14-18Hebdo

14-18Hebdo

Carnets de guerre (Anna Vautrin) – N° 61 – 19 au 25 juin 1916

Document transmis par Renaud Seynave, son arrière-petit-fils - 15/06/2016

 

1916 Famille Vautrin Saulxures.jpgFamille Vautrin en 1916 : La dernière fois où la famille était réunie avant la mort d’Edouard Michaut.

De gauche à droite : une amie, Yvonne Vautrin, Edouard Michaut et Madeleine Michaut, Annette Boucher tenant par la main sa maman, Suzanne Boucher, Alexis Vautrin, Marguerite Vautrin, Paul Boucher

 

19 juin 1916

Marie-Edouard a 2 mois aujourd’hui. Rien de nouveau.

 

(Note de RS : Marie-Edouard (Madou) est née le 19 avril 1916 après la mort de son père Edouard Michaut au champ d’honneur le 29 février 1916).

 

20 juin 1916

Je sors en courses vers 10 heures du matin. Un taube vient, on sonne le tocsin. J’entre dans un magasin rue de Serre et je vois tomber devant moi sur le trottoir 2 shrapnels. Je les ramasse encore chauds. Ce sont nos avions qui donnent la chasse au taube avec nos canons de 75 qu’ils tirent de la hauteur autour de Nancy. Je reviens à la maison et je ramasse encore deux shrapnels cours Léopold. Je vais voir boulevard Charles V un obus de 75 qui vient de tomber dans un jardin et qui n’est pas éclaté. Beaucoup de shrapnels sont tombés dans les rues.

 

21 juin 1916

A 7 heures du soir, tocsin. Un taube passe au dessus de nous. Deux de nos aéroplanes le poursuivent. J’entends les mitrailleuses de nos avions et le canon tonne très bruyamment du fort d’Amance. J’entends les obus siffler au dessus de la maison. Il y a un combat entre les nôtres et le taube. A 8 heures, le tocsin sonne de nouveau, le taube revient, les canons tonnent, nous entendons 4 bombes que le taube laisse tomber. A 10 heures, on vient chercher mon mari de l’hôpital central. Le maire, deux généraux et le préfet de Nancy sont allés à l’hôpital avec Alexis pour voir les blessés.

 

On vient d’amener 14 blessés, il y a 5 tués par les bombes. Quatre bombes sont tombées dans la rue de Mulhouse. Une femme est tuée en traversant la rue et une petite fille de huit ans, un petit garçon de 10 ans qui se trouvait dans la rue ainsi que deux femmes. Un homme a la cuisse emportée, il meurt en arrivant à l’hôpital.

 

Mon mari reste à l’hôpital jusqu’à une heure du matin à opérer les blessés. Il a fait l’amputation d’une jambe et fait 3 trépanations à des femmes. Les blessés ont des quantités d’éclats d’obus. Un employé de la gare en revenant de son travail à 10 heures trouve sa maison criblée d’éclats d’obus. Sa femme, sa petite fille et son petit garçon sont à l’hôpital. La femme et son garçon meurent dans la nuit. La petite fille est très grièvement blessée. On espère la sauver. Son pauvre père est au désespoir.

 

Les portes des maisons sont percées de petits trous. Il y a une femme qui a été tuée dans un couloir où elle s’était réfugiée, une autre en remontant de sa cave.

 

22 juin 1916

A 8 heures, un autre taube veut venir. Il est canonné. Plusieurs blessés d’hier soir sont morts à l’hôpital. Toute la nuit, à 11 heures, à 2 heures et à 5 heures du matin, le canon a tonné très fort. On dit qu’un zeppelin a voulu venir.

 

23 juin 1916

On a enterré aujourd’hui les victimes des taubes. 9 morts. Cela est impressionnant.

 

24 juin 1916

Aujourd’hui, on enterre encore trois victimes des taubes. A 10 heures du soir, tocsin, canon. Nous entendons très bien de nos fenêtres une véritable pluie de shrapnels, on dirait de la grêle. Nous mettons les lits de Colette et de Marie-Edouard dans le corridor. Colette dort tranquillement, Marie-Edouard aussi. Pauvres petites, Colette a deux ans et Marie-Edouard a deux mois. Elles seront allées souvent dans la cave la nuit. Elles sont nées au bruit du canon.

Nous entendons des bombes que le taube jette sur Vandoeuvre. A 5 heures du matin, gros coups de canon. On met en fuite un autre taube qui jette une bombe sur Seichamps.

 

25 juin 1916

Journée calme, je vois chez Monsieur Béliéni des périscopes immenses qu’il fait pour l’armée. Ils ont 6 mètres de haut. On lui a commandé 3 000 et il en fait sept par jour !

 

On entend le canon très fort pendant la nuit.

A suivre…



17/06/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 272 autres membres