14-18Hebdo

14-18Hebdo

177e semaine de guerre - Lundi 17 décembre au dimanche 23 décembre 1917

LUNDI 17 DECEMBRE 1917 - SAINT LAZARE - 1233e jour de la guerre

MARDI 18 DECEMBRE 1917 - SAINT GRATIEN - 1234e jour de la guerre

MERCREDI 19 DECEMBRE 1917 - SAINT AVIT - 1235e jour de la guerre

JEUDI 20 DECEMBRE 1917 - SAINT EUGENE - 1236e jour de la guerre

VENDREDI 21 DECEMBRE 1917 - SAINT THOMAS - 1237e jour de la guerre

SAMEDI 22 DECEMBRE 1917 - HIVER - SAINT FLAVIEN - 1238e jour de la guerre

DIMANCHE 23 DECEMBRE 1917 - SAINTE VICTOIRE - 1239e jour de la guerre

Revue de presse

-       L'armistice russe est officiellement signé

-       Les poursuites contre M. Caillaux

-       Les résultats du troisième emprunt

-       A Notre-Dame, le "Te Deum" pour la prise de Jérusalem

-       La bataille entre Brenta et Piave

-       Le "Châteaurenault" vieux croiseur torpillé par un sous-marin qui a été détruit

-       Après l'armistice germano-russe, les négociations pour la paix sont imminentes

-       Raid d'avions sur l'Angleterre - Des bombes sur Londres

-       Le rationnement du pain - Les confiseurs et les pâtissiers n’auront plus de sucre

-       Les pourparlers de Brest-Litovsk

 

Morceaux choisis de la correspondance

   

9 décembre 1917 - 17 décembre 1917 - Permission de Georges Cuny à Docelles

 

 

Nous aurons de nouveau des soldats demain, on aura juste eu le temps d’approprier les hangars et les chambres. On met des numéros devant les maisons, car nous aurons plus tard des Américains, nous aimerions bien mieux les Français.

18 décembre - ELLE.- J’ai bien pensé à toi toute la journée d’hier, te suivant à toutes les étapes de ton voyage et regrettant de n’être pas avec toi pour cette dernière journée. Noëlle aussi se représentait toutes les péripéties du voyage à Nancy, à 9h 1/2 en descendant de classe « où serions-nous en ce moment », puis pendant la leçon de piano « nous serions à Blainville, à Jarville », etc. Son chagrin a été vite refoulé et elle a été très raisonnable, mais elle avait le cœur bien gros. A midi, elle m’a dit : « Dieu ne m’a pas exaucée, j’avais pourtant dit un chapelet hier soir dans mon lit pour qu’il n’arrive pas d’empêchement avant notre départ, et voilà qu’il vous a juste fatiguée ». Je lui ai fait comprendre que c’est un sacrifice que Dieu nous a demandé.

 

André et elle ont été très sages toute la journée. Ils ont commencé par ne pas faire de fautes dans leur dictée. André est arrivé, triomphant, me la montrer dans ma chambre en disant : « Quel dommage que Papa soit parti, il serait si content », il a fait son thème latin entre 11 heures et midi après son piano. L’après-midi en rentrant à 3 heures, ses devoirs finis, il a eu la joie de trouver la papeterie que tante Marie Paul lui envoyait. Les deux autres travaillaient au fumoir avec moi et nous le voyions revenir tranquillement s’arrêtant pour regarder passer un cheval, Robert disait : « S’il savait quel plaisir il trouvera en rentrant, il se dépêcherait plus ». Cela a été une joie de déballer, d’inventorier le contenu, de soupeser et d’admirer chaque objet. « Je le montrerai à Mlle à 4 heures, c’est trop joli. En fait non, il reste toujours des gamins en retenue et je ne veux pas qu’ils voient que j’ai reçu une si belle chose, cela leur ferait de la peine ».

 

Il est revenu vers six heures quand l’école a été vidée de tous les punis pour chercher sa papeterie et la montrer à ces Demoiselles. Le soir après souper, pendant le coucher des deux petits, il s’est installé par terre sur un petit tabouret, sa boîte ouverte près de lui, la regardant avec amour. Ce matin il a encore 0 faute dans sa dictée, très content. Quant à Maître Robert, dès le départ de son papa il a recommencé à faire le méchant colère.

 

Il paraît que nous aurons de nouveau des soldats demain, on aura juste eu le temps d’approprier les hangars et les chambres. On met des numéros devant les maisons, car nous aurons plus tard des Américains, nous aimerions bien mieux les Français.

 

Mon Geogi, je pense à toi et je t’aime de tout mon cœur. Ta Mi.

 

Je n’ai pas besoin de te dire combien ce petit séjour auprès de toi ma chérie m’a fait du bien. Quel dommage qu’on ne puisse pas recommencer souvent et qu’il faille attendre maintenant de longs mois.

18 décembre - LUI.- Je n’ai pas besoin de te dire combien tout le monde à Nancy a regretté que tu ne sois pas venue. Tante Caroline était à la gare pour nous conduire chez les Vautrin qui avaient désiré nous avoir à midi. La petite Colette se réjouissait paraît-il de voir notre petite Noëlle dont elle avait tant entendu parler par ses cousins Boucher. Bref lorsqu’on m’a vu arriver seul, ç’a été une profonde désillusion.

 

J’ai été voir Mr Adrien Didion, que connaissent tous nos oncles, dont le fils avait été tué sur l’Aisne tout près de moi. Ce jeune sous-lieutenant était dans mon régiment et j’avais fait sa connaissance pendant la reconnaissance que nous avions faite à Moulins avant le 16 avril. Le pauvre père était bien désolé.

 

J’ai vu ensuite l’Abbé Hamant, qui m’a dit t’avoir écrit dernièrement pour te communiquer un thème latin qui avait été donné en composition aux élèves de sixième.

 

L’oncle Vautrin avait mis son auto à ma disposition pour me reconduire le soir à Champigneulles. J’ai trouvé ma voiture à la gare de Toul et suis arrivé ici vers onze heures, mon train ayant du retard.

 

Nous sommes toujours au repos et attendons les événements. On prévoit d’ores et déjà notre déplacement dans trois directions différentes suivant le point d’attaque que choisiront les Allemands. Si nous sommes encore ici le 1er janvier, je tâcherai de venir passer la journée à Docelles. Je n’ai pas besoin de te dire combien ce petit séjour auprès de toi ma chérie m’a fait du bien. Quel dommage qu’on ne puisse pas recommencer souvent et qu’il faille attendre maintenant de longs mois.

 

Nos voitures ne sont pas encore réparées. Il faut donc espérer que Messieurs les boches ne nous envahiront pas à la fin de cette semaine car nous n’aurions comme unique moyen de fuite que nos jambes.

19 décembre - ELLE.- Nous sommes allés hier à Epinal, nous avions emmené Faron pour qu’il conduise Maman dans ses différentes courses. Tout s’est bien passé. Je me suis aperçue à l’arrivée à Epinal que la roue droite avant de ma voiture était toute mâchurée de graisse noire, et en roulant faisait entendre un bruit bizarre. Maman a rencontré le brigadier automobiliste qui nous a souvent fait des réparations pendant ses heures libres, il lui a dit que c’était le roulement à billes qui était cassé, que ce serait imprudent de repartir ainsi, qu’il fallait lui laisser la voiture. Il a dû chercher dans Epinal un roulement à billes, s’il en a trouvé ce ne sera l’affaire que d’un jour ou deux, autrement il faudra écrire à Paris et nous en serons privées plus longtemps. Cela vient certainement du choc occasionné par la chute de nos petits chauffeurs imbéciles.

 

Le mécanicien ne viendra arranger la grosse que dimanche, il est pris tous les jours jusque là. Il faut donc espérer que Messieurs les boches ne nous envahiront pas à la fin de cette semaine car nous n’aurions comme unique moyen de fuite que nos jambes.

 

Nous pensions revenir d’Epinal hier par le train mixte qui part à 4 heures ½ et arrive ici à 6. Mais l’auto de Gérardmer est arrivée à Epinal au moment où nous allions monter à la gare, c’était la grande voiture fermée et nous avons demandé au chauffeur de nous prendre après avoir cherché l’oncle Henry à la gare. L’express avait du retard, plus le temps que l’oncle a mis à prendre le thé chez les Tantes, cela ne nous a fait rentrer ici qu’après 7 heures, mais c’était moins fatigant que de faire les deux courses de gare et de faire le voyage dans des wagons de 3ème non chauffés. C’est donc une chance que je m’en sois aperçue à Epinal et que nous n’ayons pas eu d’accident.

 

L’oncle Henry va repartir à Paris pour la Hte Cour, pour juger Malvy qu’il trouve très imprudent dans ses relations et dans les laissez-passer qu’il octroyait à des gens qui eussent dû lui paraître suspects, mais il ne le croit pas traître.

