14-18Hebdo

14-18Hebdo

Carnets de guerre (Anna Vautrin) – N° 63 –3 au 6 juillet 1916

Document transmis par Renaud Seynave, son arrière-petit-fils - 29/06/2016

 

1915 Alexis Vautrin avec Yvonne et Marguerite.jpgYvonne et Marguerite avec leur père Alexis Vautrin

 

Lundi 3 juillet 1916

Nous avons très bien dormi, puis nous visitons Luchon. Alexis commence son traitement qui consiste en des pulvérisations. Les eaux sont très sulfureuses mais le traitement est moins fatiguant qu’au Mt D’or. De l’église à l’établissement, il y a une grande allée bordée d’arbres. Plusieurs beaux hôtels et beaucoup de villas, la nôtre est une des plus belles (château Champsaurel). Nous avons vis-à-vis de nous une villa où est Jacques Normand, le poète, avec sa famille.

 

Luchon est un endroit très fréquenté. Monsieur Gailbaud de l’opéra a construit ici une villa. Il y a la famille Rothschild, le prince de Bourbon d’Espagne et un prince roumain.

 

Mardi 4 juillet 1916

Nous pensons beaucoup à notre Lorraine si éprouvée et nous lisons ici tous les journaux pour savoir ce qui se passe dans les endroits où l’on se bat. A Verdun, la bataille continue. Voilà bientôt six mois qu’elle est commencée et les Allemands ont gagné quelques kilomètres. On se bat maintenant près de Souville et toujours près de Malacourt de l’autre côté de la Meuse. Notre pauvre Gercourt est toujours occupé par les Allemands.

(Note de RS : Gercourt est un village dans la Meuse où la famille Vautrin vivait).

Les Russes commencent une offensive et les Italiens se battent toujours près du lac de Garde avec les Autrichiens.

 

Mercredi 5 juillet 1916

Très beau temps, nous faisons une jolie promenade en voiture dans la vallée d’Oueil où nous avons une très belle vue sur les glaciers. Gogo et Yvonne nous suivent à cheval.

 

Jeudi 6 juillet 1916

Nous recevons des nouvelles de Nancy par ma femme de chambre Mathilde qui est restée pour garder la maison. Il n’y a plus de bombardement depuis notre départ mais les taubes viennent tous les jours sur Nancy. De plus les appareils photographiques sont défendus dans la ville de Nancy. On a même une amende si on photographie dans la ville. Un photographe de Neuves-Maisons a eu une amende parce qu’il photographiait l’enterrement d’un soldat.

 

Vendredi 7 juillet 1916

Je visite les bains de Luchon, la salle de « buvage » de pulvérisations et de douches. Les enfants se baignent dans la piscine. Nous allons en funiculaire à Superbagnères qui est au dessus de Luchon. Nous jouissons d’un très beau panorama. On voit les Pyrénées couvertes de neige, la Maladeta et le Mont Hébron, monts neigeux d’Espagne.

 

On est entouré de pics neigeux, ce n’est qu’à une demi-heure d’ici. Les montagnes autour de Luchon sont très hautes. Il y a fréquemment des orages violents. Quand on entend le tonnerre, Colette dit « Canon et vilain boche ». Elle croit encore que nous sommes à Nancy.

 

Samedi 8 juillet 1916

Nous apprenons par les journaux que la grande offensive des alliés qu’on attendait depuis longtemps est commencée depuis le 4 juillet. Les Anglais ont fait des préparations d’artillerie énormes avant de commencer l’attaque dans la Somme près de Péronne.

 

On dit qu’ils ont envoyé aux Boches près de cinq millions d’obus par jour. Les Français ont aussi commencé l’attaque avec les Anglais dans la Somme.

 

Il y a beaucoup de nos troupes là-bas. Pierre Michaut est parti de Verdun pour la Somme.

 

Paul Boucher écrit à Suzanne qu’il est près de Beauvais, en réserve.

 

Dimanche 9 juillet 1916

Alexis continue son traitement tous les jours. Nous avons pris des ânes aujourd’hui pour les enfants, Colette, Jean et Annette. Ils étaient heureux.



01/07/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 280 autres membres