14-18Hebdo

14-18Hebdo

156e semaine de guerre - Lundi 23 juillet au dimanche 29 juillet 1917

LUNDI 23 JUILLET 1917 - SAINT APOLLINAIRE - 1086e jour de la guerre

MARDI 24 JUILLET 1917 - SAINTE CHRISTINE - 1087e jour de la guerre

MERCREDI 25 JUILLET 1917 - SAINT JACQUES LE MAJEUR - 1088e jour de la guerre

JEUDI 26 JUILLET 1917 - SAINTE ANNE - 1089e jour de la guerre

VENDREDI 27 JUILLET 1917 - SAINTE NATHALIE - 1090e jour de la guerre

SAMEDI 28 JUILLET 1917 - SAINT VICTOR - 1091e jour de la guerre

DIMANCHE 29 JUILLET 1917 - SAINTE MARTHE - 1092e jour de la guerre

Revue de presse

-       Réquisitoire de M. Clemenceau contre M. Malvy

-       Lutte toujours ardente entre Hurtebise et Craonne

-       Le Siam déclare la guerre à l'Allemagne

-       La trahison de Lénine

-       Aux Etats-Unis 5 milliards de dollars pour la guerre - Levée d'une armée d'un million d'hommes

-       Aucun navire français n'a été coulé du 15 au 22 juillet

-       L'ennemi attaque furieusement sur le Chemin des Dames et au massif de Moronvilliers - Les pertes ont été extrêmes

-       En Chine le président du conseil se prononce en faveur d'une déclaration de guerre à l'Allemagne

-       Le nouveau ministère roumain

-       La retraite russe en Galicie

-       Une nouvelle alerte - Des avions boches ont encore tenté d'approcher de Paris - Ils n'ont pu y parvenir

-       La crise espagnole - Une journée historique à Barcelone

 

Morceaux choisis de la correspondance

Il s’agirait de faire pour le Service de guerre du chiffon blanchi très nécessaire.

24 juillet - Célina Boucher (Paris - Hôtel Palais d’Orsay) à Mimi Cuny, sa fille.- Je me repose dans la chambre de Paul qui a un rendez-vous en ce moment. Il s’agirait de faire pour le Service de guerre du chiffon blanchi très nécessaire. A priori cela me tente assez parce que Paul m’a dit que nous pourrions en faire pour nous en même temps et que cette pâte ne nous reviendrait qu’entre 100 et 125, donc bien au-dessous du cours de la cellulose. 2e que cette adjudication à l’usine serait très avantageuse encore même pendant 3 ou 4 années après la guerre. 3e que nous serions classés dans les usines de guerre, au premier rang, et obtiendrions ainsi charbon, cuivre, etc. Paul a parlé de la chose déjà au Ministère mais en ajoutant que notre usine étant dirigée par une femme, il serait sans doute nécessaire qu’il y vint pour se rendre compte des transformations à faire. On lui a ajouté qu’il pourrait même y venir chaque mois si cela est nécessaire. Je crois que nous pouvons étudier la combinaison en ces conditions. Ce qui me plairait aussi c’est que Paul pourrait venir et nous donner aussi bien des conseils sur les machines à mettre en état et peut-être sur l’installation des moteurs électriques. Nous sommes allés au ministère des Munitions. J’ai cru comprendre qu’oncle Henry semblait être aussi intéressé par cette affaire, peut-être ferait-il démobiliser André ou Paul. On m’a conseillé de retourner au Ministère, bureau des Charbons, pour me faire octroyer une 2e péniche. Ils prétendent que les Groupements vont fonctionner régulièrement. Paul est d’avis que seuls les Groupements de munitions fonctionneront comme le leur à Bordeaux qui va très bien.

 

 

Gravures du Petit Journal - Supplément illustré - 29/07/1917 (N° 1388)

LPJ Illustre 1917-07-29 A.jpg

Le général J.-B. Dumas qui commandait le 17e corps et les divisions marocaines à Moronvilliers

On sait de quelle importance sont les hauteurs du massif de Moronvilliers. Toutes les attaques qui se sont déroulées depuis trois mois sur cette partie du front, ont vulgarisé les noms de ces points stratégiques que la vaillance de nos soldats a successivement arrachés à l’ennemi. A maintes reprises, le communiqué a répété les noms du Cornillet, du Casque, du téton.