L’oncle Henry reste peu de temps dans les Vosges, il va repartir à Paris pour la Hte Cour, pour juger Malvy qu’il trouve très imprudent dans ses relations et dans les laissez-passer qu’il octroyait à des gens qui eussent dû lui paraître suspects, mais il ne le croit pas traître. Quand à Caillaux, il a absolument ton opinion. Il regrette que l’acte d’accusation du général Dubail soit si faiblard et espère que Clemenceau ne s’est pas lancé dans cette aventure sans preuves mieux établies. Car ce n’est pas cet ensemble de suppositions, de lettres qui parlent d’une affaire X, de connaissances évidemment suspectes, qui suffiront à le mener au poteau et s’il en est ainsi, ce sera une campagne qui fera fiasco et fera au contraire de Caillaux « le symbole de la paix ». L’oncle Henry a donc tes idées à ce sujet.

 

Il nous a annoncé les nouvelles espérances de Lucette Boucher, ce sera son cinquième, record déjà bon pour la famille, cela compense la perte de François et le foyer sans enfants de Jean.

 

Je serai contente d’avoir de tes nouvelles, mon chéri, après ces bons jours passés avec toi, le vide me semble bien grand. J’ai repris note de toutes les valeurs de Georges et de Maman et coupé tous les coupons du semestre prochain car nous nous décidons à les envoyer dans le centre. Nous garderons sur nous cette petite note et les coupons à toucher prochainement et serons débarrassés du paquet encombrant. Nous attendons une lettre de Paul L.J. qui nous dira s’il y a une banque à Angoulême, autrement nous les mettrons à Nantes ou Angers à la Banque N. de C.

 

Tendresses. Ta Mi.

 

Maman recache son vin et ses liqueurs, et elle déplore l’abondance des provisions qu’elle a à l’usine comme à la maison. Jusqu’alors elle se félicitait de sa prévoyance, grâce à laquelle nous n’avions jamais manqué de rien, ni comme appétit, ni pour les machines. Elle tremble à l’idée de laisser toutes ses marchandises et ses bonnes choses aux boches.

20 décembre - ELLE.- Les troupes se succèdent chaque jour à la maison, sans séjourner, c’est la division relevée près de St Dié qui part vers Delle. Maman recache son vin et ses liqueurs, et elle déplore l’abondance des provisions qu’elle a à l’usine comme à la maison. Jusqu’alors elle se félicitait de sa prévoyance, grâce à laquelle nous n’avions jamais manqué de rien, ni comme appétit, ni pour les machines. L’oncle Henry a été obligé d’arrêter une de ses machines pour faire durer sa provision de houille plus longtemps, et il manque de sulfate d’alumine, mais la pauvre Maman tremble à l’idée de laisser toutes ses marchandises et ses bonnes choses aux boches.

 

André a eu de très bonnes notes chez Mr Melchior comme leçons et devoirs grâce à son papa qui lui avait si bien fait réciter.

 

Mr Robert est repris de ses rages depuis ton départ, on a vu de suite la différence. Il était sage pendant que tu étais là et nous avons vu un changement radical dès que tu as été parti. Aujourd’hui je l’avais envoyé se promener avec Mlle Renard, il a trouvé moyen de se sauver et de la laisser seule pour courir au milieu des soldats. Aussi quand il est rentré, je l’ai mis au lit comme punition.

 

Thérèse est partie à Raon hier pour une huitaine de jours, elle s’en réjouissait, cela se comprend. Maurice est très ennuyé car son colonel qu’il aimait beaucoup a été rappelé subitement à Paris. Maurice espère que ce n’est pas pour le limoger quoique ce rappel subit et inattendu l’inquiète. C’est dommage pour nous, car ce colonel était très gentil pour Maurice.

 

T’ai-je dit que l’Abbé Hamant viendra passer ses vacances de Noël à la maison, il arrivera ici le 25 au soir par le dernier train. Cela nous fera plaisir.

 

Donne-moi bien vite de tes nouvelles, mon chéri, je t’embrasse avec toute ma tendresse. Ta Mi.

