14-18Hebdo

14-18Hebdo

Henri Fauconnier - Lettres à Madeleine - 9/ 1917

 

Août 1914, Henri Fauconnier, 35 ans, est en Malaisie où, depuis 1905, il s'est lancé dans cette grande aventure qu'est la fondation d'une plantation de caoutchouc. Un pays enchanteur, une entreprise florissante, une famille chaleureuse - et une jeune fiancée, Madeleine. Pas question cependant d'éluder son devoir de soldat. Henri Fauconnier sera démobilisé en 1919. Et pendant ces cinq années, il écrit - le plus souvent à Mady. Après la guerre, il regagne la plantation malaise. Mais c'est en Tunisie, où il s'est installé en 1925, qu'il écrit « Malaisie », prix Goncourt 1930.

Bruno Monsaingeon : choix de lettres - 22/02/2015

 

Image 1 Fiances Henri Fauconnier 1914 et Madeleine Meslier.jpg

Henri Fauconnier en 1914 et Madeleine Meslier

(archives personnelles de Roland Fauconnier - photos communiquées par Bernard Godineau)

 

 

Image 2 Maries Henri et Madeleine octobre 1915  img015 CADRE.jpg

Henri et Madeleine Fauconnier - Octobre 1915

(archives personnelles de Roland Fauconnier - photo communiquée par Bernard Godineau)

 

 

Le mariage eut lieu à Touvérac, près de Barbezieux, le 15 mars. Ils s'embarquèrent le 17 à Marseille sur l'Australien pour une permission chez lui à Rantau de vingt et un jours. Hallet obtint ensuite son affectation sur place jusqu'au moment où la colonie de l'Indochine le réclama pour le placer auprès d'Auguste Chevalier (en vue de développer les productions de sucre et de ricin).

 

Quand Henri F. fut trouvé trop jeune pour servir ainsi en Indochine, on le rappela en France, alors que le docteur interdisait à Madeleine, enceinte et malade, de reprendre le bateau avant l'accouchement de leur enfant.

 

Hôtel du Périgord, Paris, Veillée de Noël, 1917

Mady, qui aurait cru que je reviendrais avec Mye à l'hôtel du Périgord un an après la scène à grand fracas, et que tu serais de l'autre côté du monde ? Il me semble tout le temps que tu vas surgir à côté de Mye, car tout ici est resté plein de toi. Je crois que si tu n'avais pas été si méchante je ne serais pas arrivé à sentir aussi profondément à cette époque combien tu es bonne et adorable, et combien je t'aimais déjà. Tu m'as fait éprouver tous les symptômes les plus violents de l'amour, le dépit, le désespoir, la rage. Toi seule étais capable de me jeter dans des sentiments aussi singuliers, aussi étrangers à ma nature, et j'ai cru que j'allais te haïr pour cela. C'est ce que j'aurais fait si je t'avais moins aimée. Mais dès que j'ai cessé d'avoir envie de te tuer, j'ai compris que je t'aimerais toute ma vie quoi que tu fasses, et je n'ai plus eu peur que pour toi, peur que tu ne veuilles pas y croire. Comme tout cela est loin, après si peu de temps ! La bonne Mme Macmichon de maintenant m'avait déjà à moitié fait oublier cette terrible « douce Madeleine » de l'Oncle James. Voilà que je la retrouve à Paris. Avec plaisir. Mais c'est l'autre que je voudrais aller revoir, et je me fais hideusement intrigant pour y parvenir. Je cours les ministères, je suis aimable, bavard. Je me dégoûte moi-même.

A suivre…



06/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 284 autres membres