14-18Hebdo

14-18Hebdo

Carnets de guerre (Anna Vautrin) – N° 71 – 28 août au 3 septembre 1916

Document transmis par Renaud Seynave, son arrière-petit-fils - 24/08/2016

 

 

1910 Vautrin Alexis et Anna Coll Michel Segond.jpg

Alexis et Anna Vautrin à Nancy en 1910

 

Lundi 28 août 1916

Déclaration de guerre de la Roumanie à l’Autriche.

Enfin, voilà la Roumanie qui se décide à déclarer la guerre à l’Autriche et à se mettre à nos côtés. Tout le monde croit que cela va hâter la fin de la guerre.

 

Le Kaiser nomme le maréchal Hindenburg à la tête de toutes les armées de ses alliés, c'est-à-dire les Bulgares, les Russes et les Autrichiens. Ils doivent faire face à de nombreux alliés.

 

Nous avons maintenant l’Angleterre, le Monténégro, la Serbie, l’Italie, le Portugal, le Japon, la Russie et la Roumanie contre l’Allemagne, la Turquie, la Bulgarie et l’Autriche.

 

Les autres pays d’Europe restent neutres pour le moment. Que fera la Grèce ?

Le Roi de Grèce est le beau-frère de l’empereur d’Allemagne par sa femme. Elle pousse son mari le roi de Grèce à se mettre avec l’Allemagne.

 

Nous avons envoyé beaucoup de troupes à Salonique pour marcher contre la Grèce et la Bulgarie si elles veulent nous attaquer.

 

Mardi 29 août 1916

Rien à Nancy, toujours de bonnes nouvelles de Paul. Les Roumains ont déjà pris la première ville bulgare et ont franchi la frontière de Hongrie.

 

Je vais voir Mme André Luc qui est Roumaine de Bucarest pour la féliciter de l’entrée en guerre de la Roumanie. Elle me dit que les Autrichiens ont jeté des bombes sur Bucarest d’un zeppelin.

 

Mercredi 30 août 1916

Nancy est toujours calme. Paul est en réserve près de Péronne, prêt à l’attaque.

 

Jeudi 31 août 1916

Rien de nouveau

 

Vendredi 1er septembre

Déclaration de guerre de la Bulgarie à la Roumanie.

 

Les Russes font 289 officiers autrichiens prisonniers et 15 000 soldats allemands.

 

Le roi de Monténégro est allé voir son gendre, le roi d’Italie sur le front. Le Monténégro est occupé par les Bulgares et les Autrichiens.

 

Samedi 2 septembre 1916

Suzanne, Marguerite et Yvonne partent à 6h du matin en voiture pour le Vénasque et le pic de Sauvegarde. Elles vont à cheval de l’Hospice de France qui est à la frontière espagnole jusqu’à Vénasque, pic que l’on voit de Luchon. Vénasque et Sauvegarde sont espagnols. Elles rencontrent des bergers espagnols. Vue splendide sur les Pyrénées, le glacier de l’Aneto et la Maladeta.

 

Elles reviennent le soir à cheval enchantées de leur excursion.

 

Dimanche 3 septembre 1916

Le grand peintre Harpignies âgé de 97 ans vient de mourir.

 

Nancy est toujours calme.

 

Nous partons à huit heures du matin en auto faire un joli tour dans les Pyrénées. Nous passons par le col de Pereysourde, le col d’Aspin d’où nous avons une vue superbe sur les glaciers. Puis nous allons à Bagnères-de-Bigorre, Argelés où nous déjeunons.

 

Ensuite Lourdes et nous arrivons à Gavarnie à 4 heures. Nous allons à pied jusqu’au cirque, 9 km aller et retour. Nous passons sur un pont de neige pour aller à la grande cascade haute de 422 mètres. Le gave de Pau prend sa source ici.

 

C’est admirable et très imposant. Les rochers sont en gradins et les pics qui les entourent couverts de neige.

 

Nous descendons à l’hôtel Vignemale seul convenable à Gavarnie.

 

On chasse beaucoup l’isard (comme un chamois). Il y a encore quelques ours ainsi qu’à Luchon près du Vénasque qu’on chasse au mois de novembre.

 

De l’hôtel de Vignemale, on a la vue du cirque. Il y a un petit village de trois cents habitants. Ce sont tous des bergers avec de nombreux troupeaux de moutons.



26/08/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 272 autres membres