 

21 décembre - ELLE.- Nous avons été hier soir, Maman et moi, passer la soirée chez Marie Krantz. Marie, logeant un colonel, l’avait félicité de sa musique, qui avait joué devant chez elle un très joli morceau après avoir fait le salut au drapeau. Le colonel lui a dit qu’il avait de très bons musiciens en effet et que si la musique lui plaisait il lui amènerait le soir quelques bons exécutants. Marie est venue m’en prévenir et nous y sommes allées. Il y avait là un très bon violoniste, un jeune soldat qui chantait très gentiment, le chef de musique qui accompagnait ces deux messieurs en changeant de ton selon leur désir, le docteur que nous logions, qui était très gai, il n’avait aucune voix mais chantait quelques petits couplets de sa composition qu’il avait faits pour une revue. Il y avait un chant relatant tous les exploits du régiment aux Eparges, Verdun, Bouchavesnes, l’Aisne et enfin la Fontenelle. Un autre où il chinait le chef de musique très gaiement. Marie Krantz ayant très peu de musique, Maman est venue rechercher nos partitions et on a chanté quelques airs de Manon. Comme ces Messieurs avaient fait une longue étape le matin et devaient recommencer aujourd’hui, on s’est séparé à 10 heures et nous avons ramené à la maison le jeune soldat, qui semblait bien élevé pour qu’il ait un lit, car nous trouvions cruel de le laisser repartir dans un grenier froid, il paraissait très jeune, mince et délicat.

 

Nous avons reçu une lettre de Paul L.J. qui nous dit que d’après des renseignements de source sûre nous devrions engager Thérèse, moins transportable que nous, à partir de suite à Angoulême pour y attendre les événements et leur laisser le temps de s’aplanir ou se tasser. Comme Thérèse est à Raon, nous ne pouvons lui faire la commission, d’ailleurs elle n’y croirait pas et je crois qu’elle attendra encore.

 

Je tâcherai d’aller lundi à Cornimont pour faire quelques emballages. Il paraît que nous y avons de nouveau des officiers à loger.

 

21 décembre - LUI.- Comme je te l’ai dit dans ma dernière lettre, on a beaucoup regretté que tu ne m’aies pas accompagné à Nancy. Les pauvres Garnier sont toujours bien en peine pour leur fils Georges, qu’ils voudraient voir marié et qu’ils regrettent de voir sans situation. A ce sujet j’ai fait remarquer à Tante qu’il serait impossible après la guerre de construire une nouvelle affaire, question de main-d’œuvre, de prix de revient des machines, etc. Elle en convient elle-même et m’a dit que Paul leur avait déjà dit la même chose. Mais enfin il paraît que Georges ne veut être qu’industriel. Comme je ne crois pas qu’il réussira, j’ai dit à Tante que ce n’était pas toujours si commode qu’on le pensait et que surtout après la guerre un patron qui voudrait rester avec ses ouvriers et s’occuper de son affaire aurait beaucoup de mal.

 

J’ai repris ma bonne petite vie à Bicqueley. Comme nous y restons un certain temps on s’est décidé à nous faire des conférences à Toul tous les deux jours dans l’après-midi. Cela nous change un peu et les conférences sont assez intéressantes.

 

J’ai oublié de te dire dans ma dernière lettre que la direction de votre voiture a beaucoup de jeu. J’avais dit à Faron qu’il tâche de voir avant de retourner à Docelles l’ouvrier qui répare toujours vos voitures. Il faut arranger cela le plus tôt possible car vous pourriez avoir des accidents. L’autre voiture est-elle en ordre et avez-vous reçu des nouvelles de P. Laroche-Joubert au sujet de ce que tu sais ?

 

Que dit-on de vos côtés et parle-t-on encore d’une attaque boche ?

23 décembre - LUI.- J’ai reçu ta bonne lettre du 18 et ai été content d’avoir de bonnes nouvelles de tous. Tu diras à Dédé que je suis très, très content qu’il n’ait pas eu de fautes dans sa dictée deux jours de suite. Qu’il tâche de continuer et de toujours bien travailler, c’est ce qui peut faire le plus de plaisir à son papa.

 

Voilà de nouveau qu’on parle de notre départ. On nous a presque prévenus officieusement. J’aurais cependant aimé qu’on attendît le Nouvel An afin de me permettre d’aller encore à Docelles vous revoir tous. Comme mes lettres mettent quatre jours pour aller à Docelles, je tâcherai d’être fixé complètement mercredi pour pouvoir te prévenir mais je ne crois pas que si nous devons partir prochainement on me laisse partir. En tout cas si je ne pouvais pas te renseigner exactement, ne t’inquiète pas si je n’étais pas à la gare d’Epinal le matin du Nouvel An.

 

Comme c’était dimanche aujourd’hui, j’ai été voir Bareille, qui est dans un hôpital aux environs de Toul. J’y suis allé à pied et suis rentré ici de même. Il faisait très froid mais ainsi je me suis réchauffé. Bareille va d’ailleurs mieux. Je l’ai engagé à demander une petite permission à sa sortie de l’hôpital pour aller embrasser sa mère, qui doit se trouver bien seule à Paris. Il doit aller en permission au début de février mais je crains que d’ici-là les permissions ne soient supprimées. Je suis en tout cas bien content que le tour de permission octobre janvier soit presque fini dans mon groupe. De cette façon, si nous retournons en secteur les hommes ne pourront pas se plaindre. Que dit-on de vos côtés et parle-t-on encore d’une attaque boche ? Ici nous ne savons rien que ce qu’il y a dans les journaux.

 

Je me réjouis de voir la papeterie d’André et je t’embrasse avec les enfants du meilleur de mon cœur. Ton Geogi.

 

Gravures du Petit Journal - Supplément illustré - 23/12/1917 (N° 1409)

LPJ Illustre 1917-12-23 A.jpg

L’espoir de la France pour l’an qui vient

Oui, tel est l’espoir de la France : voir revenir en son giron, sous l’égide de nos héroïques poilus, les deux filles de son cœur, victimes naguère d’un rapt odieux. Telle est aussi l’espérance de l’Alsace et de la Lorraine elles-mêmes qui, après bientôt un demi-siècle de tortures, entrevoient aujourd’hui l’aurore de la liberté. Tel est enfin le vœu de l’humanité civilisée, vœu qui s’est traduit en tous pays alliés par tant de paroles émouvantes, par tant d’engagements solennels de poursuivre la lutte jusqu’à ce qu’il soit réalisé.

 

Le président Wilson, dans son message sur le droit des nationalités, a proclamé que la France devait recouvrer l’Alsace et la Lorraine. D’un bout du monde à l’autre bout, par la bouche des plus illustres hommes d’Etat, par la plume des écrivains les plus célèbres, cette même affirmation s’est retrouvée. L’Allemagne, qui a déchaîné cette guerre, a eu l’audace hypocrite de demander aux Alliés quel est leur but. Eh bien, le voici, leur but unanime : Rendre à la France les provinces françaises que l’Allemagne lui a volées naguère.

 

Et cette volonté, exprimée partout et par tous, justifie l’espoir profond de la France, la confiance de l’Alsace et de la Lorraine, et met singulièrement en valeur la phrase que prononça récemment M. Ribot du haut de la tribune française, et que nous reproduisons ici, comme une éloquente épigraphe, transcrite et signée de la main de son auteur :

     

1917-12-23 Image1.jpg

 

 

                       

 

LPJ Illustre 1917-12-23 B.jpg

Nos soldats en Alsace reconquise (photos)

Fillettes alsaciennes attendant les soldats français à Masevaux

La petite marraine alsacienne dans les bras de son filleul

Le drapeau surmonté d'une aigle impériale, offert par Napoléon III aux pompiers de Masevaux qui, pendant les 44 ans de l'occupation, l'ont jalousement soustrait aux yeux des Allemands

Chasseurs alpins traversant un village des Vosges

Dannemarie. Défilé des troupes après remise de décorations

Dans les Vosges. Alpins se rendant sur la ligne de feu

Ambulance sur traîneau dans les Vosges

A Dannemarie. Types d'Alsaciennes et soldats français

Un convoi d'approvisionnements sur traîneau dans les Vosges

Artilleurs alpins dans les Vosges

 

 

LPJ Illustre 1917-12-23 C.jpg

Les beaux paysages d’Alsace-Lorraine (photos)

Peyris

Vue panoramique de Metzeral

Les bords du lac Noir

Sortie du tunnel de Bussang

Le lac Noir près du Lingekopf

Le village de Kirchberg avec, au fond, le Ballon d'Alsace

Thann. Le vieux moulin et la cathédrale

Masevaux. Sur le clocher flotte le drapeau français

La vallée de Thann

La vallée de Thann

 

 

Thèmes qui pourraient être développés

  • Russie - L'armistice russe est officiellement signé - Après l'armistice germano-russe, les négociations pour la paix sont imminentes - Les pourparlers de Brest-Litovsk
  • Religion - A Notre-Dame, le "Te Deum" pour la prise de Jérusalem
  • Le rationnement du pain - Les confiseurs et les pâtissiers n’auront plus de sucre
  • Evacué - Projet de fuite des Vosges devant l'avancée des Allemands
  • La police d'assurance aux combattants
  • Les Alsaciens-Lorrains, soldats de la France (LPJ Sup)
  • Nos soldats en Alsace reconquise (Photos dans LPJ Sup)
  • Les beaux paysages d'Alsace-Lorraine (Photos dans LPJ Sup)


15/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 324 autres membres