14-18Hebdo

14-18Hebdo

Carnets de guerre (Anna Vautrin) – N° 90 – 8 au 14 janvier 1917

Document transmis par Renaud Seynave, son arrière-petit-fils - 03/01/2017

 

1915 Ambulanciers anglais aux Roseaux Image2.jpg

Les ambulanciers anglais en 1915 au chalet des Roseaux à Gérardmer.

 

Lundi 8 janvier 1917

Il y a eu à Rome une conférence des alliés. Le prince de Bulgarie est fiancé à une princesse allemande.

 

11 000 Belges sont en esclavage dans un camp allemand. Le gouverneur allemand von Bissing à Bruxelles est mis à la retraite.

 

Nancy est calme mais quelle ville morte. Je ne rencontre aucune personne de connaissance. Il n’y a plus que la moitié de la population qui est restée.

 

Mardi 9 janvier 1917

On a parlé de nous réduire pour le gaz et l’électricité mais comme les lampes des rues ne sont pas éclairées et qu’il y a la moitié de la population de Nancy partie, nous en bénéficierons et je crois qu’on attendra encore. Nous n’avons pas encore de cartes de sucre comme dans d’autres villes.

 

Mercredi 10 janvier 1917

Un nouvel ultimatum a été envoyé en Grèce par les quatre puissances.

 

La crise alimentaire sévit très fort en Allemagne et à Vienne. Il n’y a plus de pommes de terre et ils sont rationnés pour tout.

 

Le général Suisse ne croit pas à la violation de son pays par les Allemands.

 

Les Allemands ont coulé jusqu’à aujourd’hui 1264 vaisseaux marchands de toutes nations par leurs sous-marins.

 

Rien de nouveau à Nancy.

 

Jeudi 11 janvier 1917

Il y a continuellement des changements de ministres en Russie. Cela commence à devenir inquiétant.

 

La Grèce a encore accepté l’ultimatum des alliés. Le roi Constantin s’abaisse autant qu’on veut car il sent que les Allemands ne peuvent pas venir en ce moment à son secours. Les souverains centraux, le Kaiser, le nouvel empereur d’Autriche et le Sultan vont faire leur entrée solennelle à Bucarest.

 

Rien de nouveau à Nancy.

 

Vendredi 12 janvier 1917

Beaucoup de passages de troupes. Gogo et Yvonne ont porté des grogs et du café aux militaires qui stationnaient sur le cours Léopold et qui avaient bien froid. Ils étaient bien contents.

 

Je pars pour Gérardmer aujourd’hui car les Anglais reviennent aux Roseaux.

 

Samedi 13 janvier 1917

Je trouve beaucoup de neige à Gérardmer. Il n’y a que les traineaux. Il neige à gros flocons. Je vois les Anglais au chalet. Ils s’apprêtent à y entrer demain, aussi je prépare tout ce qu’il faut.

 

Dimanche 14 janvier 1917

Voilà les Anglais qui ont reçu un contre-ordre. Ils sont arrivés hier de Dannemarie près de Belfort et on leur dit qu’ils doivent retourner demain à Arches pour trois semaines. Ils n’entrent donc pas au chalet et je suis venue pour rien.



06/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 274 autres membres