardement de Mannheim par les aviateurs britanniques - 61 avions boches abattus
  • La Somme - Nouvelle bataille de la Somme - Chaque jour on voudrait déjà être à l’heure du communiqué pour savoir les événements de la Somme. Quel horrible carnage ! - Ma pensée se reporte, constamment, vers ce Nord, où se débat, définitivement, notre sort futur !
  • Aviation - Bombardement des docks de Bruges - 17 appareils boches abattus par les Anglais
  • Finlande - De nouveaux renforts allemands débarquent en Finlande
  • Allemagne - La chute du mark
  • Paris - Le bombardement de Paris - Un obus dans une église - 75 tués & 90 blessés
  • Etats-Unis - Le général Pershing réclame sa place et celle de ses soldats dans la grande bataille
  • Front - Furieuses attaques allemandes sur un front de 60 kilomètres dans la région de Lassigny
  • Artillerie - Le canon à longue portée
  • Roumanie - Vienne et Berlin consentiraient à la réunion de la Bessarabie à la Roumanie
  • La désertion (LPJ Sup)
  • Religion - Fête religieuse - Annonciation - 25 mars
  • Religion - Fêtes religieuses - Semaine Sainte et Pâques


23/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres