14-18Hebdo

14-18Hebdo

Carnets de guerre (Anna Vautrin) – N° 73 – 11 au 17 septembre 1916

Document transmis par Renaud Seynave, son arrière-petit-fils - 08/09/2016

 

1910 Vautrin Alexis et Anna Coll Michel Segond.jpg

Alexis et Anna Vautrin à Nancy en 1910

 

Anna Vautrin est toujours à Luchon, Alexis est rentré à Nancy.

 

Lundi 11 septembre 1916

Nancy est toujours calme. Je reçois une lettre de Suzanne qui est bien arrivée à Grez dans l’Oise pour retrouver Paul qui est au repos avec son régiment après avoir fait l’attaque du village de Cléry.

 

Pour la prise de Cléry, le bataillon est proposé pour une citation à l’ordre de l’armée. Le général de division est venu ce matin féliciter le commandant. Ils se sont couverts de gloire, surtout le 68e bataillon de chasseurs alpins dont Paul est capitaine.

 

Les combats de la Somme continuent, toujours aussi acharnés.

 

Où sont mes gendres et neveux ? 

Camille Biesse qui était dans un régiment d’infanterie pendant 5 mois vient d’être appelé au grand quartier général de Joffre. Le voilà à l’abri jusqu’à la fin de la guerre.

(Note de Renaud Seynave : Camille Biesse a épousé Cécile Perrin, fille d’Alphonse Perrin et de Mathilde née Perrin sœur d’Anna Vautrin. Officier de carrière, il est en 1922, à sa mort, général, chef d’état-major du commandement de l’armée d’occupation à Mayence en Allemagne.)

 

Victor Perrin est artilleur près de Paris dans la défense des zeppelins et avions.

(Victor Perrin est le fils d’Alphonse Perrin et de Mathilde née Perrin sœur d’Anna Vautrin).

 

Alfred Grandjean est toujours prisonnier des Allemands à Briey. Il ne peut pas beaucoup se ravitailler, parait-il.

(Alfred Grandjean est le mari de Marie-Louise Perrin, fille d’Alphonse Perrin et de Mathilde née Perrin sœur d’Anna Vautrin).

 

Jean Boucher est près de Sfax pour garder les prisonniers allemands qui sont en Tunisie.

(Jean Boucher, frère de Paul, est le mari de Marguerite Perrin fille d’Alphonse Perrin et de Mathilde née Perrin sœur d’Anna Vautrin).

 

Henri Cuny est près de Sfax aussi.

(Henri Cuny est le fils d’Henri Cuny et de Clémentine née Perrin sœur d’Anna Vautrin).

 

Paul Cuny est à Paris toujours mobilisé mais sans porter d’uniforme. Il peut aller et venir dans ses usines.

(Paul Cuny est le fils d’Henri Cuny et de Clémentine née Perrin sœur d’Anna Vautrin).

 

Adrien Molard est dans l’intendance à Paris.

(Adrien Molard est le mari de Marie Cuny, fille d’Henri Cuny et de Clémentine née Perrin sœur d’Anna Vautrin).

 

Georges Cuny depuis le début de la guerre est près de Soissons dans l’artillerie. Il a une très belle conduite au front et il est au feu depuis le début de la guerre. Il a été blessé très grièvement au commencement de la guerre d’un éclat d’obus.

(Georges Cuny est le fils d’Henri Cuny et de Clémentine née Perrin sœur d’Anna Vautrin).

 

Maurice Boucher, capitaine, est maintenant près de Verdun dans un état-major de brigade. Il a été blessé dernièrement d’un éclat d’obus qui lui a effleuré la tête. Heureusement, son casque l’a bien protégé.

(Maurice Boucher est le fils de Louis Boucher et de Célina née Perrin sœur d’Anna Vautrin).

