14-18Hebdo

14-18Hebdo

Carnets de guerre (Anna Vautrin) – N° 44 - 9 au 15 août 1915

 

Dans la salle d’aspiration plusieurs dames parlaient de la guerre et une dame annonce la victoire prochaine…

 


1913 Famille Vautrin NEW.jpgNancy en 1914. Yvonne Vautrin, Madeleine et Edouard Michaut, Suzanne et Paul Boucher, Marguerite Vautrin

et devant Alexis et Anna Vautrin et leur première petite fille Annette Boucher.

 

Document transmis par Renaud Seynave, son arrière-petit-fils - 15/07/2015

 

Lundi 9 août 1915

A la Banque de France, dans la semaine du 2 au 7 août, on a versé plus de cent millions de francs or. On se bat toujours au bois Le Prêtre, à l’Hilsenfirst au dessus de Metzeral et près d’Orbey. Sur le reste du front, c’est assez calme.

Mardi 10 août 1915

Rien de nouveau

Mercredi 11 août 1915

Nous prenons une auto pour faire le tour du Sancy. On passe par le col de Diane où l’on voit une petite maison avec une cloche qu’on sonne toutes les heures pendant l’hiver pour que les voyageurs égarés se dirigent vers la maison. Nous voyons le lac Chambon le plus grand de l’Auvergne, Murols, Besse avec visite de l’église romane possédant des bas-reliefs tout à fait primitifs et le Beffroi. C’est à Besse que se trouve le château de la Reine Margot qui avait été envoyée par Henri IV. Ensuite nous allons au lac Pavin situé dans un ancien cratère avec une source ferrugineuse à côté à 1230 mètres d’altitude. Puis à travers les montagnes couvertes encore d’un peu de neige on arrive à la Tour d’Auvergne, petit village perdu dans la montagne. On y voit des ruines du château de la Tour d’Auvergne et au dessus on aperçoit cinq villages et les départements comme la Creuse, Le Puy de Dôme et le Cantal.

On traverse de nombreux cratères où l’on voit encore les grandes ouvertures et la lave. On voit même dans un des cratères la lave qui est encore à l’état de scories. On croirait qu’elle vient d’être brûlée. On passe près d’une énorme roche, la roche Vendeix puis on revient par la Bourboule et le Mt Dore.

Aujourd’hui, 11 août, Colette a un an. Elle a eu sa première dent pour son année.

Jeudi 12 août1915

Aujourd’hui il y a eu un incident au Mt Dore qui a fait grand bruit. Dans la salle d’aspiration plusieurs dames parlaient de la guerre et une dame annonce la victoire prochaine en disant que le Kaiser venait de mourir. Aussitôt une dame se trouve mal et invective grossièrement tout le monde en criant : «Vive l’Allemagne ». Nous avons pris Varsovie. Dans quelques jours nous serons à St Pétersbourg et ensuite à Paris. Les personnes indignées voulurent lui répondre mais la dame boche donne des coups à droite et à gauche et se faufile à travers la foule. Une poursuite eut lieu et la foule courut jusqu’à l’hôtel où elle s’était réfugiée. Les gendarmes de la Bourboule furent appelés et la conduisirent à la mairie.

Toute la foule la suivit et cria « A bas les boches, Vive la France », mais l’Allemande à la porte de la mairie répondit « Vive l’Allemagne ». C’était trop, les femmes se précipitèrent avec des cannes mais les gendarmes les empêchèrent. La Boche fut mise en lieu sur avec sa fille âgée de 16 ans et elle fut transférée le soir même à Clermont et de là dans un camp de concentration.

Il parait qu’il y a eu deux Allemands qui sont restés ici tout l’hiver ! Aussitôt qu’ils ont appris que cette Allemande avait été arrêtée, ils ont fait leur paquets et se sont rendus à la gare pour partir mais la police les a arrêtés. Il y avait aussi deux Autrichiens qui faisaient de même. C’est incroyable qu’il se trouve encore des Allemands en ce moment en France. Il parait qu’elle s’était faite naturalisée !

Vendredi 13 août 1915

Les Allemands ont bombardé Raon-l’Etape, il y a 4 tués et 8 blessés. C’est sans doute de Senones qu’ils peuvent bombarder.

Aujourd’hui a eu lieu sur la place du Mt Dore une cérémonie bien émouvante, la remise de décorations à cinq militaires blessés. Le commandant alsacien fait un discours très senti. Il y a une médaille militaire et quatre croix de guerre. La foule applaudit quand le commandant épingle les décorations. Un soldat est amputé de la jambe, un autre amputé d’un bras, un lieutenant a perdu la parole. Après la cérémonie, la femme du lieutenant est allée avec son petit garçon embrasser son mari. C’était très émotionnant.

L’autre jour en faisant une promenade en auto, nous avons entendu le canon qui tonnait très fortement. C’étaient des essais qu’on faisait avec de gros canons sur la montagne du Puy de Dôme.

Samedi 14 août 1915

On nous écrit de Nancy que tout est très calme. On ne se bat guère aux environs. On se bat toujours en Alsace près de Munster et en Argonne. Les Allemands ont nommé un gouverneur à Varsovie qu’ils ont pris le 5 août. Rien de nouveau sinon que les Allemands ont bombardé Raon-l’Etape sans doute depuis Senones.

Dimanche 15 août 1915

Ce matin au Mont Dore, nous avons fait la procession de la Vierge dans les rues. Il y avait reposoir devant l’établissement et les gens du pays ainsi que les baigneurs suivaient. A Nancy, cela est défendu de faire les processions dans les rues. Je suis allée voir deux petits villages perdus dans la montagne. Il y avait sept ou huit maisons dans chaque village. On voit encore dans toutes les maisons ce que les gens de la montagne appellent les lits à wagons. Ce sont des espèces d’armoires avec des rideaux. Il n’y a qu’une chambre pour toute la maison, les lits dans le fond, l’âtre avec la crémaillère. Une femme berçait son enfant dans un petit berceau auvergnat. L’enfant était serré dans des langes et ficelé comme un saucisson. On ne voyait que sa petite tête. On berce tous les enfants pour les endormir. C’est un intérieur encore comme autrefois.

A suivre…



06/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 284 autres membres