 

Le nom d’un chef valeureux restera attaché au souvenir de la première offensive française sur cette région de Moronvilliers, celui du général Jean-Baptiste Dumas, qui commandait le 17e corps et les divisions marocaines. Une superbe citation à l’ordre du jour consacrait dernièrement ce souvenir et attestait la part glorieuse prise dans cette affaire par le général Dumas, digne émule de son glorieux homonyme, qu’on appelait jadis, dans les armées républicaines, « l’Horatius Coclès du Tyrol ».

 

Nous sommes heureux de donner aujourd’hui à nos lecteurs le portrait du général J.-B. Dumas, le héros de Moronvilliers.

 

 

 

LPJ Illustre 1917-07-29 B.jpg

Comment on reconnaît la nationalité des avions

Il faudrait aujourd’hui l’œil exercé d’un professionnel pour distinguer, par la forme seule, la nationalité d’un avion qui traverse le ciel. Au début de la guerre, les monoplans allemands se distinguaient en général par leur silhouette d’oiseaux de proie, c’étaient les « tauben » de sinistre mémoire. Mais en Allemagne comme partout, le biplan a détrôné le monoplan, et, pour les profanes que nous sommes, tous les biplans se ressemblent.

 

Heureusement, chaque avion, de quelque nationalité qu’il soit, porte sur ses ailes le drapeau de son pays, c’est-à-dire que, le plus souvent, ce sont les couleurs mêmes du drapeau qui sont peintes, formant sur chaque aile une immense rosace tricolore. Tel est le cas pour la France, la Russie, l’Angleterre, la Belgique, l’Italie, le Portugal. L’avion japonais, porte l’étoile rouge sur fond blanc du drapeau nippon.

 

Quant aux ennemis, l’Allemagne et l’Autriche décorent leurs aéroplanes de la croix de Malte noire sur fond blanc. La Turquie peint sur les siens l’étoile et le croissant.

 

 

Les instantanés de la guerre (photos)

LPJ Illustre 1917-07-29 C.jpg

Le transport des troupes américaines en France sur l'ancien paquebot « Prince-Eitel-Friedrich »

Transport convoyé par un dirigeable

Les gamins de Paris fraternisent avec les "Teddies"

Mitrailleuse allemande (photo trouvée sur un prisonnier)

Général russe observant les mouvements de l'ennemi avec un double périscope

En Macédoine - Le cuisinier russe vient faire goûter la soupe au médecin-chef

Les deux brisquards

En Macédoine - Un convoi sur la "Bella-Voda"

Une scène de revue par nos poilus

Un village pris par les Russes, que les Allemands ont incendié

Les péniches casernes

En Grèce - Construction d'un pont

  

Thèmes qui pourraient être développés

  • Procès - Réquisitoire de M. Clemenceau contre M. Malvy
  • Le Siam déclare la guerre à l'Allemagne
  • Russie - La trahison de Lénine - Comment s'exerçait, grâce à l'argent allemand, la propagande des maximalistes en faveur de la paix séparée
  • Aux Etats-Unis 5 milliards de dollars pour la guerre - Levée d'une armée d'un million d'hommes
  • Chemin des Dames - L'ennemi attaque furieusement sur le Chemin des Dames et au massif de Moronvilliers - Les pertes ont été extrêmes
  • En Chine le président du conseil se prononce en faveur d'une déclaration de guerre à l'Allemagne
  • Roumanie - Le nouveau ministère roumain
  • Russie - La retraite russe en Galicie
  • Espagne - La crise espagnole - Une journée historique à Barcelone
  • Industrie - Faire du chiffon blanchi
  • Le général J.-B. Dumas qui commandait le 17ème corps et les divisions marocaines, 12 avril-23 mai 1917, à Moronvilliers (Portrait dans LPJ Sup)
  • Aviation - Comment on reconnaît la nationalité des avions (LPJ Sup)
  • Contre l'ivresse - Les remèdes et les lois (LPJ Sup)
  • Les instantanés de la guerre (Photos dans LPJ Sup)
  • Conseils pratiques - La vertu est toujours récompensée (LPJ Sup)


21/07/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 272 autres membres