 

Paul Laroche-Joubert a eu de la chance. Depuis le commencement de la guerre, il est à Angoulême chez lui pour surveiller ses usines qui fabrique de la poudre pour l’état. Il a été quelques mois à Royan pour la garde du fort.

(Paul Laroche-Joubert est le mari de Maguy Boucher fille de Louis Boucher et de Célina née Perrin sœur d’Anna Vautrin).

 

Georges Boucher est toujours prisonnier dans le Hanovre depuis octobre 1914, bientôt deux ans ! Il a été pendant deux mois dans un camp de représailles.

(Georges Boucher est le fils de Louis Boucher et de Célina née Perrin sœur d’Anna Vautrin).

 

Paul Boucher est dans la Somme sur le front depuis le début de la guerre. Au mois d’août 14, il est resté à la Schlucht puis en Alsace où il a fait la prise de Metzeral, l’Hartmannswillerkopf. Il est resté en Alsace depuis septembre 1914 jusqu’en juillet 1916. Il était sur les hauteurs de l’Alsace près du ballon de Guebwiller. Maintenant, il est capitaine au 68e bataillon de chasseurs alpins.

(Paul Boucher est le mari de Suzanne, fille d’Anna Vautrin).

 

Notre pauvre Edouard Michaut n’est plus. Il a été tué à Douaumont ce 26 février 1916, date mémorable qui a fait reculer les Allemands. Il avait participé à toutes les batailles du Grand Couronné de Nancy, puis l’Artois, la Champagne en septembre 1915. Ensuite, il a fait partie du 20e corps d’armée appelé à Verdun le 25 février au moment où les Allemands allaient arriver. Edouard a été frappé le 26 février d’un gros éclat d’obus près du fort de Douaumont. Il a été trainé par son cheval car on avait ordonné la retraite et c’est lorsqu’il était à cheval et qu’il faisait reculer sa batterie qu’il a été frappé. La bataille faisait rage, aussi il est resté sur le champ de bataille une demi-heure. On ne pouvait pas le relever. Le sous-lieutenant de la batterie a pris le commandement. Les brancardiers l’ont relevé et emmené au poste d’ambulance le plus voisin puis le lendemain à Bar-le-Duc. On l’a arrêté à l’ambulance d’évacuation de la gare de Bar-le-Duc et voyant qu’il était trop blessé, on l’a emmené à l’ambulance d’un couvent. C’est là qu’il est mort le lendemain après avoir revu mon mari, son épouse Madeleine et ses parents.

Quelle triste chose ! Ces voyages en auto du front aux ambulances l’avaient beaucoup fait souffrir. Il est enterré à Bar-le-Duc en attendant la fin de la guerre qu’on le ramène à Nancy.

(Edouard Michaut était le mari de Madeleine, fille d’Anna Vautrin).

 

Mardi 12 septembre 1916

Rien de nouveau à Nancy. Suzanne est toujours avec son mari à Grez dans l’Oise. Elle avait reçu de lui une dépêche après la prise de Cléry du 6 septembre disant « Envoyez colis à Grez Oise ». Il avait été convenu que lorsqu’il serait en repos et si Suzanne pouvait venir le voir, il lui dirait d’envoyer le colis car il ne fallait pas qu’on sache qu’elle soit là !

 

Suzanne est donc partie le soir même, elle a voyagé toute la nuit pour être le lendemain à Grez près de Beauvais.

 

Nous pensons encore rester 8 jours ici, on ne se croirait pas en guerre. Les hôtels commencent à se vider.

 

On ne peut pas avoir de monnaie, c’est très rare quand on a un sou en cuivre. Quant aux pièces de 10 et 20 sous, elles sont introuvables. La chambre de commerce de Toulouse a donné à toutes les communes des petits cartons de pièces de 10 et 5 centimes. On ne se sert que de cela ici. On dit que ce sont les Espagnols qui ramassent toute la monnaie pour l’emporter dans leur pays. Dans le midi, la monnaie est introuvable aussi.

 

Un général russe vient de s’évader d’un camp autrichien et il est arrivé à Bucarest en Roumanie après avoir traversé la Hongrie marchant la nuit. Il a mis un mois pour arriver à la frontière roumaine. Les Russes sont près de Lemberg. La population évacue la ville.

 

Mercredi 13 septembre 1916

Suzanne nous écrit de l’Oise où elle est avec Paul.

 

Les Russes viennent de prendre le village de Ginchy près de Péronne. Les Roumains avancent en Transylvanie mais les Bulgares viennent de prendre la seconde ville roumaine Silistrie sur le Danube.

 

Jeudi 14 septembre 1916

Nous recevons aujourd’hui de Nancy une lettre de mon mari disant qu’il est tombé deux bombes à Malzéville. Il y a eu 4 morts et 9 blessés Un coiffeur qui était en train de raser un client a été tué. Les blessés ont été emmenés à l’hôpital et Alexis pense qu’un de ces blessés ne survivra pas.

 

A Pompey, un taube a lancé aussi des bombes. Mademoiselle Bouteiller, la fille de l’ingénieur, a été tuée, une jeune fille de 20 ans.

 

Vendredi 15 septembre 1916

La bataille continue toujours près de Verdun et près de Péronne. Le général Sarrail est toujours à Salonique.

 

Le roi Constantin de Grèce est toujours neutre. Il y a encore une émeute des Grecs à Athènes contre le consulat de France.

 

Le général français a demandé une réparation et a envoyé des marins français pour garder la légation. On ne sait de quel côté se tournera la Grèce, du côté des alliés ou du côté des Allemands. En tout cas, nous la tenons en respect avec nos troupes françaises et anglaises qui sont à Salonique.

 

On défend maintenant d’envoyer aux prisonniers du sucre, du pain et de la graisse. Le pain n’est autorisé que pour les prisonniers russes.

 

Dans un petit village près de Tarbes, à 3 heures de Luchon, on a signalé de nombreux ours dans les montagnes. Chaque nuit, il y a plusieurs moutons qui disparaissent. Des battues sont organisées. C’est à cette époque que les ours des Pyrénées sortent de leurs cavernes, on en voit tous les ans parait-il dans la vallée de Lys à quelques kilomètres de Luchon. Des chasseurs sont partis dimanche de Luchon pour les chasser. On ne les chasse que la nuit. Les ours sortent la nuit pour prendre des moutons.

 

Samedi 16 septembre 1916

On nous écrit de Nancy qu’on a bombardé la ville mardi.

 

Suzanne est toujours avec Paul. Le régiment est au repos. On dit sur les journaux que le commandant du zeppelin qui est tombé près de Londres avait pris part au raid sur Nancy. Il a été carbonisé ainsi que les 12 hommes d’équipage.

 

Pendant la 1ère semaine de guerre de la Roumanie, du 1er au 8 septembre, l’armée roumaine s’est emparée de cent villes et villages d’Autriche-Hongrie.

 

On a fait aujourd’hui des essais de sirènes à Nancy pour voir si elles fonctionnent bien en cas de bombardement.

 

Dans la Somme, nos soldats prennent le village de Bouchavesnes et nos aviateurs jettent des obus sur la gare de Montmédy et sur la voie ferrée de Pont-à-Mousson. On se bat toujours près de Salonique entre Bulgares, Français et Anglais.

 

Un avion allié jette des proclamations sur Bruxelles disant aux habitants « Courage, à bientôt ».

 

Les Russes se battent dans les Carpates contre les Autrichiens.

 

Dimanche 17 septembre 1916

La situation en Grèce est obscure. On ne sait de quel côté le roi de Grèce Constantin veut se tourner. Il a peur des alliés, et de l’autre côté il est appelé par les Allemands. Le ministère grec Zaïnis vient de se dissoudre.



09/09/2016
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 271 autres membres