14-18Hebdo

14-18Hebdo

142e semaine de guerre - Lundi 16 avril au dimanche 22 avril 1917

LUNDI 16 AVRIL 1917 - SAINT BENOIT-JOSEPH LABRE - 988e jour de la guerre

MARDI 17 AVRIL 1917 - SAINT ANICET - 989e jour de la guerre

MERCREDI 18 AVRIL 1917 - SAINT APOLLONIUS - 990e jour de la guerre

JEUDI 19 AVRIL 1917 - SAINT ELPHEGE - 991e jour de la guerre

VENDREDI 20 AVRIL 1917 - SAINT SULPICE - 992e jour de la guerre

SAMEDI 21 AVRIL 1917 - SAINT ANSELME - 993e jour de la guerre

DIMANCHE 22 AVRIL 1917 - BON PASTEUR - 994e jour de la guerre

Revue de presse

-       Les Anglais ont entamé Lens

-       Grande activité des artilleries devant Saint-Quentin et sur nos fronts au nord de l'Aisne et en Champagne

-       A Buenos-Ayres la foule attaque la légation et le consulat d'Allemagne

-       Notre offensive déclenchée - Entre Soissons & Reims nos troupes ont attaqué sur un front de 40 kilomètres - Partout la vaillance de nos soldats a eu raison de l'énergique résistance ennemie - Entre Soissons et Craonne la 1ère position est enlevée - A l'est de Craonne la 2e position est conquise sur plusieurs points - Plus de 10,000 prisonniers - Important matériel capturé

  

142e semaine EDP 17-04-1917.png

  

-       L'ile Céphalonie se rallie à M. Venizélos

-       Notre offensive s'est étendue à l'est de Reims

-       Grèves & émeutes à Berlin - Les chômeurs, réclamant du pain, défilent devant le palais impérial

-       Brésil - La foule attaque 270 maisons allemandes

-       Notre offensive se poursuit avec grand succès

-       Au nord de l'Aisne, sous l'énergique pression de nos troupes, l'ennemi se replie - Magnifique succès à la ferme Hurtebise - 500 prisonniers

-       Un franc par jour aux poilus dans les tranchées

-       Crise en Espagne - Démission du cabinet Romanonès - Le ministère du marquis d'Albucemas

-       Notre avance vers le Chemin des Dames - Progrès dans le massif de Moronvilliers

-       Avance anglaise en Mésopotamie - Plus de 1,200 prisonniers

-       Bilan de dix jours d'offensive franco-anglaise : 33,000 prisonniers - 330 canons

-       Le bombardement de Reims - Une protestation du cardinal Luçon

 

Morceaux choisis de la correspondance

A l'assaut du Chemin des Dames !

17 avril - LUI.- Un petit mot que je tâche de te faire parvenir par un évacué pour te dire que je vais bien. Bonnes amitiés à tous. Je t’embrasse avec nos enfants chéris. Cap Cuny.

 

Notre attaque a réussi mais contrairement à ce qu’ils avaient résolu du côté de la Somme, les boches résistent ici carrément et nous avons certes du mal de les repousser. Depuis le début de l’attaque j’ai tiré avec ma batterie déjà plus de 15 000 obus.

21 avril - LUI.- Les correspondances sont rétablies et je suis bien heureux d’avoir des nouvelles de ma chérie. Je n’espérais pas que pendant cette attaque nos lettres nous parviendraient, mais on a pensé à juste titre que rien ne pouvait mieux nous soutenir que les nouvelles de tous ceux qui nous sont chers.

 

Notre attaque a réussi mais, contrairement à ce qu’ils avaient résolu du côté de la Somme, les boches résistent ici carrément et nous avons certes du mal de les repousser. Ils paraissent être en nombre avec une artillerie puissante, de sorte que notre mouvement durera plus longtemps qu’on ne l’espérait. Il est vrai que dans ces conditions on leur fait plus de prisonniers et on leur tue plus de monde, mais cela traîne plus longtemps, car il faut pouvoir déplacer les batteries, les rapprocher de leurs nouveaux objectifs pour pouvoir démolir toutes leurs organisations avant que l’infanterie puisse aborder leurs lignes.

 

Depuis le début de l’attaque j’ai tiré avec ma batterie déjà plus de 15 000 obus. Ces deux derniers jours nous avons un peu moins tiré, mais je crois que d’ici quelques jours cela recommencera de plus belle et je crains bien aussi de ne plus pouvoir t’écrire. Quoi qu’il en soit, cette trêve de quelques jours nous aura été très utile car mes hommes commençaient à être éreintés. Moi je vais très bien et ne me ressens pas trop de toute cette excitation et cet énervement qu’on subit forcément pendant ces jours de bataille, je m’étonne même de si bien supporter la fatigue. Cela prouve ma Mi que je vivrai jusqu’à 90 ans !!! à condition bien entendu que tu en fasses autant, car tu sais sans toi la vie ne vaut pas la peine d’être vécue.

 

Je n’ai pas eu beaucoup de pertes dans ma batterie et j’en suis bien content. Quelques batteries ont été assez éprouvées. Mais en somme l’artillerie n’a pas beaucoup souffert, car l’artillerie boche avait été en partie démolie et les nouvelles batteries qu’ils ont amenées sur le front ne prennent plus guère à partie que l’infanterie et les tranchées que nous avons conquises.

 

Bonnes amitiés à Maman que j’espère reposée de son voyage en Suisse. Je souhaite de tout cœur que ses démarches pour Georges réussiront et je t’embrasse avec nos bons chéris de tout tout mon cœur. Ton Geogi.

 

Il est possible que d’ici quelques jours je ne puisse plus t’écrire. Ne t’inquiète pas.

 

Gravures du Petit Journal - Supplément illustré - 22/04/1917 (N° 1374)

LPJ Illustre 1917-04-22 A.jpg

Le général Roussky - Commandant en chef l’armée russe du front Nord

Le général Roussky est, parmi les grands chefs de l’armée russe, un des plus illustres et des plus populaires. Né le 6 mars 1854, il était sous-lieutenant à dix-huit ans, colonel le 24 mars 1885, et général onze années plus tard. Comme tous ses contemporains, il prit part aux campagnes de 1877 et de 1904-1905.

 

Depuis le mois d’août 1914, le général Roussky n’a cessé de commander dans les secteurs les plus dangereux, et la plupart des succès de l’armée russe sont dus à ses talents militaires. Au mois d’août 1916, il fut désigné pour remplacer le général Kouropatkine comme commandant en chef des armées du front Nord. On sait avec quelle énergie il tint tête depuis lors aux forces d’Hindenburg. Partisan du nouveau régime, le général Roussky, au lendemain de la révolution, a publié un ordre du jour disant que la restauration du vieux régime est un événement impossible, et invitant les officiers et les soldats à se tendre la main et à marcher contre l’ennemi.

 

 

 

LPJ Illustre 1917-04-22 B.jpg

Au Congrès des Etats-Unis - La lecture du message du président Wilson accueillie par un enthousiasme général

Le jour où le président Wilson se rendit au Congrès pour la lecture de son message, une foule immense l’applaudit à son arrivée et à son départ du Capitole. Quand il eût fini de lire l’adresse concluant à la nécessité de la guerre contre l’empire de proie qui s’est mis au ban du monde civilisé, tous les parlementaires, même ceux qui passent pour des pacifistes, se levèrent, la plupart agitant leur mouchoir, d’aucuns, y compris des sénateurs à la mine austère, brandissant de petits drapeaux, au milieu d’applaudissements frénétiques. « Monsieur le Président, dit l’un d’eux, vous avez exprimé, de la façon la plus élevée qu’il était possible, les sentiments du peuple américain. »

 

 

Les instantanés de la guerre (photos)

LPJ Illustre 1917-04-22 C.jpg

Un régiment traversant Noyon

Sur la route d'Amiens à Saint-Quentin

Habitants de Chauny évacués à Noyon

Les débris de l'église de Beaulieu-les-Fontaines

Le palais de Justice de Chauny

L'église de Chauny

Le guetteur veille pendant que ses camarades se reposent

Habitants fouillant les décombres de leurs maisons

Boyau fermé par une porte grillagée, gardé par une sentinelle

Grosse artillerie traversant Noyon à la poursuite de l'ennemi

La Grande Rue de Chauny

Galerie allemande occupée par nos soldats

 

 

 

Thèmes qui pourraient être développés

  • Argentine - A Buenos-Ayres la foule attaque la légation et le consulat d'Allemagne
  • Chemin des Dames - Notre offensive déclenchée - Entre Soissons & Reims nos troupes ont attaqué sur un front de 40 kilomètres - Partout la vaillance de nos soldats a eu raison de l'énergique résistance ennemie - Entre Soissons et Craonne la 1ère position est enlevée - A l'est de Craonne la 2e position est conquise sur plusieurs points - Plus de 10,000 prisonniers - Important matériel capturé
  • Allemagne - Grèves & émeutes à Berlin - Les chômeurs, réclamant du pain, défilent devant le palais impérial
  • Brésil - La foule attaque 270 maisons allemandes
  • Soldat - Un franc par jour aux poilus dans les tranchées
  • Espagne - Crise en Espagne - Démission du cabinet Romanonès - Le ministère du marquis d'Albucemas
  • Reims - Le bombardement de Reims - Une protestation du cardinal Luçon
  • Etats-Unis - La mission française en Amérique - M. René Viviani et le maréchal Joffre en font partie
  • Artillerie - Ma batterie a tiré 15,000 obus en quelques jours
  • Le général Roussky, commandant en chef des armées russes du front Nord (Portrait dans LPJ Sup)
  • Saint-Quentin - Les fastes militaires (LPJ Sup)
  • Les instantanés de la guerre (Photos dans LPJ Sup)
  • Conseils pratiques - La coquetterie : ni trop, ni trop peu (LPJ Sup)
  • Religion - Fête religieuse - Dimanche du Bon Pasteur


14/04/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 271 autres membres